Shrascwoc'cahaoac

Shrascwoc'cahaoac

Messagepar Shrawoc (L'Observateur) » 18 Avril 2016, 21:25

Nom Shrascwoc'cahaoac
Surnom Shrawoc, ou « la bête d'ombre »
Genre Masculin
Espèce Wookie

Âge et date de naissance 187 ans, né en 30 ap. B.Y.
Planète d'origine Kashyyyk
Groupe Indépendants
Rang Chasseur de primes
Niveau de personnage Expert

Physique

Prenez le premier Wookie venu. Deux mètres trente en moyenne, cent vingt cinq kilos dont 80% de muscle et 15% de fourrure. Impressionnant, n'est-ce pas ? Shrascwoc'cahaoac, lui, atteint les deux mètres cinquante huit et pèse cent quarante neuf kilos. C'est une force de la nature, une bête sauvage à la constitution et à la force physique inégalable.

Les poils de sa fourrure brune et touffue recouvrent son corps musclé des pieds à la tête. Il cligne rarement de ses petits yeux gris, ce qui a le don de mettre mal à l'aise ses interlocuteurs. Les griffes rétractables qui se dissimulent au bout de ses doigts atteignent dix centimètres de long et sont d'un noir d'ébène, sauf lorsqu'il les teint du sang de ses ennemis. Ses redoutables crocs viennent compléter le tableau.

En guise de vêtements, il porte des ornements tribaux dans sa crinière, des lunettes de pilote, une bandoulière en cuir de Trandoshan où il range ses munitions et accroche ses armes, et enfin, des colliers fabriqués avec des ossements, des dents, ou des griffes ; autant de souvenirs collectés au cours de sa longue carrière de monstre sanguinaire.

Personnalité

Il n'y a que deux choses qui comptent pour Shrawoc : manger et tuer. Quand il ne fait pas l'un, il fait l'autre. Parfois, il fait les deux en même temps. Déjà enfant quelque chose ne tournait pas rond chez lui, et cela ne s'est pas arrangé en grandissant – la faute à certaines circonstances ont contribué à ternir sa santé mentale. Malgré tout, il est doté d'une grande intelligence (comme tous les membres de son espèce, ce qu'ignorent la plupart des étrangers). Ce qui ne l'empêche pas d'avoir un fort tempérament...

Bien qu'il soit relativement âgé (il arrive à la moitié de la vie d'un Wookie), il n'y a aucune once de sagesse dans son caractère et il est probable que cela reste ainsi jusqu'à la fin de ses jours. Il comprend mais déteste l'humour, en particulier le sarcasme, si proche à certaines espèces.
Pour une curieuse raison, Shrawoc adore les jeux d'argent comme le sabacc ou le pazaak. Pourtant, il est terriblement mauvais car il est incapable de bluffer ou de déceler les bluffs de ses adversaires. Ce n'est pas grave car lorsqu'il perd, il a une excuse pour arracher les bras de quelqu'un.

Histoire

L'ombre de la folie
43 Après B.Y., Kashyyyk


Les deux singes tach jouaient au bord de l'eau. Ils s'éclaboussaient tour à tour, inconscients du danger qui rôdait et les épiait dans l'ombre : un jeune Wookie, Shrascwoc'cahaoac. Pour la cérémonie du hrrtayyk, son rite de passage, Shrawoc avait été envoyé dans les Terres d'Ombres de Kashyyyk six jours plus tôt afin d'apprendre à survivre et prouver sa valeur.

« Rhahwowhaoôao... Rhahwowhaoôao... (Bientôt... Bientôt...) »

Tapi dans un fourré, le Wookie se léchait les babines en pensant au festin qu'il allait s'offrir. Il savait que s'il surgissait trop tôt, les singes auraient le temps de s'échapper en sautant dans les arbres proches. S'ensuivrait alors une course-poursuite qu'il n'était pas certain de gagner. Pour s'éviter un effort potentiellement inutile, Shrawoc préférait attendre qu'ils s'éloignent des arbres.

L'opportunité de frapper se présenta après quinze minutes d'attente. Les singes s'étaient avancés dans le lac et avaient de l'eau jusqu'aux genoux. Ils n'étaient pas bons nageurs, en tout cas pas autant que le petit Wookie. Avec un rugissement bestial, il fondit sur eux en sortant ses griffes noires. Sa proie la plus proche n'eut que le temps de pousser un piaillement de surprise avant de se faire arracher la jugulaire dans un geyser de sang.

Son compagnon bondit hors de l'eau et se précipita hors d'atteinte en lâchant des cris de primates. Shrawoc le laissa s'échapper et tordit le cou du singe qu'il venait d'attraper. Un craquement se fit entendre, sinistre pour l'animal mais satisfaisant pour le chasseur, et il plongea ses crocs dans la chair.

« Wawoanahoaahwohuk ! Sh'wowh howohuk wowhoaoorcwo ! (Délicieux ! J'en veux encore !) » hurla-t-il assez fort pour effrayer tous les animaux à une centaine de mètres à la ronde.

Ainsi se déroulaient les journées de Shrascwoc'cahaoac depuis presque une semaine. Pour la première fois de sa vie, il se sentait vraiment dans son élément, seul contre la nature. Il n'appréciait pas la compagnie de ses congénères et quand il était encore avec sa famille au village de Rhrcrawhoaacwo-Acrahuaowo, les journées étaient longues et ennuyeuses, et sa vie n'avait pas de sens. Mais là, c'était la première fois qu'il était livré à lui-même. Il passait ses journées à chasser, tuer, manger... C'était tout ce qu'il demandait à la vie !

Avec ce singe tach, le palmarès de chasse de Shrawoc devait respectable. À présent, il avait tué une vingtaine de bêtes différentes, appris à échapper aux animaux les plus dangereux, construit des outils de survie... Peut-être que ça serait suffisant pour satisfaire les gens là haut, au village, mais ce n'était pas assez pour lui. Il en voulait plus... Il voulait se battre à mains nues avec un katarn. Pour son âge, il était déjà très grand et fort ; il voulait mettre ses armes naturelles à l'épreuve et se prouver sa valeur... Et peut-être ainsi faire taire la voix qui lui vrillait le cerveau quand il était entouré des siens.

Le Wookie emporta ce qu'il restait de sa victime (à savoir, la moitié inférieure de son corps, rouge de son propre sang) jusqu'à la tente qu'il avait confectionné avec des peaux de bêtes dès son second jour dans les Terres d'Ombres. En arrivant devant son foyer de fortune, il découvrit avec un certain plaisir que les pièges qu'il avait confectionné autour de la tente avaient capturés de nouveaux animaux imprudents. La journée commençait bien !

Image

Seizième jour dans les Terres d'Ombres. Voilà cinq jours que Shrawoc chassait un katarn dont il soupçonnait l'existence après avoir vu des cadavres de bêtes mutilés. Sa chasse l'avait emmené bien loin de son territoire ; il parcourait plusieurs dizaines de kilomètres par jour dans l'espoir de rattraper le katarn. C'est ainsi qu'il arriva sans le savoir dans une région des Terres d'Ombres où un autre village avait envoyé un de ses jeunes accomplir son rite de passage...

« Shwo scwo rcraakakrcoooaacwo. (Je me rapproche.) » murmura-t-il en reniflant les cadavres éviscérés d'un groupe de kinraths qui avait croisé le chemin du katarn.

Il leva la tête, ferma les yeux, et renifla l'air ambiant. Ses instincts de chasseur lui murmuraient que sa proie était bel et bien passée par là... Et qu'elle s'était rendue à l'est. Après avoir arraché quelques cuisses de kinrath pour se faire un casse-croûte, il retourna à la poursuite du prédateur. Mais ce qu'il découvrit six cent mètres plus loin lui arracha un cri de stupéfaction.

« Rqhu'rac-aohu wwraahao ! (Qu'as-tu fait !)»

Armé d'un couteau, un autre Wookie était en train de dépecer le katarn, penché sur son cadavre. Il avait déjà bien entamé l'animal lorsque Shrawoc l'avait découvert. Surpris, le Wookie tourna son grand regard curieux vers son congénère et lui offrit un sourire plein de fierté.

« Sh'raah rcwohuccah ra anwo aohuworc ! (J'ai réussi à le tuer !), admit-il, encore excité par le combat qu'il venait de mener.
Oa'woaoraahao ScRa akrcooahwo ! (C'était MA proie !), rugit Shrawoc en se rapprochant.
Aora akrcooahwo ? (Ta proie ?) Après un instant de réflexion, il s'excusa. Wawocooanwo scraahc ahan sc'ra raaoaorarqhuwo akrarc acracrarcwa akwowhwarawhao scra oaacraccwo. Sh'ahrrwhoorcraahc rqhuwo rqhuwoanrqhu'huwh woaoraahao churc cra akahcaowo. Aoooah rahuccah aohu woc anra akoohurc aooowh rcahaowo wawo akraccrarrwo ? Shwo sc'raakakwoananwo Ufanrararc'rhraororra (Désolé mais il m'a attaqué par hasard pendant ma chasse. J'ignorais que quelqu'un était sur sa piste. Toi aussi tu es là pour ton rite de passage ? Je m'appelle Zlaar'bakka), se présenta-t-il en se levant, une main tendue.
Whwo scwo aooohuoaacwo akrac (Ne me touche pas), répliqua le jeune chasseur en colère en écartant la main de Zlaar'bakka avec colère.Oa'woaoraahao ra scooah wawo an'rawwwwrcoowhaoworc ! (C'était à moi de l'affronter !)
Ahan ro wowh rahurcra wa'rahuaorcwoc, akrac anra akwoahwhwo wawo ao'wowhworchoworc oaooscscwo oara ! Sh'woaoraahc chuakakoocwo scwo anraahccworc wawohooorcworc ? (Il y en aura d'autres, pas la peine de t'énerver comme ça ! J'étais supposé me laisser dévorer ?)»

Shrascwoc'cahaoac plissa les yeux et dévisagea son interlocuteur, puis ce qu'il restait du katarn. Son cœur se mit à accélérer. Pourquoi donc ? Comme le disait Zlaar'bakka, il y avait d'autres katarns sur Kashyyyk. Le reste de la meute de celui-là était peut-être à un jour de marche, ou moins. Pourtant... Pourtant, le jeune Wookie n'avait jamais été aussi frustré de sa vie.

« Cah aohu woc rahuccah woscrhwoaowo akrarc wawoc oaacoocwoc whraaohurcwoananwoc oaooscscwo oara, aohu wh'woc akwohuao-woaorcwo akrac raccwouf scraaohurcwo akoohurc raoaoaooscakanahrc anwo acrcrcaoraroroor aooohuao cwohuan. Cah aohu howohuk, whoohuc akoohuhooowhc oaoowhaoahwhhuworc wowhcwoscrhanwo. Oaooscscwowhao ao'raakakwoananwoc– (Si tu es aussi embêté par des choses naturelles comme ça, tu n'es peut-être pas assez mature pour accomplir le hrrtayyk tout seul. Si tu veux, nous pouvons continuer ensemble. Comment t'appelles–) »

Il ne termina jamais sa phrase car Shrawoc lui bondit dessus en rugissant. Il enfonça profondément ses griffes rétractables dans son épaule droite et lui planta ses crocs dans le cou. Zlaar'bakka se débattit quelques secondes avant de le surprendre en lui enfonçant son couteau dans le flanc. Shrawoc poussa un hurlement bestial et referma sa puissante mâchoire avec encore plus de force, puis il lui lâcha le cou et abattit ses deux bras en même temps sur sa poitrine pour le taillader avant de le pousser en avant.

Ils tombèrent par terre en soulevant des feuilles mortes, la victime sur le dos et son agresseur dessus. En levant péniblement le visage, Zlaar'bakka eut une vision terrifiante. Le visage gris de Shrawoc, pour la première fois de sa vie, exprimait une immense joie. Les poils autour de ses lèvres étaient humides de sang, et sa bouche formait un sourire dément.

Image

Cela faisait vingt jours qu'il était rentré des Terres d'Ombres. En plus de ses trophées de chasse, il avait rapporté l'une des griffes rétractables de Zlaar'bakka qu'il avait arraché à son cadavre. Pour l'instant, il cachait la griffe dans une petite besace en tissu qu'il portait toujours sur lui, de peur que l'on découvre son crime. Malgré son rite d'initiation terminé, rien n'avait changé pour le jeune homme... Au contraire, il avait appris que la solitude n'était pas forcément mauvaise.

Ce jour là, il était assoupi sur une branche d'arbre lorsqu'il fut dérangé par des membres du villageois venus le chercher.

« Wawocoawowhwa wawo anra, Cacrcracoaohoooa'oaraacraooraoa ! (Descend de là, Shrascwoc'cahaoac !)
Anwo oaacwoww wahu hoahananrarrwo howohuao aowo hoooahrc ! (Le chef du village veut te voir !) »

D'abord reluquant, il finit par ouvrir les yeux pour voir qui l'interpellait. Il s'agissait de gardes du village, dont son propre père. Shrawoc se mordit lèvre inférieure, puis sauta par terre malgré les cinq mètres qui le séparaient du sol. Il se redressa immédiatement, soutenu par ses puissantes jambes. Son père, Kaskkoborho, approcha sa main de son épaule mais il la gifla pour la tenir à distance. Kaskkoborho lui lança un regard empreint de peine et de pitié puis hocha la tête.

Quelques minutes plus tard, ils arrivèrent dans la hutte de l'Ancien du village. Les quatre gardes restèrent sur le seuil de la hutte tandis que le jeune homme entrait en silence. À l'entrée, il passa devant le jeune frère de l'Ancien, Anah'rracao, la tête basse. Haussant les épaules, Shrawoc continua jusqu'à atteindre un rideau en tissu qui faisait office de porte. Il le souleva pour passer et pénétra dans les quartiers du chef, Anah'kraahcca.

« Craahc-aohu akoohurcrqhuooah shwo ao'raah oaoowhhoahwo ahoaah, scoowh wowhwwrawhao ? (Sais-tu pourquoi je t'ai convié ici, mon enfant ?)
Whoowh, woao shwo sc'wowh scoorqhuwo. (Non, et je m'en moque.)
Huwh hoahananrarrwo hoooahcahwh whoohuc ra raanworcaowo rqhu'huwh wawo anwohurcc shwohuwhwoc, Ufanrararc'rhraororra, wocao scoorcao wahurcrawhao coowh rcahaowo wawo akraccrarrwo. (Un village voisin nous a alerté qu'un de leurs jeunes, Zlaar'bakka, est mort durant son rite de passage.)
Oawo coowhao wawoc oaacoocwoc rqhuah rarcrcahhowowhao. (Ce sont des choses qui arrivent.)
Oa'wocao horcraah. Anwo acrcrcaoraroroor wocao huwhwo aoworcrcahrhanwo woakrcwohuhowo, woao ahan rarcrcahhowo rqhuwo oaworcaoraahwhc wh'wowh rcwohoahwowhwhwowhao akrac hoahhorawhaoc. Rac-aohu aorcoohuhowo aooowh rcrcraororaooorcrc, aora wwoorcoawo ahwhaoworcahwohurcwo, Cacohrarcoooa ? (C'est vrai. Le hrrtayyk est une terrible épreuve, et il arrive que certains n'en reviennent pas vivants. As-tu trouvé ton rrakktorr, ta force intérieure, Shwaroc ?)
Oohuah, cahwhoowh shwo whwo cworcraahc akrac rcwowhaorcwo. (Oui, sinon je ne serais pas rentré.)
Raanoorcc oa'wocao wowhoaoorcwo akanhuc warcrascraaoahrqhuwo rqhuwo oawo rqhuwo shwo akwowhcraahc. Sh'wocakworcraahc rqhuwo oa'woaoraahao huwh raoaoaahwawowhao, oohu rqhuwo aohu rahoraahc rarrah oaoowhaorcwo aora hoooanoowhaowo. Scraahc cah aohu rac aorcoohuhowo aooowh rcrcraororaooorcrc, aohu woc huwh rawahuanaowo. (Alors c'est encore plus dramatique que ce que je pensais. J'espérais que c'était un accident, ou que tu avais agi contre ta volonté. Mais si tu as trouvé ton rrakktorr, tu es un adulte.)
Ooù hooohuanwouf-hooohuc wowh howowhahrc ? (Où voulez-vous en venir ?)
Anwo shwohuwhwo Ufanrararc'rhraororra ra woaowo aohuwo... akrarc huwh rahuaorcwo Ohooooorahwo. Ahan wh'ro rahoraahao rahuoahuwh oaacraccwohurc warawhc anwoc akrarcrarrwoc anra ooù rahoraahao woaowo wowhhooorowo akoohurc coowh Rcahaowo wawo Akraccrarrwo. Wowh howorcahaowo, anra cwohuanwo akworccoowhwhwo rqhuah rahurcraahao akhu anwo aohuworc, oa'woaoraahao aoooah. (Le jeune Zlaar'bakka a été tué... par un autre Wookie. Il n'y avait aucun chasseur dans les parages là où avait été envoyé pour son Rite de Passage. En vérité, la seule personne qui aurait pu le tuer, c'était toi.) »

En guise de réponse, le jeune Wookie lui envoya un regard de défi. Cela n'impressionna pas l'Ancien, qui croisa ses bras dans le dos.

«Aohu whwo whahwoc waoowhoa akrac ? Woccraahworcrac-aohu rahu scooahwhc wawo shhucaoahwwahworc aooowh raoaaowo ? (Tu ne nies donc pas ? Essaieras-tu au moins de justifier ton acte ?)
Ahan anwo wwrahuao ? (Il le faut ?), demanda Shrawoc. Shwo an'raah wwraahao akrarcoawo rqhuwo shwo hooohuanraahc anwo hoooahrc cwo waworhraaoaorcwo oaooscscwo huwh rawhahscraan. (Je l'ai fait parce que je voulais le voir se débattre comme un animal.)
Huwh rawhahscraan... Whoohuc whwo cooscscwoc akrac wawoc rawhahscrahuk, scoowh wowhwwrawhao. Ahan ro ra rhahwowh anoowhrraowoscakc rqhuwo whoohuc wh'huaoahanahcoowhc akanhuc whooc rrrcahwwwwwoc akoohurc whoohuc rhraaoaorcwo wowhaorcwo whoohuc. Oawo rqhuwo aohu rac wwraahao... wocao ahscakrarcwaoowhwhrarhanwo. Oa'wocao huwh oarcahscwo akhuwhah akrarc an'wokahan ra hoahwo, woao akrarcwwooahc anra scoorcao. Oa'wocao anra akrcwoscahworcwo wwooahc rqhuwo rqhuwoanrqhu'huwh wa'rahuccah shwohuwhwo wocao oaoohuakrarhanwo wawo oawoao raoaaowo. (Un animal... Nous ne sommes pas des animaux, mon enfant. Il y a bien longtemps que nous n'utilisons plus nos griffes pour nous battre entre nous. Ce que tu as fait... est impardonnable. C'est un crime puni par l'exil à vie, et parfois la mort. C'est la première fois que quelqu'un d'aussi jeune est coupable de cet acte.)
Oa'wocao aooohuao oawo rqhuwo hooohuc hooohuanahwouf waahrcwo ? Shwo akwohuk sc'wowh raananworc, scraahwhaowowhrawhao ? (C'est tout ce que vous vouliez dire ? Je peux m'en aller, maintenant ?)
Aohu whwo rcworaanahcwoc waoowhoa akrac an'ahscakoorcaorawhoawo wawo aooowh oarcahscwo ? (Tu ne réalises donc pas l'importance de ton crime ?), demanda l'Ancien après un bref silence. Akrarcaooohuao ooù aohu ahrcrac, aohu cworcrac huwh akrarcahra. Aohu woc huwhwo « rrrcahwwwwwo wwooananwo ». (Partout où tu iras, tu seras un paria. Tu es une « griffe folle ».) »
Anwo scraan wocao wwraahao, whoowh ? Raanoorcc waahaowoc-scooah rqhuwoananwo cworcra scra cwowhaowowhoawo, rqhu'oowh wowh wwahwhahccwo. An'wokahan, oohu anra scoorcao ? (Le mal est fait, non ? Alors dites-moi quelle sera ma sentence, qu'on en finisse. L'exil, ou la mort ?) »

La Bête Noire des Terres d'Ombres
131 Après B.Y., Kashyyyk

Quatre vingt dix ans s'étaient écoulés depuis que Shwaroc avait été banni dans les Terres d'Ombres, condamné à ne jamais revoir la lumière. En neuf décennies, il n'avait pas échangé un mot avec qui que ce soit ; il lui était arrivé de voir de loin des groupes de chasseurs de passage dans les tréfonds de la forêt mais il était toujours resté hors de leur champ de vision. Il ne s'en prenait qu'à ceux qui se rendaient seuls dans les Terres d'Ombres : des chasseurs imprudents ou des jeunes qui préféraient passer leur Rite de Passage en solitaire...

Il tua ainsi une vingtaine de ses congénères durant son exil. Il avait appris de son erreur de jeunesse et camouflait ses crimes pour les faire passer pour l’œuvre d'une bête sauvage, ce qui donna naissance à une rumeur : un prédateur invisible et mortel, la Bête Noire des Terres d'Ombres, était apparu pour défendre les tréfonds de la forêt. Certains pensaient que c'était un patriarche katarn, d'autres imaginaient un légendaire terentatek... Et enfin, certains pensaient qu'il s'agissait d'un Wookie qui avait perdu raison – mais ils étaient dans la minorité, car la plupart refusait de croire qu'un des leurs puisse commettre autant d'atrocités. Et surtout, ils préféraient croire en l'existence d'une bête mystique à abattre pour prouver sa valeur.

Et cette rumeur finit par attirer sur Kashyyyk un groupe de chasseurs de primes, l'équipage de l'Hermit Purple. Il était composé de quatre membres : Zuzuün Treyv, un sniper Abyssin, Morgiana Rodees, une Humaine experte en infiltration, Yuuren'Kan, un mystérieux Gand maître des poisons, et enfin le capitaine Rovarn Syzol, un terrible Feeorin aussi brutal que rusé.

« On avait vraiment pas besoin de venir ici, grogna Zuzuün. On a déjà une sacrée réputation, un trophée de plus ou de moins qu'est-ce que ça change ? »

Le quatuor partageait un repas autour d'un feu de camp. Ils avaient installé des antennes qui diffusaient des ultrasons autour du campement avant de repousser les bêtes sauvages afin d'être tranquilles. Malgré ça, l'Abyssin n'était pas très à l'aise dans les tréfonds de Kashyyyk. Ses protestations n'avaient pas fait changer leur chef d'avis et ce n'était pas maintenant qu'ils étaient arrivés dans les Terre d'Ombre qu'il allait réussir à le convaincre...

Sans se soucier de l'énième débat que venait de lancer l'Abyssin, Morgiana attaqua joyeusement une cuisse de singe tach à l'aide de ses doigts tandis que Yuuren'Kan sirotait une boisson énergisante à l'aide d'une paille installée dans son masque. Quant au capitaine, il faisait tourner le kinrath embroché au-dessus du feu.

« Combien de fois il faudra que je le répète ?, répliqua-t-il avec un sourire aux dents non-alignées. Avec Krayt au pouvoir, il sera plus facile de trouver du boulot... À condition qu'on ait de la vi-si-bi-li-té. Imagine qu'on lui ramène la tête de la Bête des Terres d'Ombres pour décorer son palais. D'un coup, il se dira « Ces chasseurs ne sont pas des amateurs comme les watmillions d'autres imbéciles qui se baladent avec un permis de tuer ». Tu piges enfin, cyclope ?
Nous sommes des chasseurs, approuva Yuuren'Kan. La Bête des Terres d'Ombres est une proie. Un chasseur traque des proies et les élimine. Ça devrait te suffire.
Ok mais je préfère chasser des espèces intelligentes, pas des animaux ! J'étais déjà pas trop d'accord pour aller sur Dathomir récupérer une tête de rancor pour ce millionnaire à la con l'autre fois, mais là tu dépasses les bornes, Rovarn !
Tu dis ça parce que les gosses du rancor t'ont mâchouillé la jambe, c'est tout, se moqua Morgiana en pointant son index couvert de graisse de singe dans la direction de Zuzuün.
Répète pour voir ?! » s'exclama celui-ci en se levant brusquement, tellement en fait qu'il se débrouilla pour glisser et tomber sur les fesses.

Rovarn et Morgiana éclatèrent de rire alors et Yuuren'Kan leva les yeux au ciel – enfin, en haut, car il n'y avait pas de ciel dans les Terres d'Ombres. L'attente faisait partie de la chasse, et cela faisait bientôt trois semaines qu'ils attendaient que la proie se manifeste... Combien de temps leur faudrait-il encore ?

« Et d'abord, comment on peut être certain que la bête se montrera ?, demanda l'Abyssin en retournant s'asseoir sur sa chaise pliable.
Yuuren est là pour ça. Les Gands sont d'excellent chasseurs, pas vrai ? Et on a suffisamment enquêté avant de descendre dans les Terres d'Ombres. D'après les Wookies, cette région est le territoire de prédilection de notre cible.
Oui, mais il ne s'attaque qu'aux proies solitaires.
« Il » ? Tu en parles comme d'un homme. À mon avis c'est une sale bestiole, c'est tout. Sûrement un katarn un peu plus gros et costaud que la moyenne. Ou alors un anakkona.
J'espère que tu te trompes. J'ai pas signé pour me faire avaler par un serpent géant.
Ben t'approche pas trop de sa gueule et tout ira bien, répondit la jeune femme sur un ton condescendant.
Allez, trêve de bavardages. On finit de manger et on va dormir. On a encore vingt kilomètres à parcourir demain matin et je vous rappelle qu'avec la végétation et la faune locale cette distance est un vrai parcours du combattant, alors on arrête de raconter des conneries et on économise nos forces ! »

Image

« Putain... Putain mon estomac... »

Zuzuün se glissa hors de sa tente, légèrement penché en avant, un bras sur le ventre. Apparemment, la nourriture du coin ne faisait pas que du bien à son estomac délicat. Il s'éloigna du campement en chancelant – prenant soin de rester dans une zone couverte par les antennes anti-bêtes – et s'approcha d'un arbre pour vomir à sa racine.

« Sérieux, la prochaine fois on prend le double de rations, bouffer du singe à longueur de journée c'est pas possible bordel... Oh... Oh merde, ça revient, oh bordel–Bwaaargh ! »

C'est ce moment là que Shrawoc choisit pour attaquer. Profitant de l'inattention de l'Abyssin, il se glissa derrière lui en silence. Il sortit alors ses griffes et frappa en diagonale. Zuzuün poussa un hurlement de douleur en se faisant lacérer le dos. Il essaya vainement de dégainer son blaster mais le Wookie ne lui en laissa pas l'opportunité : voyant son bras trembler en direction du holster accroché à sa ceinture, Shrawoc le lui arracha. Le bras, pas le blaster. Un second cri de souffrance retentit dans la nuit, réveillant les bestioles qui dormaient dans les parages... Ainsi que le reste de l'équipage.

« C'était quoi ça ?
C'était Zuzuün ! Merde ! »

Les trois chasseurs quittèrent précipitamment leur tente. À une quarantaine de mètres, ils aperçurent une silhouette grimper dans un arbre avec une masse informe sur le dos. Rovarn leva son blaster lourd DL-56, ferma l'oeil gauche, visa quelques mètres au-dessus de la position de la silhouette, et tira. Le laser atteignit sa cible dans le dos et elle s'immobilisa brièvement.

« Tu l'as eu !
Non, mais il est blessé, précisa le Feeorin en voyant sa proie repartir. Allez, après lui ! »

Le trio se lança à la poursuite du Wookie. Si le capitaine n'avait pas réussi à l'handicaper avec son attaque, ils n'auraient eu aucune chance de le rattraper (mais auraient essayé quand même). En passant devant l'arbre où avait été attaqué Zuzuün, ils virent l'équivalent de deux litres de sang noir... et le bras mutilé de leur confrère. Morgiana se couvrit la main de la bouche et Rovarn grogna bruyamment. L'Abyssin avait de bonnes chances d'être déjà mort. Ils ne s'arrêtèrent pas pour autant et continuèrent de courir à la seule lueur des torches fixées à leur armement. De temps en temps, la silhouette apparaissait brièvement entre deux arbres... Laissant des gerbes de sang sur son passage.

« C'est elle, déclara le Gand.
Quoi ?
C'est la Bête des Terres d'Ombre.
Qu'est-ce qui–Aah–Te fait dire–Aaah–Ça..?, haleta Morgiana.
Fermez la et accélérez ! Yuuren, arme ton fusil avec ton venin tranquillisant, sinon on aura a aucune chance de le rattraper ! »

Sans s'arrêter de courir, le Gand changea passa sur le mode de tir secondaire de son fusil de chasse cérémoniale. C'était une arme de sa fabrication : le premier mode utilisait une cellule à énergique pour blaster classique tandis que le seconde puisait dans une fiole de poison qu'il pouvait changer à loisir en quelques secondes.
Il chargea assez de calmant pour assommer un bantha. Il suffisait d'un tir bien placé et le produit ferait effet en cinq minutes, peut-être plus selon la constitution de la cible... Mais il n'avait qu'une petite fenêtre de tir : le moment où la bête sautait d'un arbre à un autre.

« LÀ !!! » hurla l'Humaine.

Calmement, le Gand pressa la détente de son fusil. Une trentaine de mètres plus loin, une fléchette se planta sous la cuisse du Wookie, qui n'y fit même pas attention. Il était trop occupé à semer ses poursuivants tout en trimbalant sur son épaule le corps de l'Abyssin qui se vidait de son sang au rythme de son ballotement. Il commençait d'ailleurs à envisager de le laisser tomber car le tir qu'il avait reçu dans le dos le ralentissait déjà suffisamment comme ça... Mais en même temps, il avait très envie de goûter à cette créature alien. De sa vie, Shrawoc n'avait rencontré que des Wookies ou des animaux. Le chasseur qu'il venait de capturer et les trois qui le suivaient étaient de nouvelles proies à goûter. Pas question de passer à côté de ça ! Et malheureusement, la gourmandise du Wookie allait avoir raison de lui...

Image

« Rqhu'wocao-oawo rqhuah sc'rarcrcahhowo... (Qu'est-ce qui m'arrive...) »

Shrawoc avait du mal à formuler ses pensées et ses mouvements étaient de plus en plus lents. Le corps de l'Abyssin semblait soudain dix fois plus lourd. Le Wookie tourna la tête et aperçut en contrebas les trois lueurs qui le suivaient toujours. Il poussa un rugissement bestial et essaya d'accélérer la cadence. Il sauta de branche en branche et s'accrocha à une liane lorsque toute force le quitta. Il lâcha la liane et vit le décor défiler sous ses yeux alors qu'il faisait une chute de trente mètres.

« Oara whwo wawohoraahao akrac cwo akraccworc oaooscscwo oara... (Ça ne devait pas se passer comme ça...) » pensa-t-il avant d'atteindre le sol.

Les chasseurs de primes se réunirent autour du Wookie. Il était recouvert de sang ; le sien et celui de leur camarade. Celui-ci avait échoué quelques mètres plus loin, sur le ventre. Rovarn se dirigea vers lui et le retourna. Il se releva avec une grimace de dégoût : sans surprise, il était mort... Et probablement dans d'atroces souffrances.

« Enfoiré de merde !, cria Morgiana en donnant des coups de pieds dans les côtes déjà brisées de Shrawoc. Elle dégaina son blaster et le pointa sur sa tête, mais Yuuren se rapprocha et dévia le canon de l'arme.
Ne le tue pas.
Je vais venger Zun', laisse-moi !
Ce n'est pas à toi que revient cette décision. Rovarn ? »

Le Feeorin referma l'oeil unique de leur compagnon vaincu avant de rejoindre les autres. Il jeta à peine un regard à la carpette ensanglantée que l'Humaine écrasait sous sa botte.

« Toi qui connaît les coutumes locales, dis-moi : qu'est-ce qui va se passer si on tue ce Wookie ?
Si c'était un chasseur d'un village proche, sa disparition va alarmer les membres de son village. Ça risque de nous retomber dessus... Mais je suppose que si on prend les précautions nécessaires, le risque qu'on découvre que nous l'avons tué est faible. Mais je ne recommande pourtant pas cette voie.
Vous êtes sérieux là ? La question se pose pas ! On s'en fout ! Il a buté un des nôtres, on le bute !
Laisse-le finir. Peux-tu m'en dire plus sur lui, Yuuren ? »

Le Gand tourna sa tête d'insecte vers le corps du Wookie. Il l'étudia soigneusement des pieds à la tête pendant que Morgiana claquait la langue avec impatience.

« Je dirais qu'il a environ cent ans. Remarquez qu'il n'a pas d'armes : pas de poignard ou d'épée Ryyk, pas d'arbalète. Ce n'est donc pas un chasseur, mais il n'a pas l'âge de passer son Rite de Passage. S'il est dans les Terres d'Ombre, c'est donc qu'il vit ici. Et probablement depuis longtemps... Regardez les vielles blessures qu'il arbore partout sur le corps... C'est une sacrée collection, même pour un Wookie. Je pense qu'il s'agit de notre cible. La Bête des Terres d'Ombres. Ce n'est pas un katarn, et certainement pas un terentatek. Nous savons que la Bête des Terres d'Ombres s'attaque aux proies isolées, comme Zuzuün quand il a été attaqué. Si vous n'êtes pas convaincu, j'ajouterais que même les Wookies ont émis l'hypothèse que la Bête était peut-être l'un d'entre eux. Et son âge coïncidence à peu près avec la date des premiers morts, il y a quatre vingt ans. »

Un silence accueillit les révélations du Gand. Morgiana ne semblait pas très convaincue, l'envie de produire un trou fumant dans le crâne du Wookie la démangeait toujours. Rovarn, en revanche, était en pleine réflexion.

« Admettons que tu ais raison... Alors ce Wookie ne vaut rien en tant que trophée. Un crâne de katarn géant, ça aurait de la gueule. Mais lui ? À part un tapis de bain, qu'est-ce qu'on peut en faire si on le tue ? On a perdu un homme et on aura ni profit, ni gloire, ni rien ?
C'est pas une raison pour l'épargner !
Une minute, dit-il, irrité, en levant la paume de sa main. Yuuren. Penses-tu qu'on peut le recruter ? »

Morgiana se tourna vers le Feeorin, bouche bée. Le regard du Gand alterna entre le Wookie et son patron, puis il hocha la tête.

« Difficile à dire. J'ai peur qu'il soit... indomptable.
T'as craqué, Rovarn ? demanda la jeune femme en riant nerveusement.
Je suis sérieux. On a perdu un membre, il faut le remplacer. Et ce candidat me semble plein de potentiel. Zuzuün aussi était une bête sauvage, les Abyssins sont de vraies brutes je te signale.
Oui, mais il n'a pas tué un membre du groupe pour prendre sa place !
Non, mais il a bien failli nous tuer. On était sur la piste de la même prime quand on l'a rencontré, bien avant que tu rejoignes la bande, rappela Yuuren'Kan.
Et souviens-toi, Morg. Je ne t'ai pas recrutée pour tes beaux yeux mais parce que j'ai vu du potentiel en toi. Même si tu avais buté Yuuren, je t'aurais proposé une place sur mon vaisseau. Sans offense hein, ajouta-t-il adressant un sourire au Gand, qui inclina la tête en guise de réponse.
Vous êtes malades. De toute façon quand ce truc se réveillera, il va vous sauter dessus comme un animal et vous allez bien devoir l'abattre. Je rentre au camp, et pas question de vous aider à porter cette carpette puante !, conclut Morgiana en s'en allant, non pas sans donner un dernier coup à Shrawoc.
Elle s'en remettra.
Elle a intérêt, car je veux pas de boulets dans mon équipage.
Que fait-on du corps de Zun' ?
On a pas le luxe de s'encombrer avec ça, laisse le aux bêtes de la forêt. »

Image

Shrawoc se réveilla quelques heures plus tard, les mains et les chevilles liées par des menottes assommantes SC-401. Sa première action fut de se redresser et partir en courant. C'était une erreur pour deux raisons : d'abord parce qu'il s'était particulièrement bien amoché en tombant de son arbre, même si les branches et le feuillage avaient ralenti sa chute, et en suite parce que les menottes SC-401 avaient ceci de particulier qu'elles se serraient autour du prisonnier si ses muscles se contractaient. Le Wookie tomba à plat ventre en beuglant. Il continua de se débattre violemment et les menottes se resserrèrent toujours plus autour de ses membres.

« Ça fait mal hein ? Sale bête ! »

Il se tourna péniblement sur le dos et vit les trois chasseurs de primes qui l'avaient capturé se réunir autour de lui. L'Humaine et le Feeorin avaient un blaster braqué sur lui tandis que le Gand tenait un petit boîtier, la télécommande de ses menottes. Shrawoc poussa un rugissement assez puissant pour faire trembler les branches des arbres proches ; aussitôt, Yuuren'Kan manipula les commandes des menottes et lui administra une violente décharge électrique. Son corps fut parcouru de soubresauts pendant dix secondes, ce qui n'arrangea pas ses blessures.

« Si tu continues de t'agiter, tes poignets et tes chevilles vont cramer, l'alerta Rovarn pendant qu'il se démenait comment un dément. Yuuren, stoppe. Le Gand s'exécuta sans mot dire, laissant le tas de fourrure tremblotant se remettre doucement.
T'es sûr que tu veux toujours pas le vendre à des esclavagistes, ou bien le dépecer ?
Graaahw !, grogna le Wookie en regardant Morgiana comme si c'était son prochain repas.
Tu nous comprends ? » demanda Yuuren'Kan.

Shrascwoc'cahaoac tourna ses yeux vers le Gand, légèrement en retrait. Oui, il les comprenait ; mais partiellement. Ses cours de basique remontaient à son enfance, la moitié des mots lui échappaient.

« Anahrhworcwouf-scooah ahscscwowaahraaowoscwowhao ! (Libérez-moi immédiatement !)
Pas question. À partir de maintenant, tu vas attendre qu'on te donne l'autorisation pour parler.
Akrarcanwo scooahwhc hoahaowo, cahwhrrwo aoraoaac ! (Parle moins vite, singe tach !) lui ordonna le Wookie. Rovarn se gratta le crâne et poussa un soupir.
Il est attardé ou quoi ?
Je pense pas qu'il ait beaucoup de contacts au cours des dernières décennies. Et certainement pas avec des étrangers.
Écoute le Wookie, tu as buté notre pote. Tu comprends mes mots ? Toi avoir tuer ami de nous. Maintenant toi payer pour rembourser dette.
Acoorcc wawo rqhuwocaoahoowh ! Shwo whwo cworcraahc akrac hoooaorcwo wocoaanrahowo ! (Hors de question ! Je ne serais pas votre esclave !), rugit Shrawoc.
Je ne veux pas que tu sois mon esclave ! Je veux que tu tues pour moi ! » répliqua le Feeorin avec un sourire carnassier.

Le Wookie écarquilla les yeux et arrêta de gigoter. Rovarn rangea son blaster à son holster et se pencha au-dessus de lui.

« Tu as bien entendu. Nous sommes des chasseurs de primes. Tu n'as pas envie de quitter cette forêt puante et découvrir de nouvelles proies ? Si tu viens avec moi, tu seras nourri, logé, et même payé... Payé à tuer. Tu piges, ou tu as besoin que j'utilise un programme de traduction ?
Akrarowo ra aohuworc ? (Payé à tuer ?)
C'est ça. Dans notre monde, la force et la ruse comptent plus que tout. Tu as été plus fort et plus rusé que notre associé, alors je t'offre un job. Quitte Kashyyyk avec nous, ou crève ici et maintenant. C'est plutôt un bon deal, pas vrai ?
Cah hooohuc scwo anahrhworcwouf, rqhu'wocao-oawo rqhuah sc'woscakwooaacwo wawo hooohuc rhoohuwwwwworc ? (Si vous me libérez, qu'est-ce qui m'empêche de vous bouffer ?), répondit le Wookie après un long silence, montrant ses crocs.
J'aimerais te voir essayer, rétorqua le Feeorin en se relevant. Mais tu ferais mieux de ne pas nous sous-estimer. Et si tu veux vraiment continuer ta vie primitive et vide de sens, c'est que je me suis trompé à ton sujet. Alors ? Qu'est-ce que ça sera ? »

Un siècle à semer la mort
131 - 216 Après B.Y.

Après un siècle à vivre en ermite et parler tout seul, s'adapter à à la vie civilisée était choquant, d'autant plus que le Wookie n'avait jamais mis les pieds hors de sa planète natale. Mais la promesse de Rovarn était trop tentante. Tuer était un art de vivre pour les chasseurs de primes ? S'il avait su qu'une telle carrière existait, peut-être qu'il aurait fuit sa planète natale dès le début de son exil.
Il rattrapa très vite son retard et améliora sa compréhension du basique et de la technologie. Elle n'avait pas beaucoup évoluée depuis qu'il était petit mais à l'époque il n'avait jamais mis les pieds dans un vaisseau à l'époque, c'était donc tout nouveau pour lui.

C'est donc avec l'équipage de l'Hermit Purple qu'il commença sa carrière de chasseur de primes. Ils étaient déjà relativement connus dans le milieu, et depuis l'ascension au pouvoir des Sith de Darth Krayt, le travail ne manquait pas. Ils effectuaient des contrats pour des gens importants de l'époque, comme Rav le pirate, Jool la Hutt, Duugo le Hutt... Et bien d'autres.

Shrawoc se fit sa propre réputation et gagna le surnom de « bête d'ombre », suggéré par Rovarn en clin d’œil à son passé sur Kashyyyk. Il était reconnu comme un chasseur brutal, parfois un peu trop (une fois, Duugo Besadii ne leur donna que 80% du tarif convenu car « J'avais demandé "mort ou vif", pas "mort, vif ou réduit en hachis parmentier rodien" ! »), mais qui accomplissait toujours le boulot... en causant quelques dégâts collatéraux au passage.
Mais ce petit jeu termina en 137 lorsqu'ils s'attaquèrent à une proie trop grosse pour eux : un Jedi dont ils avaient acheté la localisation à prix d'or auprès d'un informateur du Cartel.

« Quand Krayt a fait son coup d'État, j'avais prédit qu'il prendrait le pouvoir total sur la galaxie. Et j'avais raison. Vous savez quel est l'ennemi numéro de l'Empire ? Ce ne sont pas les Fel, ou ses loyalistes. Ce ne sont pas non plus es vestiges de l'Alliance. Non. Ce sont les Jedi. Tue un Jedi, apporte son corps aux Sith, et tu n'auras plus jamais à te soucier de l'argent de toute ta vie. Jamais ! »

Leur cible, un Whiphid, se révéla beaucoup plus coriace que prévue... Trop en fait. Ils l'acculèrent dans les docks du secteur des réfugiés sur Nar Shaddaa. Au cours du combat acharné qu'ils livrèrent, Yuuren'Kan fut mis hors jeu définitivement après une poussée de Force qui l'envoya se briser la colonne vertébrale contre un container. Il succomba à ses blessures quelques minutes plus tard... Morgiana eut la chance de ne se faire que découper un bras tandis que Rovarn se fit transpercer la poitrine. Shrowac fut laissé pour mort après avoir été enseveli sous une tonne de débris provoqués par l'explosion d'un speeder que le Jedi lui envoya presque de plein fouet. Un cuisant échec qui marqua la fin d'une étape pour le Wookie...

Après une période de convalescence, Shrascwoc'cahaoac et Morgiana se séparèrent pour faire carrière en solo La défaite des Sith en 138 sonna le glas de 7 ans d'âge d'or pour les chasseurs de primes : la République Héritière n'était pas aussi friande de tueurs à gages que ne l'était le Sith Unique, et l'Empire de Fel n'avait pas autant d'influence et de territoire que les Sith. Shrawoc continua cependant de faire affaire avec le Cartel Hutt avec plus ou moins de succès. C'est ainsi qu'il comprit que ses talents étaient mieux au service des autres, comme à l'époque il bossait pour Rovarn : à cause de son sale caractère et son manque de diplomatie, il avait du mal à négocier ses primes et à garder de bons contacts.

En 165, une nouvelle organisation de la pègre fit son apparition, la Galkorporation. Shrawoc mit sa carrière de chasseur de primes en pause et travailla pour eux quelques décennies afin de se faire des crédits faciles. Cette décision se révéla judicieuse car l'organisation ne cessa de prendre de l'ampleur, à tel point que le Cartel Hutt l'envisagea comme allié en 192. Huit ans plus tard, ils déclarèrent la guerre au Triumvirat – mais tout ne se déroula pas comme prévu, et la corporation fut officiellement dissoute après une attaque dévastatrice sur leur base principale de Myrkr.

Sans employeur, Shrawoc se rendit sur Nar Shaddaa et dépensa tout l'argent qu'il accumulait depuis presque soixante-dix ans. Il loua tout un étage dans l'hôtel le plus luxueux de Joorga Quessadii, ce qui revenait à 8500 crédits la nuit auxquels il fallait ajouter à ceci les 1800 crédits quotidien de nourriture, les 3000 en alcool, et 10.000 pour tout le reste (casino, jeu de sabacc, etc). C'est là-bas qu'il retrouva par hasard Morgiana Rodees, maintenant une vieille femme « respectable » qui avait fortune en investissant son argent dans des actions de la Techno-Union et d'autres organisations qui faisaient de la guerre leur principale source de revenus. Dès 192, elle avait anticipé la guerre entre le Triumvirat et la jeune Coalition Dissidente.

En souvenir du bon vieux temps (et après une nuit entière à festoyer au casino, dépensant pour plus de 180.000 crédits en nourriture, alcool, et autres divertissements, sans parler des dégâts causés dans tout l’hôtel), elle le recommanda à la Techno-Union pour qui il se mit donc à travailler en tant que garde du corps. Ce qui tombait à point car après six mois de décadence, Shrawoc avait presque épuisé ses économies. Il fut très vite engagé grâce à sa réputation et ses recommandations.

Malgré la paie intéressante, le Wookie démissionna quelques années, après la chute du Triumvirat et l'ascension d'un nouvel Empire Sith. Il avait la nostalgie de l'âge d'or offert par Krayt soixante dix ans plus tôt. Il reprit donc sa carrière de chasseur de primes et se mit à chasser les ennemis du nouveau pouvoir en place. À nouveau, les contrats se trouvaient à tous les coins de rue. Entre les membres de la Résistance du Noyau, les Impériaux, les nouveaux Républicains, il y avait de quoi faire !

Mais ce qui intéressait plus Shrawoc, c'était prendre sa revanche sur les Jedi. Il avait beaucoup appris depuis la violente débâcle qu'il avait subi sur Nar Shaddaa. Son souhait fut exaucé sur Bothawui, où il s'était rendu pour traquer des dignitaires Bothans restés pour aider la résistance. Alors qu'il était sur le point de tuer un officier très recherché, un Bothan s'interposa entre sa proie et lui : il s'agissait d'un chevalier Jedi qui, il l'apprit plus tard, s'appelait Jokha'To Runon. Soixante dix ans de rage furent récompensés lorsqu'il lui brisa le crâne après un duel intense et destructeur.

Par la suite, il n'eut pas la chance de rencontrer d'autres Jedi mais compensa en massacrant scrupuleusement les ennemis des Sith. L'attaque de ceux-ci sur son monde natal le laissa ni chaud, ni froid. En revanche, la seconde défaite (en un siècle !) des Sith le mit dans une colère noire car il savait que cela signifiait le retour d'une ère plus « civilisée ». Il ne se laissa pas abattre et décida de poursuivre sa vie de chasseur de primes...


Inventaire
- Deux lames Ryyk
- Une arbalète Wookie
- Un Quadjumper dont la soute est modifiée pour accueillir des prisonniers
Aspects : Mercenaire sans honneur L'estomac à la place du cerveau Wookie Force de la nature Sauvage asocial Même son propre peuple le redoute
Avatar de l’utilisateur

Re: Shrascwoc'cahaoac

Messagepar Master Surprise » 19 Avril 2016, 19:17

Histoire intéressante et profil psychologique à définir. Mon ancien voisin est psy, il travail que le mardi par contre ! ^^

C'est validé.

Revenir vers « Personnages décédés ou inactifs »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité