Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Avatar de l’utilisateur

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Oracle » 24 Mai 2017, 22:40

- Oh mais pas de quoi, c'est toujours un plaisir, répondit le Rodien. Surtout n'hésitez pas à m'appeler si d'autres ennuis vous trouvent ! J'enverrai notre petit comité - peut-être viendrai-je aussi ? non non Ilon, tu t'es déjà dit non !

Les jérémiades de L finirent peu à peu par s'estomper "Et repensez bien à cet implant !" pour laisser Lyn revenir à la réalité. Elle croisa le regard de Klinedg et ce dernier hocha de la tête pour faire signe qu'il avait bien compris.

Jet de dé [Corps à corps] : Action de Klinedg [Chance de succès : 85%]

16 () + 15 (Corps à corps) + 2 (Spec. Art martial) = 33, opposé à 18 (Difficulté) = Succès
De justesse Bon Remarquable Superbe Fantastique Épique [Légendaire] Béni par la Force

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Oracle » 24 Mai 2017, 22:51

- Eyh bonhomme.

D'un mouvement brusque de la tête, l'homme adossé au mur se tourna vers Klinedg.
Avant de se sentir soulevé de terre aussi facilement que s'il s'était agi d'un pot de fleur.
L'homme tenta de mettre la main au blaster qu'il avait à sa ceinture (invisible depuis le point de vision de Lyn), mais le géant lui broya le poing.

- Pas de ça mon gars, fit la voix froide comme la mort de Klinedg.

Le blaster tomba à terre sous l'énorme pression du lutteur, puis ce dernier apporta l'homme à bout de bras vers Lyn. Le diner était servi.

- Je vous le dépose où ?

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 08 Juin 2017, 22:43

Impassible, la jeune femme assista à la démonstration des talents de Klinedg. Elle manqua de sourire mais se retint. Au fond d'elle, elle était admirative. Un simple et banal signe avait suffit pour que le colosse comprenne mais, ce qui valait à l'homme tant de louanges informulées, c'était son efficacité propre et nette.
Pas de gestes inutiles.
Pas de paroles inutiles.
Pas de vagues, pas de traces.
Efficace et pas cher, c'est Klinedg qu'on préfère !
Un super slogan pour un produit nettoyant dernière génération qui rend vos vêtements plus blancs que le blanc standard galactique, celui qui vous explose la rétine sitôt que vous posez les yeux dessus.

La jeune femme fit une petite moue en observant la prise du colosse, dédaigneuse. Comme s'il avait l'audace de lui apporter un sac à patates mité puant le cadavre. Puis un petit sourire s'étira sur son visage. Du genre à vous glacer l'échine.
Un sourire de prédateur sadique.

- Hum. Je suis d'humeur généreuse et magnanime aujourd'hui alors contente-toi de lui souhaiter bonne nuit... Son sourire s'étira encore tandis qu'une étincelle de pure méchanceté brilla fugacement dans son regard. Tu le balanceras dans un coin. A poil. Elle laissait entendre par là qu'elle comptait bien récupérer les effets de l'importun, Klinedg le comprendrait très bien. Les vilains garçons doivent être punis.

L'agent aurait pu faire emporter sa proie dans un coin tranquille, histoire d'avoir une petite conversation déplaisante, mais elle n'en fit rien. A quoi bon ? Le bougre n'était qu'une sale fouine. L'avoir repéré et neutralisé était déjà un message à part entière et le sort qu'il subirait en serait un autre.
Sans oublier qu'en le laissant en vie, la jeune femme montrait à l'employeur de ce petit enfoiré qu'elle aurait parfaitement pu lui faire la peau mais qu'elle n'en avait rien fait. Cela sonnait comme un avertissement. Le prochain coup en douce engendrerait forcément une réponse plus radicale cependant.
Elle avait une réputation à tenir quand même !

Telle une véritable reine en tenue d'apparat, elle accorda un regard dédaigneux au pauvre type que Klinedg trimballait avant de se contenter d'un hochement de tête à l'attention du colosse, lui signifiant d'accomplir sa royale volonté.
Sans attendre, Lyn alla récupérer le Blaster abandonné par le type. L'arme pouvait servir et, surtout, elle préférait ne pas laisser traîner des jouets aussi dangereux dans le secteur. Et, qui sait, elle s'amuserait peut-être à l'exhiber sous le nez d'un certain Rad'ast qui ne manquerait pas de reconnaître le matériel de l'un de ses laquais.

La suite des évènements s'annonçait riche en rebondissements !
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Oracle » 27 Juin 2017, 23:36

- Soit ils font ça avec tous leurs "clients", soit ils flairent quelque chose, se demandait Klinedg. Tu es certaine que personne ne t'a vue la nuit dernière ?

Une fois qu'il s'était occupé du gêneur, Klinedg avait rejoint Lyn et tous deux retournaient maintenant vers leur "lieu de travail" attitré, reprenant le même chemin qu'à l'aller. Lyn serait à même de se diriger seule s'il le fallait désormais, et bientôt elle pourrait elle-même faire office de guide à l'avenir. Une reconversion que la jeune femme n'envisagerait cependant sans doute jamais.
L'air pouvait être plutôt frais dans les bas niveaux de Coruscant. Certaines des allées mal éclairées devaient être ventilées en permanence pour assurer le renouvellement de l'air si loin en profondeur de la planète, si bien qu'il était rare d'y souffrir de la chaleur. Dire que leur fouineur devrait refaire tout ce chemin dans le plus simple appareil...
Ni Klinedg ni Lyn cependant n'avaient évoqué le gêneur. C'était son problème désormais.

- J'espère au moins qu'il n'a rien entendu de dérangeant de ton appel, grommela Klinedg. Quelque chose en est sorti au final ?

Si Klinedg était dans la même situation qu'elle, il restait cependant un "civil" aux yeux du service. Devait-elle lui parler de la petite armée prête à intervenir pour elle au besoin ? Elle pouvait aussi considérer qu'il était nécessaire d'informer son partenaire pour le bien de la mission elle-même - c'était après tout à cause du capitaine qu'elle se retrouvait avec un inconnu dans cette opération -, et le résultat comptait d'autant plus que l'affaire se révélait finalement délicate.
Que disait le manuel à ce sujet déjà ? Les sentiments ne font pas bon ménage lors d'une opération. Pouvoir se confier comme elle l'avait fait un peu plus tôt revêtait néanmoins un accent particulier pour ceux qui n'en avait jamais eu l'occasion auparavant. Ne tenait-elle pas là quelque chose d'extrêmement précieux ?
Le colosse marchait à ses côtés l'esprit alerte, ses yeux scrutant les environs afin de remplir sa mission. Il était semblable à un roc auquel on pouvait se raccrocher lors du déluge.
Une fois arrivés, tous deux furent accueilli par l'éternel Veilleur, fidèle au poste et à sa mission malgré tout. Mais à quel point ?
Le sas s'ouvrit.

- J'ai un message pour vous madame. Rad'ast s'excuse mais plusieurs ... affaires urgentes le tiennent occupé et il ne pourra finalement vous voir que plus tard dans la journée. En attendant vous êtes libres d'aller essayer par vous-mêmes les armes qu'il vous a présentées hier.

On lui fournissait l'occasion d'essayer le matériel, sans doute sur un champ de tir spécialement conçu pour l'occasion. Mais Lyn avait d'autres choses à faire, elle le savait. Peut-être avait-elle là l'occasion de poursuivre ses investigations plus en profondeur dans ce complexe...

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 28 Juin 2017, 00:25

Devait-elle se sentir offensée que Klinedg ait l'audace de douter de ses capacités à évoluer en toute discrétion dans la forteresse ennemie ? Bien sûr que non. Elle-même ne pouvait en avoir la certitude absolue. Il existait bien des systèmes de surveillance de plus en plus perfectionnés... et surtout, de plus en plus discrets.
Ainsi, elle se contenta d'un haussement d'épaules. Rad'ast semblait passablement parano de toute façon mais aucune piste n'était à négliger. Toutefois, si elle avait été repérée, elle doutait, au vu du pedigree de ce grand salaud, qu'il soit du genre à se prendre la tête avec des plans compliqués.

Subitement terriblement bavard, le colosse se fendit d'un nouveau commentaire et, ô surprise, d'une question. Le vilain petit curieux !
L'esprit de Lyn vagabonda une demi-seconde.
La fouine aux oreilles à la traîne en était réduit, pour l'heure, à se peler le cul dans un secteur réputé pour tout sauf pour sa température exotiquement élevée. De fait, quand bien même il eut été capable de capter des informations utiles, il avait été dépouillé de tout son matériel et devrait risquer sa peau -entre autres choses précieuses de son anatomie- pour rejoindre l'antre de son patron. Ainsi, s'il arrivait à esquiver les violeurs drogués jusqu'aux yeux, les gangs complètement cinglés qui ne rateraient pas une occasion de rigoler un coup, les trafiquants d'organes, leurs collègues spécialisés dans l'esclavage ainsi que la mystérieuse faune locale -celle responsable de tant de disparitions que l'on essayait plus de chercher-, il mériterait une médaille !

L'agent fit une petite moue.
Que pouvait-elle dire à Klinedg ? Franchement ? Il n'était pas du Service. Il n'était pas, officiellement, son partenaire. Il n'était qu'un civil incroyablement baraqué hantant les pas d'une femme jouant un rôle qui la débectait.
La routine quoi.
Que ferait le Capitaine dans ce cas-là ?
Officiellement, il se contentera d'un grognement, d'un haussement d'épaules et d'un silence évocateur. Et ce serait dans son rapport. Ouais.
Le manuel pouvait bien aller se perdre sur Yavin IV après une escale pipi sur Dagobah et un nuitée en orbite d'un trou noir. Il n'y avait pas de sentiment là-dedans. Juste du putain de bon sens.
Et le bon sens, c'était de ne pas laisser dans le flou un homme qui représentait une foutue assurance-vie.

- Notre copain roulait avec les petites salopes pendant la guerre. Bon, langage un peu cru mais Klinedg comprendrait. Lyn n'avait pas envie d'être plus explicite, trop d'oreilles pouvaient encore traîner. Il est soit-disant mort mais je crains le pire. Il pourrait n'être qu'un homme de paille. Même ici. En fait, c'était presque évident que Rad'ast n'était qu'un laquais jouissant d'une confortable position sur Coruscant. Une organisation aussi puissante avait une hiérarchie au-dessus de cette brute. Et rien ne disait qu'il n'était pas d'une jolie façade ici-même. Toutefois, si tel était le cas, qui pouvait tirer les ficelles dans l'ombre ? A moins que ce ne soit qu'un superviseur discret et non un réel supérieur. Elle ne pouvait toutefois pas creuser la question aisément, elle manquait de bien trop d'éléments. Bref, cette histoire sent mauvais... et pas qu'ici. Mais la bonne nouvelle, c'est que j'ai de petits camarades prêts pour une petite fête.

Voila.
Le colosse savait tout. Enfin, en résumé et dans les grandes lignes. Les délires du Rodien ne le concernaient pas et la jeune femme n'avait pas envie que Klindeg se propose pour aller le presser pour en faire un expresso bien corsé. A mains nues.
Restait à espérer que sa rancœur ne prendrait pas trop le pas sur la mission.
De toute façon, elle ne pouvait guère s'en assurer, ni développer son propos, car ils arrivaient déjà à destination.

- Ah, mon petit Veilleur... Merci. Répliqua-t-elle à l'intention du portier avec un sourire tandis qu'elle lui tapotait la joue. Avant de lui glisser un clin d'œil complice. Libre à lui de l'interpréter à sa guise. Oh, des affaires urgentes, hein ? Un véritable homme d'affaire, notre Rad'ast. Je le verrais bien dans un de ces fabuleux costumes comme portent ces branleurs qui trifouillent dans les finances de la Galaxie. Oh oui, ça lui irait comme un gant ! Elle observait le Veilleur, scrutant ses réactions. Un petit jeu qui ne pouvait que détendre. Bon. Pendant que papa travaille, il nous laisse les clés de la boîte à joujoux, hein ? Oh, mon Klinedg, ça te dit qu'on aille jouer un peu ? J'suis sûre que notre ami va nous montrer le chemin.

Ce serait une occasion comme une autre de se perdre un peu, de flâner, de fourrer son adorable petit nez dans les recoins de cet antre.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Oracle » 28 Juin 2017, 11:06

Après la décision de Lyn - et un instant d'indécision de la part de ce cher Veilleur -, ce dernier avait pris les devants et les conduisait maintenant vers le "champ de test" de l'endroit. Il les avait conduit à travers d'interminables couloirs, faisant prendre conscience à Lyn, si besoin il était encore, de la taille de cet endroit. Enfin, ils prirent un ascenseur à l'exact opposé de l'entrée. Sous le regard attentif de Lyn, Veilleur avait utilisé un pass magnétique sur la console de l'élévateur, puis rentré une série de chiffres qui avaient mis en branle le système.
Contrairement à celui de l'entrée, grinçant et menaçant, il n'y avait eu aucune secousse, aucune défaillance.
Dans l'ascenseur, Klinedg s'était posté en face de Lyn, permettant à cette dernière de voir le visage de son garde du corps. Il n'avait rien ajouté de plus depuis tout à l'heure, se contentant d'acquiescer d'un air entendu lorsqu'elle avait évoqué le comité d'accueil prêt à intervenir. Était-ce parce qu'il prenait gravement conscience de l'enjeu qui se jouait ici ou bien parce qu'il en avait déjà vu de pires ? S'il était nerveux, il n'en montrait rien. Il était toujours tendu pour être prêt à réagir au moindre accrochage mais rien qui tranchait avec son attitude habituelle. Pour le moment, il se contentait de dévisager avec insistance Veilleur, comme s'il cherchait une faille chez cet homme qu'il lui serait possible d'exploiter.
Ou qu'il allait en faire son prochain casse-croûte. C'était du moins l'impression qu'avait Veilleur, qui avait vite détourné le regard de ces yeux gris métalliques, et contemplait maintenant un autre genre de matériau métallique.
Lorsque l'ascenseur mit en panne, il sembla qu'il se précipitait vers la sortie, bien content d'échapper à deux fauves. Entre un colosse capable de le broyer d'une main et une psychopathe imprévisible, qui pouvait dire lequel il craignait le plus ? Au moins savait-il à quoi s'attendre de Klinedg ... si Sweina ne lui ordonnait rien de "sweinesque".

- Par ici s'il vous plait, leur dit-il pour se donner une contenance.

Une pièce vaste - très vaste. Des cibles assez loin pour s'exercer au tir de sniper. D’innombrables caisses - pour la plupart ouvertes - avec des armes reposant dans leur écrin à l'arrière de la salle. L'endroit avait tout du champ de tir typique, digne de leur équivalent militaire, qu'on s'attendait à trouver.
Mais pas à un champ de tir sous terre, au fin fond de ce qui devait être un petit point de vente d'armes. On entendait également résonner à travers les murs d'autres détonations de blasters, laissant supposer qu'il existait encore autre chose pour "tester le matériel".
Quelques hommes en train de s'entraîner s'interrompirent un moment en les voyant arriver. Ils jetèrent un œil à Lyn avant d'accrocher un peu plus longuement Klinedg. Puis reprirent leurs tirs comme si de rien n'était.
Veilleur les conduisit dans un stand un peu à l'écart, rendu plus intime par quelques cloisons de ci de là. Là encore il y avait des coffres d'armes collés contre le mur, mais celles-ci rutilaient. Neuves. Aussi propres que le sol d'ailleurs.

- Vous pouvez essayer toutes celles qui sont ici, fit Veilleur en désignant les coffres. S'il en manque certaines que vous avez pu voir avec Rad'ast hier, je peux vous les faire chercher.

Afficher : spoiler
Tu voulais discuter avec notre portier préféré je crois, tu peux y aller. En fonction de ce que tu demanderas je te demanderais un test de charisme/intimidation/autre en fonction.
Tu as également la possibilité de t'entraîner sur les cibles. Les hommes de Rad'ast sont dans la même pièce que toi, si tu veux les impressionner par des tests de tir tu peux. Ca te permettra de te faire un début de réputation dans l'endroit qui pourrait peut-être t'aider plus tard ... si tu ne te rates pas :D Si ça t'intéresse, dé 22 pour ton premier tir (tu n'es pas habituée à l'arme). Si tu rates, tu peux faire un nouveau jet diff 20, et 18 enfin si tu as raté les 2 premiers (l'arme te devient de plus en plus familière).
Si tu rates tout, libre à toi de proposer une action pour ne pas perdre la face, et peut-être même les effrayer davantage encore ;)

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 28 Juin 2017, 20:02

Le Veilleur, tout pendant le trajet vers le champ de tir, donnait l'impression d'être coincé entre un rancor et un gundark. Jouait-il la comédie ou était-il sincèrement terrifié ? La jeune femme préféra ne pas se risquer à trancher. Il y avait d'excellents comédiens de part la Galaxie. Du genre capable simuler une sincère terreur tout en étranglant quelqu'un hors de votre vue ou de vous poignarder tout en papotant avec le voisin de la pluie et du beau temps. Ouais.
Cependant, elle était certaine d'une chose. Ce portier avait un instinct de survie particulièrement développé. Sinon, il aurait fini en charpie dans un recoin de cet antre malsain depuis bien longtemps. Et il n'aurait pas pris le risque d'un geste envers une folle furieuse comme Sweina un peu plus tôt s'il n'estimait pas que ses chances d'éviter de crever étaient raisonnablement correctes avec elle.
Bon.

Elle retint des commentaires sur l'ascenseur et se contenta d'une petite moue amusée. Cet endroit débordait de faux semblants. Le bâtiment ne payait pas de mine, les locaux "publics" étaient dans un état en raccord avec le quartier et l'on ne pouvait se douter que c'était plus grand dedans que ça ne semblait l'être vu de dehors.
Une idée vaguement familière ça, non ? Peut-être le slogan d'une publicité ou une portion d'une holodiffusion qu'elle avait aperçu du coin de l'œil.
Sans importance.
Ce qui importait, à ce moment précis, c'était qu'elle allait pouvoir fouiner dans un secteur inconnu du complexe. Ce qui, il fallait bien l'admettre, l'excitait un brin. Rien n'était plus vivifiant que de fourrer son nez partout et de découvrir de vilains petits secrets.

En parlant de petits secrets, elle aurait volontiers donné le caleçon souillé du Veilleur pour découvrir les pensées secrètes de Klinedg tandis que ce dernier dévorait du regard le petit homme. Avait-il des soupçons à son sujet ? A moins qu'il n'ait simplement envie de se défouler sur le premier venu et que le portier donnait l'impression d'être capable de pousser de charmants petits couinements quand on s'amusait à déformer et malaxer son anatomie en dehors des limites normales de l'être humain normalement constitué.
Pourtant, cette fois, Lyn n'éprouva aucune pitié ou compassion pour le pauvre bougre. Il était dans le mauvais camp, voila tout. Mais peut-être ferait-elle un effort si ce dernier faisait preuve d'assez d'esprit de coopération. Peut-être.
Il pourrait toujours aller se faire foutre pour qu'elle lui fasse confiance cependant. Une miette à la rigueur mais pas plus. S'il se rangeait de son côté mais faisait le moindre petit geste de travers, elle laisserait Klinedg en faire de la purée.

En silence, se fendant simplement d'un petit sourire, la jeune femme et son colosse de compagnie suivirent le portier. Elle nota la présence de sbires à l'entraînement et se contenta d'un regard gourmand qui les effleura lentement, telle la funeste caresse d'un prédateur affamé. Combien sentirent ce petit frisson caractéristique que l'on ressentait quand on devenait l'objet de l'attention d'une entité qu'il valait mieux éviter ? Peut-être pas assez car leur attention se focalisa rapidement sur Klinedg.
Ah, ces mâles.
Elle se baladerait avec l'une de ces robes moulantes provocatrices qui font fureur dans certains milieux, il y aurait eu des accidents à la pelle sur ce champ de tir. Et elle aurait pris plaisir à opter pour des postures lascives, quitte à se servir du colosse comme d'un poteau bien pratique. Pauvre Klinedg, réduit à un rôle de mobilier.
Elle chassa ces idées saugrenues de son esprit.
De toute façon, ces robes à la con étaient tout sauf pratiques, que ce soit en mission ou en civil. Elle le savait, elle en avait passé une lors d'un congé. Elle avait eu surtout froid au cul et la désagréable impression que des regards la suivaient sur de longues, très longues distances. Et même pas un connard pour lui faire le plus petit compliment ! Bande de... Bande de... Et merde ! Bande de dégonflés !

Elle poussa un petit soupir que l'on pouvait mettre sur le compte de tout et n'importe quoi.
De la propreté par exemple.
De l'état immaculé du matériel aussi.
Ce n'était pas certains soldats qui se donnaient autant de peine dans certains coins, hein... Et elle ne songeait pas aux rebelles de Kuat car ces pauvres bougres avaient autre chose à foutre que d'astiquer des armes. Comme survivre par exemple. Eviter les patrouilles ennemies aussi. Et ne pas sombrer dans le désespoir surtout.

- On pourrait manger par terre ici. Commenta la jeune femme, sans s'adresser à personne. Avant d'ajouter, à l'attention de Veilleur. J'aime bien ces petits coins intimes. On peut y faire des folies d'nos corps. Enfin, j'aime surtout faire des folies avec le corps des autres...

Et, bien entendu, elle s'était exprimée d'un ton enjouée avec un sourire de gamine excitée.
Pauvre Veilleur.

Abandonnant son jouet bien vivant, elle se tourna vers les coffres qui lui tendaient les bras. C'était vraiment du superbe matériel mais l'agent devait bien admettre que le niveau technique de ces armes dépassait celui dont elle avait l'habitude. Rien d'insurmontable mais elle ne ferait pas d'étincelles en une poignée de tirs.
Peu importait !
Elle trouverait bien un moyen de tourner la situation à son avantage.

- Je vais me contenter de ces joujoux là mon grand, t'en fais pas, j'suis gourmande mais j'fais attention à ma ligne... Elle coula un regard en coin vers le portier, tel un fauve lorgnant sur un morceau de bidoche tout en hésitant à en faire son dessert. Pendant que je m'amuse, et si tu me disais comment se sent notre Rad'ast. M'a l'air débordé, non ? Il ne te donne pas trop de corvées j'espère ? Tu m'as l'air d'avoir besoin de vacances. Elle prit un blaster de précision, en apprécia le poids et sourit. Elle prit son temps pour se mettre en place et visa, tranquillement. T'es d'accord avec moi Klinedg, non ? Notre copain Veilleur a besoin de vacances. Sur une p'tite planète exotique, avec des p'tites Twi'lek pour le dorloter et nous deux pour veiller à ce que personne ne vienne l'ennuyer pendant qu'il s'enfile des cocktails...

Elle tira.
Et observa le résultat.
Ce qui lui arracha un grognement sans commentaire.
Elle avait sous-estimé la sensibilité de l'arme.

La jeune femme ne se laissa pas démonter pour autant. Elle était un peu rouillée et le blaster lui était étranger. Il leur fallait un peu de temps pour se connaître, s'apprivoiser.
Elle se cala à nouveau, visa et tira une seconde fois sur la même cible.

Nouvel échec mais moins dramatique que le premier qui aurait pu éborgner un Hutt sur Tattoine tant il était mauvais. Dommage que Rad'ast ne fut pas dans les parages, un ricochet aurait pu loger le tir dans son cul musclé par le plus grand des hasards.

Bon.
Fini de rigoler !
L'agent reprit sa posture et se concentra à nouveau. Cette arme se montrait récalcitrante, soit. Vilaine fille !
Afin de s'aider un peu, la jeune femme essaya de visualiser Rad'ast à la place de la cible. Si elle faisait mouche, l'intéressé sentirait peut-être un désagréable frisson le long de son échine.

- Ah, je savais bien qu'elle était sacrément sensible. J'm'y prenais comme un Gamorréen en rut ! Lyn émit un petit rire. Une excellente arme, comme j'aime. Par contre, elle demande de l'entraînement pour faire du bon travail...

Jet de dé [Tir] [Chance de succès : 40%]

1 () + 10 (Tir) = 11, opposé à 22 (Difficulté) = Échec critique !!!

Jet de dé [Tir] [Chance de succès : 50%]

6 () + 10 (Tir) = 16, opposé à 20 (Difficulté) = Échec

Jet de dé [Tir] [Chance de succès : 60%]

17 () + 10 (Tir) = 27, opposé à 18 (Difficulté) = Succès
De justesse Bon Remarquable [Superbe] Fantastique Épique Légendaire Béni par la Force
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 28 Juin 2017, 21:31

La jeune femme se redressa souplement, examina l'arme et sortit, un sourire aux lèvres, du stand. Elle inspira un grand coup.

- Hé les garçons ! Hurla-t-elle du ton follement enjoué du tueur sanguinaire qui s'amuse sur une proie à sa merci. Y aurait pas un gentil volontaire parmi vous pour m'aider à mieux gérer mon tir de précision ?

En son for intérieur, l'agent secoua la tête. Mais qu'est-ce qu'elle fabriquait ? C'était une invitation absolument obscène et, naturellement, beaucoup des hommes présents dans les parages allaient sentir leur sang bouillir. Après tout, ne laissait-elle pas entendre une sorte de tête à tête à caractère potentiellement sexuel durant lequel elle allait laisser un mâle en rut poser ses grosses paluches sur son corps dans le cadre d'un "exercice de tir" ?
Comme elle l'avait prévu, les tirs faiblirent aussitôt. Les couillons avaient mordus à l'hameçon et, déjà, elle captait vaguement des échanges virils. Bagarre en vue ? Peut-être. Le plus fort voulait s'assurer d'avoir la femelle pour lui seul en priorité et saurait peut-être se montrer magnanime en offrant les miettes du festin aux autres après coup.

La jeune femme attendit une seconde mais pas plus, de peur que Klinedg, qu'elle n'avait naturellement pas prévenu et qui venait sûrement de sauter au plafond les yeux exorbités, ne vienne semer la pagaille dans sa petite manœuvre.
Car, malgré le caractère impulsif de son coup d'éclat, elle avait une idée derrière la tête.
Une réputation, ça se mérite et, surtout, ça s'entretient.
Même les Hutt maîtrisaient ce type d'exercice, ce qui leur valait leur main-mise sur leur business.

Ainsi, alors qu'une silhouette se profilait de l'un des stands -un bon gros mâle bien décidé- en roulant des mécaniques, son sourire s'élargit et elle ajouta, sur le même ton mais avec une pointe lugubre dans la voix.

- Me faut un beau spécimen qui fera une cible parfaite. Y a pas à dire, les cibles inertes, ça gâche le plaisir et ça m'fait pas autant mouiller que d'faire exploser des membres ou des crânes... Alors, un motivé ?

Silence dans la salle.
Le type qui avait amorcé son mouvement eut comme une hésitation mais sembla prendre son courage à deux mains. Il s'extirpa de son stand, accorda un salut bref de la tête à la jeune femme et... lutta pour ne pas filer en courant vers l'ascenseur.
Ce qui lui valut un long regard appuyé de l'agent jusqu'à ce qu'il ait réussi à s'enfuir.
Brave petit.
Sweina venait encore de frapper mais Klinedg y était aussi pour quelque chose. Chaque bougre présent dans le coin savait que quiconque eut voulu jouer au plus malin en prétendant répondre à l'appel de la folle pour mieux s'y soustraire d'une pirouette aurait été bien obligé de s'arranger avec un certain colosse qui l'aurait personnellement attaché à une cible pour le bon plaisir de sa maîtresse.

- Personne ? Dommage... Lâcha-t-elle, faussement déçue. Elle se détourna, ignora Klinedg pour renforcer l'idée qu'il était de connivence ou, du moins, sous sa totale emprise et vrilla son regard sur le Veilleur. Oh, Veilleur, enfin un VRAI MALE ! On va s'amuser un peu, mon gros coquin !

Elle fendit l'espace entre elle et le portier, colla presque son visage contre le sien et posa une main délicatement sur sa joue.

- Du calme, je te ferais rien. J't'aime bien, mon p'tit Veilleur. Fit-elle, assez bas pour que ses paroles ne s'échappent pas du stand. Après ça, cette bande de gros durs te regardera autrement. Lyn reprit l'arme qu'elle avait abandonné un peu plus tôt, la tenant négligemment, telle une muette menace. J'aimerais que tu me parles un peu de Rad'ast, mon chou. Parce que tu vois, toi, j't'aime bien et j'trouve qu'on te traite bien mal ici. Courte pause. Puis, il a été bien vilain de me faire filer donc, j'estime être en droit d'en savoir un peu plus sur le type avec qui je devrais traiter de grosses affaires. Tu saisis ? J'aimerais pas qu'on me fasse un coup de pute... Elle laissa glisser un doigt sur la poitrine du Veilleur. ... et je sais me montrer très reconnaissante avec ceux qui m'aident. Surtout les gens talentueux comme toi.

Mieux valait ne pas se montrer trop insistante ou agressive vis à vis du portier. Il vivait déjà dans une situation de stress permanent alors autant le ménager. Restait à espérer qu'il sache se montrer un minimum... réceptif.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Oracle » 29 Juin 2017, 00:14

- L-le patron est très ... strict sur la propreté, lança leur guide, plus pour se donner une nouvelle fois une contenance qu'autre chose. Même si ça a l'air de l'ennuyer quand il en parle...

A chacune des piques de Sweina, le Veilleur tressaillait intérieurement et se raidissait extérieurement, tendu à l'extrême. Bon sang, mais qui l'avait assigné à cette folle furieuse ?! Il se sentait perdu avec elle. Tantôt elle semblait manifester de l'empathie à son égard, tantôt il avait l'impression de n'être qu'un simple jouet dont elle disposait à volonté.
Comme en ce moment d'ailleurs. Voilà qu'elle lui proposait des vacances désormais ! Le petit homme jeta un regard inquiet à Klinedg lorsque Lyn alpagua le géant. Ce genre de tactiques semblaient bien fonctionner sur le Veilleur. Lorsque sa nervosité augmentait, il lâchait des informations par inadvertance. Ce ne devait pas être une personne du même milieu que ces autres hommes de main. Peut-être était-ce là la raison des regards dédaigneux qu'il devait supporter ?

- Je ... je ne sais pas ce qu'il fait, assura Veilleur. On le voit très peu ces dernières semaines, d-du coup je m'occupe un peu plus de nos clients, c'est vrai, mais il me paie à la hauteur de mon travail. Je ... ça ne me dérange pas, conclut-il.

L'appât du gain pouvait être un moteur précieux chez certaines personnes, c'était vrai. Pourtant, Lyn avait du mal à voir Veilleur rechercher le grand luxe. L'image ne lui allait pas.
Leur guide jeta un œil vers le plafond, là où se trouvait la tête de Klinedg. Le géant était resté silencieux, mais cette absence de réaction avait autant d'efficacité qu'un coup de poing envoyé en direct. Ah ce Klinedg ! Savoir quand se taire, c'était un don rare chez les gros bras, non ?
Et puis, Lyn prenait la place pour deux. Interprétant son rôle avec passion, elle fit vibrer tous les hommes de la salle ... avant de leur faire prendre une bonne douche froide.
Glacée.
Même Klinedg avait failli tressaillir devant la performance. Il s'était tenu prêt à recaler tout opportun qui osait s'aventurer jusqu'à leur alcôve, avant de relâcher la tension lorsque Lyn avait assuré vouloir les utiliser comme cibles.
Pas un homme n'avait pas tressailli, chacun pour une raison. Maintenant, c'était - de nouveau - le tour de Veilleur.

- Je n'ai pas l'intention de rester ici pour toujours, avoua Veilleur. Ce n'est qu'un boulot comme un autre, j'en ai besoin pour survivre. Les autres peuvent bien aller se faire voir, mais Rad'ast m'a toujours bien traité.

Réelle loyauté ? Fierté personnelle ? Quelle qu'en soit la raison, Veilleur ne semblait pas réellement disposé à discuter de son employeur. Son regard fuyait cependant celui de Lyn : il était mal assuré, et il suffirait de peu pour lui tirer une réponse.

- Rad'ast honorera votre contrat j'en suis sûr, ajouta-t-il. Il l'a toujours fait jusqu'ici.

Afficher : spoiler
En fonction de comment tu tourneras tes questions, tu auras un bonus pour ton jet.
Si tu choisis l'intimidation, tu obtiendras très facilement les réponses que tu souhaites de lui (en supposant qu'il sache vraiment quelque chose d'utile) mais il ne t'aidera plus jamais par la suite.

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Oracle » 29 Juin 2017, 00:36

Lyn jeta un bref regard à Klinedg devant la réponse du Veilleur, et à la surprise de la jeune femme, se mit à parler.

- Ça c'est ce que tu dis mon garçon, dit-il de sa voix grave, menaçante. Tu comprendras qu'il nous est impossible d'accorder notre confiance à un homme qui nous fait suivre. Même si je les retourne comme des crêpes trandoshans. Nous assurer que tout ira bien est notre seul souhait, et c'est avec Rad'ast que Sweina en parlera.

L'objectif du géant était clair : les problèmes se créaient autour de Rad'ast. Le retrouver, c'était donc en apprendre plus. De plus, Klinedg n'avait énoncé aucune question directe envers Veilleur, il se contentait de l'abreuver et faire monter son stress.

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 29 Juin 2017, 01:27

Pauvre petit chose que ce Veilleur.
Il ressemblait à une petite créature tremblante prise au piège. Il était tellement nerveux que la jeune femme s'attendait à le voir sursauter au moindre petit bruit. A découvrir de petits soubresauts sur son visage.
C'était un phénomène assez fascinant, l'agent devait bien l'admettre. Comment un individu pouvait avoir aussi peur... d'elle ? Klinedg était intimidant de façon naturelle, il n'y pouvait rien. Même s'il voulait n'effrayer personne, il y aurait toujours quelqu'un qui se sentirait un peu mal à l'aise face à sa carcasse.
Finalement, la réputation de Tilsa était encore plus sombre que Lyn ne l'imaginait. Que fabriquait-elle donc pour instiller une telle frayeur chez des gens qu'elle n'avait jamais croisé ? Encore un peu et ça lui ferait froid dans le dos. Et elle en rajoutait une couche, rien que pour le plaisir. Elle était aussi monstrueuse que la véritable Sweina, d'une certaine façon.

Bref.

Le portier avait lâché une miette d'information à laquelle la jeune femme ne répondit que par un hochement de tête. Elle notait la réponse de l'homme mais ne mordait pas dessus. Pas encore. Elle avait préféré le laisser mariner. Jouer avec ses nerfs et faire tourner en bourrique la faune locale dans la foulée.
Ainsi donc, le Veilleur n'avait pas l'intention de s'éterniser ici. Pauvre garçon naïf. Devait-elle lui dire qu'il avait signé un contrat à vie à son insu ? A son niveau, il en savait déjà trop et Rad'ast -ou l'éminence grise tirant les ficelles- préférerait le réduire au silence malgré son utilité plutôt que de le laisser filer. Bien trop risqué. Il était trop étranger à la faune locale. Il ressemblait à un bantha déguisé en dragon krayt, ce qui expliquait que les autres le traitaient comme un paria. Ils n'étaient pas des leurs et n'avaient aucune intention de l'intégrer. Tant qu'il était utile, ils le toléreraient.
Et, Lyn voulait bien le croire, Rad'ast le traitait bien. Cette grosse brute connaissait la valeur de cet homme, ce qui expliquait ce traitement de faveur mais si le portier bougeait une oreille de travers, il le boufferait tout cru. Sans hésiter. Sans crier gare.

Quand Klinedg ouvrit la bouche à l'intention du portier, la jeune femme lutta pour ne pas sourire ou rigoler. L'idole de métal, LE Klinedg, la Présence écrasante qui terrifiait le Veilleur grâce à son épais mutisme venait de lui asséner une attaque surprise. Des mots. Juste de putains de mots.
Pour la jeune femme, ce n'était que l'énoncé d'un point de vue qu'elle partageait. Ce n'était que la vérité.
Mais pour l'intéressé ? Cela pouvait sonner comme une sentence, une menace à peine voilée. Ou comme une poignée de saintes paroles qu'il ne fallait surtout pas négliger sous peine de se voir transformer en "crêpe trandoshan". Un sort terrible pour tous les impies osant tenir tête au Klinedg !

Ainsi, la jeune femme hocha doucement la tête, comme si elle validait chaque mot de son compagnon. Elle poussa un petit soupir. Et décida que Sweina devait se montrer un peu gentille. Comme disait l'adage : "Qui veut coincer le Rad'ast doit savoir ménager son Veilleur". Ouais.

- On a tous besoin d'un boulot pour vivre mon chou. Amorça-t-elle, rebondissant sur ce que l'homme avait dit un peu plus tôt mais en soulignant le terme vivre. Il semblait tellement désespéré qu'il pouvait être productif de le tirer un peu vers le haut. Et puis, j'ai bien vu que Rad'ast te traitait bien. Lui, il t'a montré du respect. Pas comme ses laquais. Et devine quoi mon lapin ? Elle se fendit d'un sourire presque maternel, conscience qu'il mettrait son interlocuteur mal à l'aise. Moi aussi, j'te respecte. T'es l'seul ici à ne pas avoir maté mon cul comme si c'était la dernière friandise à la mode et, surtout, t'es l'seul à avoir joué franc jeu avec moi. Même ton patron ne m'a pas fait c'plaisir en m'faisant suivre.

La jeune femme se passa une main dans les cheveux et son visage perdit son entrain. Ce n'était plus qu'un masque neutre, sans étincelle, comme figé. En attente.

- Tout c'qu'on veut, Klinedg, toi et moi, c'est que mes p'tites affaires se passent bien. T'es bien d'accord mon chou ? Ouais, t'es d'accord. Pause. J'sais que tu veux bien faire, que t'es dans les p'tits papiers de Rad'ast et, si tu penses que j'te demande de me balancer des infos sensibles, je t'arrête de suite. J'suis là pour affaire mais j'aime savoir avec qui et comment je fais affaire. J'veux pas faire de toi un mouchard mais, comment dire... Ouais, une sorte d'intermédiaire pour notre bénéfice à tous. Tu saisis ? Et si Radichou commence à grogner, j'lui rappellerais que c'est lui qui a joué au vilain.

L'agent se pencha légèrement et fixa intensément le Veilleur. Il pourrait fuir son regard, certes mais il serait sur des charbons ardents vu qu'il était coincé entre une folle furieuse et son colosse de compagnie expert en crêpes trandoshans.

- Donc, je t'écoute mon ami. Cela restera entre nous. Notre petit secret à tous les trois.

Jet de dé [Charisme] [Chance de succès : 75%]

20 () + 13 (Charisme) + 2 (Spec. Persuasion) = 35, opposé à 18 (Difficulté) = Succès critique !!!
De justesse Bon Remarquable Superbe Fantastique Épique Légendaire [Béni par la Force]
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Oracle » 29 Juin 2017, 23:41

Klinedg avait ouvert la porte. Lyn avait fait le reste. Ce qu'il manquait de finesse au géant, la jeune femme le possédait en abondance. Plus elle avançait dans son discours, plus Veilleur semblait comprendre - et approuver surtout ! - ce qu'elle disait. Il semblait toujours aussi stressé, mais vu le personnage c'était au contraire bon signe pour Lyn.

- Je ... oui d'accord je comprends, mais..., hésita-t-il néanmoins.

Une dernière barrière subsistait avant qu'il ne puisse se livrer. Elle disparut lorsque Klinedg mit une main sur l'épaule du jeune garde, accompagné d'un regard qui n'avait rien de menaçant.

- Bon, j'imagine que ... que ça ne fera rien ..., commença-t-il péniblement. Je crois qu'il descend au dernier sous-sol chaque fois, mais je n'en suis pas totalement certain, je n'y ai pas accès. Il désigna sa carte magnétique, pendant à sa ceinture. Je n'ai pas les codes de ces étages là.

Veilleur non. Lyn ... oui. Son escapade nocturne lui avait assuré cet avantage. Maintenant, ce procurer une carte magnétique comme celle de Veilleur lui permettrait de se déplacer librement et rapidement. Mais elle pouvait faire sans : cela lui demanderait plus de temps et du savoir-faire, mais il y avait toujours moyen de brancher son datapad à la console des ascenseurs et contourner la sécurité pour entrer le code.

- Il a dit qu'il vous retrouverait plus tard, mais je ne pense pas que vous le verrez avant ce soir. Ces derniers temps il semble être très pris, comme s'il mettait sur pied une grosse livraison je dirai.

Dans le dos de Veilleur, Klinedg jeta un regard éloquent à Lyn. Ça sentait mauvais ça !
Et cela pressait d'autant plus l'agent à visiter les soubassements.

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 30 Juin 2017, 00:31

Telle une Impératrice installée sur son majestueux trône et soupesant son auguste sceptre tandis qu'elle écoutait les doléances d'un vassal soumis, Lyn avait posé son adorable petit fessier sur une caisse, caressant distraitement le blaster de précision, et offrait au Veilleur un regard bienveillant. De façade mais dans le genre bienveillante. Comme la devanture d'un magasin de friandises avec ses couleurs qui pétillent alors que la saloperie qu'ils vous refourguaient ruinerait irrémédiablement votre dentition et rendre très riche votre dentiste.
Un problème totalement étranger à la jeune femme. Merci à la guerre, ça vous évitait la menace sournoise de l'industrie du sucre !

La jeune femme manqua de sourire quand Klinedg posa une main presque amicale sur l'épaule de leur crevette d'interlocuteur. Ce grand dadais savait y faire, dans le genre. Un vrai ténébreux silencieux comme on en voyait dans certaines holodiffusions d'une autre époque. Le gars qui ne crache pas trois mots de toute l'histoire mais qui, d'un regard ou d'un geste, vous donne assez de courage pour surmonter toutes vos emmerdes !
Peut-être devrait-elle songer à se reconvertir dans ce milieu avec Klinedg ? Mouais, non. Le colosse risquait de réduire en purée les cascadeurs dans les scènes d'actions et de ruiner les équipements factices en voulant simuler un combat. Pas qu'elle douta de sa capacité à se contrôler mais, dans le feu de l'action...

- Au dernier sous-sol, hein... Commenta doucement la jeune femme, sans relever le fait que le Veilleur n'avait pas les codes d'accès.

Inutile de lui encombrer la tête avec des informations troublantes comme le fait que ELLE, elle les avait, ces codes. Mieux valait rester dans le rôle. Et donc, pour ça, d'éviter de trop en dire au portier et, surtout, de ne pas récupérer sa carte magnétique pourtant bien pratique. Elle aviserait, il y avait toujours des solutions. Et quand il n'y en avait pas, on en trouvait quand même, quitte à sortir des sentiers battus.
Elle adressa un signe à son interlocuteur de ne pas faire attention à ses paroles et le laissa continuer.

L'agent fit une petite moue. Un peu involontaire mais que l'on pouvait sans mal mettre sur le compte de ce délai avant l'entrevue. Déjà qu'elle n'avait pas la réputation d'être facile à vivre ni très saine d'esprit, il n'était pas difficile de lui coller l'étiquette "Impatiente" sur le front dans la foulée.
Et même sans ça, il était désagréable pour tout client de ne pas avoir l'attention du fournisseur sans la moindre explication, excuse ou compensation. Même dans le secteur trouble du commerce illégal, on y mettait un minimum les formes, histoire de fidéliser les acheteurs.
La jeune femme rendit son regard à Klinedg mais n'ajouta rien.
Si le colosse estimait que ça sentait mauvais, c'était une vraie catastrophe pour Lyn. Qui disait livraison disait groupe dangereux sur une planète sensible encore mieux armé qu'avant. Le temps pressait. Il y avait une Galaxie à sauver quoi, merde !

- Merci mon chou, t'es vraiment un amour. La jeune femme couva le Veilleur du regard. Tu sais, si un jour t'as envie de changer d'air, faudra pas hésiter à m'faire signe. Aussi froussard que pouvait être le portier, c'était un homme précieux pour toute organisation. Ce n'était probablement pas la première offre de ce genre qu'on lui faisait, surtout s'il croisait de gros clients. Dis-moi, le patron s'occupe toujours personnellement des livraisons comme ça ? J'demande ça mais, en fait, c'est pas pour m'déplaire, ça montre qu'il s'implique pour satisfaire les clients. Elle soupira. J'me demande où ça va aller tout ça... Et surtout, comment c'est transporté. C'est important ! Une fois, j'avais acheté à un type bizarre un jeune dragon Krayt et une petite cargaison d'explosifs... Un putain de massacre mon chou ! Il avait salopé le boulot ! La bestiole avait bouffé un gars à lui et avalé des trucs qui fallait pas. Alors j'l'ai buté. Nouveau soupir. T'as pas trop de clients qui se sont plaints, hein ?

Et tandis qu'elle débitait son petit discours pour amener sa proie à déballer de menus détails utiles, l'agent réfléchissait à un plan pour récupérer un moyen d'accès aisé au complexe. Sans mettre Veilleur en danger mais pas sans l'impliquer un peu, juste assez pour lui faire sentir que Sweina avait l'œil sur lui.
Une petite étincelle luisait dans un recoin de son esprit et elle retint un sourire. Ce n'était pas le moment de faire peur -encore plus- à ce pauvre bougre mais elle comptait bien le récompenser de sa coopération.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Aucun contrat ne nous lie à la rationnalité

Messagepar Oracle » 30 Juin 2017, 00:41

Veilleur réfléchit quelques instants avant de répondre.

- Oui je crois bien que oui, fit-il. Lorsqu'il ne s'agit que de chasseurs de primes il laisse généralement quelqu'un d'autre s'en occuper, mais si je lui dis qu'il pourrait s'agir d'un gros client...

Ah le bougre ! C'était lui qui décidait des VIP en fait ! Lui et sa passion pour les Holonews.

- Je n'en ai aucune idée, répondit le Veilleur lorsque Lyn aborda la question du transport. On ne m'a jamais informé de la logistique, mais tous nos clients ont été livrés sans problèmes jusqu'ici, vous n'avez pas à vous inquiéter pour ça. Je pense par contre que les échanges doivent se faire dans l'espace pour éviter les problèmes sur les autres planètes.

Il disait ça mais ce n'était qu'une supposition de sa part. Il n'était pas du milieu, ne gérait pas ça - et n'avait jamais géré quoi que ce soit s'en rapprochant.

Revenir vers « Ville-Basse »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité