Une vision de l'autre côté

Avatar de l’utilisateur

Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 21 Octobre 2016, 21:12

Coruscant - Ville Basse


Image


Les bas-fonds de Coruscant. Si en surface la planète était le Joyau des Mondes du Noyau, en creusant un peu plus en profondeur, le joyau perdait vite de son éclat.
Pauvreté, crimes, drogues, ... La liste était classique, mais cela se ressentait à chaque pas dans cet endroit. L'obscurité qui y régnait en grande majorité ajoutait encore plus à cette atmosphère lugubre et inquiétante - les ruelles pouvant être de véritables coupes-gorges si on n'y prenait pas garde. Si on ajoutait à cela les gens louches aux longues capes et capuches noires, venus des quatre coins de la Galaxie pour faire on ne savait quoi, les voleurs en tout genre plus vifs qu'un rat womp des champs, l'endroit était vraiment inquiétant pour le touriste tombé ici bas.
Pour les autres, c'était le quotidien. L'endroit où leur lutte prenait place chaque jour, sous la menace incessante des gangs et mafias locales qui s'affrontaient pour gouverner une parcelle, et ce malgré les quelques tentatives de la RFN pour garder l'ordre. Cette dernière avait d'ailleurs beaucoup de mal à garder ne serait-ce que l'endroit en surveillance. Ajoutez une caméra un jour, le lendemain vous la retrouverez en mille morceaux si elle n'était pas bien dissimulée. Il fallait donc se la jouer plus fine, s'infiltrer dans le milieu, et c'était précisément ce que faisait Lyn Aylak.

La jeune femme était arrivée dans l'un des coins les moins reluisants des bas-fonds : les Taudis. Seule preuve que la civilisation n'était pas loin, la haute tour Holonet 2B-3, relais de communication de la chaîne D6Chan - c'était d'ailleurs un miracle qu'elle soit encore debout malgré les luttes locales- visible à l'horizon.
Dans cette partie-ci de la ville, pas de toits pour se protéger de la pluie, et l'éclairage lui-même faisait parfois défaut. Pourtant, un bâtiment se démarquait des autres, par les cris de joie et la lumière qu'il émettait : la cantina The Leaking Brain, oasis dans ce désert de métal.
Même sans les cris qui s'en échappaient, le bâtiment attirait l’œil. Était-ce une carcasse de vaisseau ? Un agglomérat étrange qui donnait cette impression ? Cela soulevait en tout cas de nombreuses questions sur l'endroit, et donc sur celui qui le tenait.



Afficher : spoiler
Tu es libre de poser des questions aux gens dans la rue pour obtenir des renseignements sur la cantina, de poser une bombe, danser devant l'entrée, bref, ne te cantonne pas forcément à ton objectif - je sens que je vais le regretter :D
Et n'oublie pas ! A partir d'ici, chaque détail peut avoir de l'importance !

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 22 Octobre 2016, 00:57

Ah, la Ville-Basse.
Le secteur préféré des touristes en mal de sensations fortes sur Coruscant. S'ils survivaient assez longtemps pour raconter leur périple, bien sûr. Ce qui n'était pas le cas d'un bon nombre d'entre eux. Si certains mouraient de l'une des innombrables façons typiques du coin, il y en avait aussi un bon paquet qui disparaissait sans laisser de traces. Que devenaient-ils ? Etaient-ils toujours vivants ? Mieux valait ne surtout pas chercher à savoir. Vraiment.
Mais pour les intrépides curieux, pour ce qu'en savait Lyn, il y avait une bonne part qui servait de source d'organes frais pour le marché noir. D'autres étaient drogués avant de se retrouver dans des bordels sordides ou réduits en esclavage. Parfois, on retrouvait des restes des victimes de l'une des créatures des bas-fonds. Non pas les criminels mais la vraie faune, celle dont on ne parlait qu'à demi-mots. Des bestioles mutantes adeptes d'effluves pollués qui auraient pu provenir de l'imagination débordante d'un savant fou si la nature n'en avait pas eu l'idée avant.

S'il avait fallu donner des conseils aux nouveaux agents venus faire leurs premières armes dans ce secteur, le premier était l'un des plus importants à court terme : ne JAMAIS prendre une grande inspiration ! C'était stupide. L'air y était tellement exotique -pour ne pas user d'une pléthore d'autres termes issus d'un jargon scientifique tournant autour du danger- qu'il risquait fortement, à forte dose, de faire fondre des poumons non-initiés.
Ensuite, il ne servait pas à grand chose de faire tous les vaccins conseillés par les brochures. La majeure partie des virus avait muté et ils se bouffaient entre eux plutôt que de tuer leur hôte. Au pire, vous risquiez un petit saignement de nez et des démangeaisons du cerveau pendant un ou deux jours. Rien de bien méchant donc. A moins de chercher absolument à se GRATTER !
Enfin, le dernier conseil était vital. Nombre de jeunes agents ne le découvrait que bien trop tard. Pauvres petits. La couverture générique d'un novice était la petite frappe de base qui zonait dans le secteur, passant pas mal de temps à glander, à grappiller des crédits à droite ou à gauche et à intimider les plus faibles dans l'espoir d'en retirer une maigre satisfaction. Ainsi, en qualité de criminel de bas étage, il ne fallait surtout pas baisser la tête. C'était un signe de soumission, de crainte. Cependant, combien d'agents en avaient trop fait ? Beaucoup. Bien trop même. Ils n'avaient pas respecté la hiérarchie sociale locale.
Car un malfrat, ça relève la tête mais ça ne toise que les inférieurs -drogués réduits à l'état de carpette, touristes, putes décatis dont personne ne voulait, etc- mais on ne croisait pas le regard des autres. Furtivement, ça pouvait arriver mais braquer ses yeux dans ceux d'un bougre patibulaire et vous finissiez généralement avec des implants oculaires tandis que ledit bougre s'offrait un cocktail à l'œil. Ah ah.

Dans le cas présent de Lyn, elle pouvait se permettre de toiser la faune locale en sa qualité de leader de gang mais elle n'abuserait pas de ce privilège, n'étant pas sur son territoire. Pour cela, il eut fallu que Sweina de Kuat soit une baronne de la pègre tellement réputée et crainte que même un Gamoréen se ferait dessus en la reconnaissant dans la rue.
Bref.
Elle se contentait donc, depuis son arrivée dans la Ville-Basse, de marcher avec assurance, un petit rictus collé au visage. Le genre qui disait "Ce coin me plait, on dirait ma piaule après une orgie de wookies". De temps en temps, elle toisait des individus qu'elle classait dans la catégorie "Petite frappe" et notait, avec satisfaction, que son masque convenait à l'ambiance. Et qu'ils connaissaient les règles. Bien.

La jeune femme n'eut guère de mal à trouver son chemin vers la cantina. Comment la rater, de toute façon ? Même un aveugle aurait réussi à la repérer tant l'ambiance qui semblait y régner résonnait dans le secteur. Intéressant. Le rictus s'accentua avant de s'évanouir. Elle avait envie de prendre la température des environs avant de se lancer à la rencontre de son contact sur place.
Ainsi, prenant le temps de toiser tranquillement un balourd qui s'était planté sur son chemin pour lui vanter les mérites d'une substance dont elle n'eut aucune envie de retenir le nom, elle fit une petite moue tandis que sa main descendit presque lascivement vers sa hanche. Le type suivit le mouvement du regard, devint tout blanc, balbutia des conneries et trébucha sur un Trandoshan qui, sans autre forme de procès, lui asséna une mandale dans la tronche qui l'expédia dans un recoin crasseux. Le reptile grogna et n'accorda qu'un minuscule regard à l'agent. Qui lui accorda un petit rictus complice. Et ce fut tout.
Une merveilleuse rencontre dans la veine de la Ville-Basse. Un gros dur. Une femme fatale. Un abruti. Une baffe. Un semblant de sourire. Et c'était le coup de foudre ! L'histoire intense et brûlante réunissant deux êtres si différents. Une fantaisie qui, naturellement, n'eut jamais lieu car le Trandoshan n'avait pas que ça à foutre -même s'il avait noté, distraitement, la couleur inhabituelle de la chevelure de Lyn- et l'agent reprenait son chemin, sans un regard en arrière.

Au coin d'une sorte de bâtiment menaçant de s'écrouler, la jeune femme assista à une scène parfaitement banale : une prostituée pas très fraîche aux prises avec un client sous l'emprise d'une substance lui faisant pétiller les neurones. Lyn ralentit le pas légèrement. Non pour intervenir mais parce que cela promettait d'être mouvementé.
- Laisse-toi faire mon p'tit chou... J'vais te faire passer la meilleure heure de ta vie. Susurrait la prostituée franchement trop fardée d'une voix rauque. Trop rauque même pour être honnête.
- Lâche-moi la moche ! M'touche pas, bordel... Marmonna en retour le type dont le visage semblait à deux doigts de changer de teinte.
- Pfff. Ben casse-toi pov' con ! Balança alors la pute d'une voix clairement masculine tandis qu'elle bousculait le camé vers une caisse abandonnée qu'il percuta lourdement.
Le mec grogna, marmonna une poignée de mots incompréhensibles et dégaina soudain sa marchandise pour pisser sur l'importun objet avec un rire goguenard tandis que le travesti beuglait un flot d'injures particulièrement créatives et originales. Le drogué ayant fini sa petite affaire, remballa le tout... puis vomi sur les pieds d'un Rodien.
Le nouveau venu ne dit rien, se contenta de sortir son blaster, de le fourrer dans la narine gauche du malotru et de lui frire la cervelle sans autre forme de procès. Ouais. Quelqu'un avec qui on ne plaisantait pas. Lyn détourna le regard. Vu l'ampleur de la catastrophe, il risquait d'y avoir d'autres victimes. A commencer par le premier assez crétin pour rigoler. Ou ricaner. Ou juste avoir le culot de regarder les pompes dégueulasses du type furieux et armé.

Bon.
Assez frayé avec la faune.

L'agent se détourna de cette violence gratuite, de cette crasse, de cette pustule sur la face de Coruscant afin d'observer... Quoi, en fait ? En y regardant de plus près, c'était bien The Leaking Brain, pas de doute. Oui, ça portait le nom de cantina mais la structure était incroyablement singulière. Qu'était-ce donc ? Un vaisseau s'était crashé là et on avait décidé d'en faire un lieu festif où l'on ingurgitait, entre autre, de l'alcool ? A moins qu'un ferrailleur se prenant pour un artiste n'ait largué sa marchandise dans l'espoir que ça ressemble finalement à quelque chose ? Bizarre.
Mais, au fond, ça ne déplaisait pas à la jeune femme. Au contraire. Marre de ces bâtiments classiques et fonctionnels ! Un peu d'innovation et d'audace, c'était un courant d'air frais dans l'existence. Surtout dans un secteur aussi pourri. Bordel. Ce Vlaad devait se faire des couilles en or avec un truc pareil ! Rien que le cadre valait le détour alors, vu ce qu'on percevait de l'ambiance depuis l'extérieur, l'intérieur était aussi attirant qu'un gros bâton de la mort aux yeux d'un camé.
Mais Lyn avait la tête sur les épaules. Elle se passa une main gantée sur le visage, retrouva son petit rictus et rôda dans les parages de la cantina, scrutant les accès visibles en dehors de l'entrée principale. Elle n'en ferait pas le tour. Trop suspect. Et surtout, elle n'entrerait pas tout de suite. Elle avait un autre endroit à aller inspecter.
Ainsi, une fois son passage achevé, reluquant ouvertement ce qui tenait lieu de façade au bâtiment comme le ferait n'importe quel curieux passant devant un endroit aussi animé, elle se détourna et se dirigea d'un pas tranquille mais méfiant vers la planque la plus proche de la cantina. Son premier point de chute.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 23 Octobre 2016, 18:48

L'endroit semblait relativement sûr. Une fois entrée dans le bâtiment, Lyn avait trouvé un panneau de contrôle bien dissimulé à reconnaissance d'empreintes digitales, sur lequel elle avait tapé le code d'entrée. Et à la manière des holofilms d'espionnage, une porte renforcée en trompe l’œil s'était déverrouillée.
Elle avait trouvé une première pièce avec quelques réserves de nourriture, et une seconde avec du matériel militaire et deux lits de camps des plus spartiates.
Une trousse de soins avec quelques bandages imbibés de Kolto, des munitions pour tout type d'armes, deux détonateurs thermiques et un fusil de sniper. Difficile de refaire les stocks dans cet endroit, et il était clair que cela faisait un moment qu'ils n'avaient pas été refaits ici. Ou alors que quelqu'un était déjà passé récemment et avait dévalisé le stock.

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 23 Octobre 2016, 21:35

L'accès sécurisé était rassurant tout en étant digne des fantasmes de tout gamin passionné par l'espionnage. Avec un petit sourire amusé, la jeune femme songea qu'un certain Rodien n'aurait pas tenu plus de trois secondes avant de bricoler le système complet pour y inclure une foule de petits gadgets délirants. Et une machine à café dernier modèle avec une réserve secrète.
Devait-elle le contacter afin de le lui en faire la suggestion ? Non. C'eut été par trop cruel, lui qui était confiné dans un laboratoire.

Lyn prit un moment afin de faire le tour de l'installation. Il valait mieux savoir à quoi s'attendre mais elle ne pourrait pas se permettre de faire de même avec l'ensemble des planques dont elle connaissait l'emplacement.
Elle s'installa sur l'un des lits de camp et inspecta rapidement le matériel. Pas de quoi déclencher une guerre. C'était suffisant pour un agent de terrain. Même si la jeune femme n'en aurait pas l'usage pour le moment. Après tout, elle devait rencontrer un contact, pas abattre quelqu'un. Ni fourrer un explosif dans la gueule d'un sale type. Quoi que. Qui savait ce que l'avenir risquait de lui réserver, hein ?
Elle soupira.
Les stocks n'étaient pas au mieux. Devrait-elle inclure ce genre de données dans son rapport ? Pour passer pour une emmerdeuse pointilleuse qui fait la liste des fournitures manquantes partout où elle passait peut-être ? Ah ah. Elle aviserait en temps voulu. Ce pourrait être une mission de routine pour un nouvel agent tiens. Ce qui sauverait la peau d'un autre agent qui aurait joué de malchance.

Bref.

La jeune femme sortit son paquet de bonbons qui avait miraculeusement échappé à l'inquisition. Elle goba une dernière friandise et remisa le reste avec les autres fournitures alimentaires. De quoi faire le bonheur d'un agent dans la tourmente. Ou donner naissance à une nouvelle espèce mutante de moisissure aux effluves sucrés à plus ou moins long terme.
Chassant cette pensée de son esprit, elle fit le point sur sa mission.
Qu'avait-elle accompli de digne d'intérêt jusqu'à maintenant ? Bonne question.
Ah, si ! Elle avait survécu à son retour dans la Ville-Basse et constaté que la faune n'avait pas changé d'un pouce. Elle avait également fait l'inventaire d'une planque du Service et émit la suggestion à elle-même que le stock tirait la gueule. Oh, enfin, elle avait fourni du matériel alimentaire de haute qualité aussi.
Grandiose !
Et maintenant ?

- Ouais, et maintenant, Sweina ? Marmonna-t-elle, rajustant le masque qui serait le sien pour cette mission. C'est l'moment de s'en jeter un p'tit, l'ami !

Le rictus revint sur son visage. Exercice facile, il lui suffisait de penser au visage de sa sœur lors de l'Incident. Un modèle unique et parfait. Digne de la petite garce menant un gang par le bout du nez pour satisfaire ses instincts sadiques. N'y avait-il que cette bande que Tilsa menait par le bout du nez ? Sûrement pas. Elle devait répandre son venin dans l'esprit d'un tas de gens autour d'elle et maintenait aussi un pauvre type entre ses griffes en guise d'amant. Ou de jouet sexuel plutôt. Lyn n'avait pas vraiment envie de savoir. L'image qui s'était imposée à elle était trop écœurante.
Elle se leva avec un petit grognement.
Autant se bouger le cul plutôt que d'attendre que les bonbons prennent racines. Vlaad l'attendait sûrement en ce moment, impatient de lui déballer sa liste de cocktails en échange d'informations. Il restait à espérer qu'il n'y aurait pas un régiment de Nikto dans cette cantina sinon, elle risquait d'en dévisager plus d'un en pure perte.
Haussement d'épaules.
La pêche aux infos serait une bonne mise en bouche avant d'aller découvrir les entrailles du Leaking Brain. Elle n'avait ni le temps ni l'envie d'apprendre tout ce qu'il avait à savoir sur la cantina -pas pour le moment- et se contenterait du strict minimum. A savoir, l'avis de la faune sur le patron et ce qui pouvait bien se passer dans cette boîte de conserve enrobée dans des néons.

Vérifiant que la voie était libre, elle s'extirpa de la planque et entama son chemin d'un pas faussement tranquille. Régulièrement, elle scrutait les environs, méfiante. Qui pouvait savoir ce que la réputation de Sweina allait lui réserver ? Elle devrait gérer toute rencontre importune de manière efficace, sans biaiser sa couverture. Quitte à tuer si nécessaire. Ce qui ne risquait pas de choquer grand monde. Même un rancor fou lâché dans les rues n'aurait obtenu qu'un vague haussement de sourcils des plus endurcis du coin alors que tout le monde se serait planqué pour éviter de finir en charpie.
La jeune femme prit son temps pour approcher de la cantina. Inutile d'y aller directement. Rien ne pressait et, s'il devait y avoir une échauffourée, mieux valait qu'elle ait lieu à l'extérieur.
Parfois, elle observait ouvertement autour d'elle, comme quelqu'un cherchant son chemin. Idéal pour avoir une vision élargie des environs et repérer un comportement vraiment suspect. Comme quelqu'un tentant de la suivre, par exemple. Même parmi une faune aussi suspecte que celle de la Ville-Basse, un individu en traquant un autre n'avait pas la même allure. De plus, il pourrait commettre une erreur sous le coup de la surprise.
Et si elle repérait quelqu'un, elle continuerait son chemin. Vers une ruelle quelconque peut-être.
Elle aviserait.

Pour le moment, tandis qu'elle arrivait en vue du Leaking Brain, Lyn repéra une source potentielle d'informations. Une prostituée. Le genre ni trop défraîchie, ni trop pimpante. Une habituée de la rue. Non. Une survivante de la rue. La jeune femme songea que la pute avait sûrement une jolie panoplie de lames discrètes prêtes à calmer le plus pénible des clients en le soulageant d'un peu de sang, de sa virilité ou carrément de sa vie.
Elle s'en approcha avec nonchalance, lui adressa un petit rictus avenant et entra dans le vif du sujet.

- Hé, t'as l'air de connaître le coin toi, hein ? Une femme aux mœurs légère ne s'offusquerait pas de cette familiarité. Ni ne verrait Lyn comme une rivale potentielle venant lui piquer son emplacement. Un type m'a invité au Leaking Brain - elle désigna du menton la cantina -et j'me demandais ce que ça valait comme bouge. M'a l'air sacrément animé. Le patron fait une grosse fête ou quoi ?

Si elle ne s'était pas plantée, la prostituée se montrerait juste assez bavarde pour lui refiler une ou deux infos utiles. A moins qu'elle ne se montre peu encline à taper la discut' mais, l'agent en doutait. Papoter, ce n'était pas juste un truc de femmes. Les putes aussi, elles aimaient les ragots et les petites pauses dans le boulot.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 25 Octobre 2016, 20:14

La jeune femme était prudente, mais rien n'était en droit de l'alarmer pour le moment. Personne ne semblait la suivre, et la Ville Basse ressemblait ... et bien à la Ville Basse. Individus adossés aux murs, d'autres avachis par terre l'air miséreux... Quelques autres encore qui toussaient à en cracher leurs boyaux. De fait : rien qui sorte du lot dans un tel endroit.
Désireuse de savoir à quelle sauce elle serait mangée, Lyn Aylak aborda une prostituée qui devait avoir la trentaine au plus (record dans la Ville Basse ? - non, tout de même pas).

- Z'êtes pas d'ici, vous hein ? fit la Twi'Lek, un sourire goguenard sur le visage.

Qui s'effaça aussitôt en voyant le rictus sardonique et l'attitude de Lyn. Visiblement elle comprenait à quel genre de personne elle avait affaire - du moins le genre de personne que Lyn prétendait être. Pour avoir côtoyée bon nombre d'individus de cette espèce, elle savait qu'il y avait des limites à ne pas franchir, et des comportements à ne pas adopter. Mieux valait courber la tête et vivre un autre jour dans la Ville Basse.

- T-tout le monde connaît le Leaking Brain ici, reprit-elle sur un ton plus mesuré. C'est le seul endroit décent dans l'endroit. Si votre ... ami ... - visiblement elle doutait que ce soit un ami qui attire Lyn ici - vous y a invitée, c'est qu'il ne vous fera pas de coup foireux. Pas devant le patron en tout cas, ajouta-t-elle.

Du regard, elle dévisageait de la tête au pied l'agent, évitant au maximum de la regarder directement. Mais la prostituée devait être du genre prudent car elle avait reculée de quelques pas en arrière, le bras enroulée autour d'elle comme si elle voulait se protéger.

- C'est combat de lutteur ce soir. Ça marche toujours quand Klinedg combat. Les gens savent qu'il va gagner alors ... ils parient sur lui. O-on fait toujours plus de chiffre lorsqu'ils sortent...

Ce qui expliquait pourquoi elle rôdait dans les parages depuis un moment déjà. La Twi'Lek commençait à regarder autour d'elle comme si elle cherchait une porte de sortie, mais visiblement elle n'en trouvait pas. Sa main droite semblait crispée.

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 25 Octobre 2016, 22:26

Le regard de Lyn ne quittait pas la Twi'lek. Comme le ferait quelqu'un dans sa supposée position. Mais sans la pointe de menace ou le mépris des gérants d'un réseau de prostitution. Elle voulait des infos, pas enrôler cette pauvre fille dans un bordel fictif. Déjà qu'elle ne semblait pas particulièrement à son aise. Enfin, rien d'étonnant. Les souteneurs avaient les moyens d'avoir à l'œil leurs gagneuses alors, autant ne pas traîner pour qu'elle n'ait pas de problèmes. Pas plus que d'habitude du moins.
Notant le changement d'attitude de la Twi'lek, la jeune femme resta de marbre. Un geste de sa part pourrait être mal interprété par la prostituée donc, autant y aller en douceur tout en restant dans le personnage. Ainsi, même si son visage n'exprima rien, elle gratifia son interlocutrice d'un haussement d'épaules.

Tout en gardant la prostituée à l'œil, Lyn analysa ce qu'elle pouvait lui apprendre. Ainsi, le Leaking Brain était un lieu décent ? Vu le secteur, cela devait vouloir dire qu'on pouvait espérer y trouver des chiottes fonctionnelles à défaut d'être propres, une profusion de videurs capables de fracasser une paire de crânes avec une main et du mobilier à peu prêt intact. Peut-être.
Ce qui en disait long, très long, sur le Nikto. Vlaad jouissait d'une certaine réputation, ce qui expliquait en partie la mise en garde de Salay à son sujet. Intéressant. Il mériterait donc un traitement de faveur de la part de l'agent. Petit veinard ! Ce qui ne lui ferait pas baisser sa garde pour autant. Ne pas tolérer qu'on sème la merde dans son bouge ne voulait pas dire qu'on ne le ferait pas soi-même si l'envie nous en prenait. Quoi qu'il serait sûrement du genre discret. Avec une salle prévue à cet effet, dotée d'une issue donnant sur une ruelle obscure ou quelque chose comme ça.

La suite surprit la jeune femme. Un peu. Organiser des combats dans une cantina, voila qui était original. Ainsi, le patron aimait se faire des crédits de façon particulièrement futée. Canaliser le désir de violence de la faune locale à l'aide d'un spectacle brutal autour duquel circulait des paris, c'était révélateur de l'état d'esprit de la Ville-Basse.
A quoi pouvait bien ressembler ce fameux Klinedg pour être aussi fort ? Enfin, les combats pouvaient aussi être arrangés. La foule aimait avoir une sorte de héros, de guerrier victorieux face à une longue liste d'adversaires. Jusqu'à ce qu'on se lasse de lui, qu'il crève héroïquement -ou pas- dans l'arène et que le flambeau passe à un autre. Pour un temps.
De fait, pas étonnant que les gagneuses du coin aient l'occasion de se faire du fric dans ces moments-là. Les mâles bien chauffés par le combat et les poches pleines de crédits allaient avoir envie de libérer toute cette énergie animale enfouie en eux. Certains se contenteraient de tirer leur coup mais d'autres devaient avoir envie de remettre en scène le combat. Connards. Qu'ils se foutent donc sur la gueule entre eux à la sortie de la cantina au lieu de mettre en pièce de pauvres filles paumées gagnant leur croûte grâce à leur corps.

Lyn chassa cette pensée parasite. Certes, tout ça l'écœurait mais il fallait bien gagner sa vie, non ? C'était les risques du métier. Même elle n'était pas à l'abri d'un cinglé après tout, même si elle ne vendait pas son cul pour une poignée de crédits. De toute façon, qu'aurait-elle pu faire ? Qu'aurait-elle ENVIE de faire ? Buter les pires de la bande et laisser les putes se débrouiller. Ouais. Elle n'était pas assez charitable pour se lancer dans une cause de ce genre. C'était une cause perdue après tout.
On ne pouvait pas sauver tout le monde.
Quand on avait compris ça, on était prêt à bosser l'esprit "libre". Si seulement il n'y avait pas cette putain de conscience, hein ? Mais ça aussi, c'était les risques du boulot. Si, pour le bien de la mission, elle devait sacrifier une partie de la Ville-Basse, soit.
Parfois, le boulot, c'était moche.

Comme l'anecdote d'un vétéran de la Résistance, sur Kuat. Moche était un euphémisme, à ce sujet. Ouais. Même dégueulasse ne suffisait pas. Boucherie collait à peu près. Un peu. Tant de sacrifices pour annihiler tous ces enfoirés. Le bougre était passé du statut de héros à celui de pire salaud de l'histoire une fois la guerre achevée. La population, une fois en sécurité, oubliait souvent l'impact des actes que l'on accomplissaient pour le bien de tous. Cette fois-là, on avait offert des centaines de vies innocentes pour en faucher des milliers parmi l'ennemi.
Par la suite, le vétéran était devenu un pestiféré. Le peuple lui avait craché à la gueule, oubliant que l'occupant avait fait nettement pire.
Connerie tiens.
Mais ce genre de merde ne risquait pas de lui tomber sur la gueule, hein ? Dans le Service, ce n'était pas comme si on bossait pour les feux de la gloire. On était remercié, récompensé même mais jamais les noms des agents n'entraient dans l'Histoire. A moins d'avoir fait un coup d'éclat légendaire ou de s'être fait coincé avant d'être exposé en pleine lumière.

- Je vois, je vois. Fit la jeune femme, en effleurant la main crispée de la Twi'lek d'un petit regard qui revint aussitôt vers son visage. Tout un programme pour m'plaire alors.

Lyn afficha un rictus de circonstance. Sweina adorerait assister à un combat de ce genre. Si elle savait, elle en crèverait de jalousie. Sans lâcher la prostituée du regard, la jeune femme fit un couple de pas en arrière. Son expression se fit entendue quand elle ajouta.

- Avec un peu de chance, l'prochain coquin qui viendra te butiner sera tellement plein aux as que tu pourras t'offrir un truc chaud à bouffer pendant une semaine, hein.

Elle adressa un clin d'œil à la fois égrillard, complice et sincère à la fille de joie. Restait à espérer que le coquin en question se montrerait généreux et ne la cognerait pas. Elle avait clairement la trouille. Peut-être de Lyn, au final mais pas seulement. Elle n'en était pas à sa première soirée "combat de lutteur" dans les parages et en avait sûrement vu de dures.
Bon.
Pas besoin de la questionner plus longtemps. Elle avait du boulot et l'agent aussi.

Lyn se tourna à demi vers la cantina, gardant toujours la Twi'lek à l'œil. C'était que ça pouvait mordre pour un rien, dans ce coin de Coruscant. Au fond, elle espérait ne pas rater les combats. Par pure curiosité, naturellement. Qui sait si elle n'apprendrait pas un ou deux coups vicieux à ajouter à son très maigre répertoire ?
Observant finalement le Leaking Brain, elle fit une petite moue.

- Bon. Merci pour la causette ma jolie. Elle commença à s'éloigner. Fais gaffe à toi.

Elle s'était exprimée avec une pointe de chaleur, espérant que la pute comprendrait que la meneuse de gang fictive qui lui avait fait face n'avait pas l'intention de lui coller un coup de blaster, de la tabasser, d'abuser d'elle dans un recoin sombre avec divers objets cradingues ou autre action pénible.
Au fond, un bon leader savait quand faire montrer de sympathie envers les strates les plus basses et misérables de la société.
Aurait-elle du faire un petit geste pour elle ? Non. Refiler des crédits à une pute sans lui passer dessus n'était généralement pas bien interprété dans cette zone. C'était comme lui faire porter une pancarte avec le mot "Indic' " dessus.

Reprenant sa surveillance tranquille, Lyn franchit la distance qui la séparait de l'entrée de la cantina. Elle avait assez traîné, mieux valait maintenant entrer dans le vif du sujet et enfin découvrir le mystérieux Nikto dénommé Vlaad. La mise en bouche de la prostituée avait aiguisé sa curiosité.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 27 Octobre 2016, 22:38

Alors que Lyn s'éloignait, le bras crispé de la prostituée se relâcha et elle laissa échapper un soupir de soulagement. Elle ne perdit pas un instant et s'éloigna elle aussi, dans la direction opposée à celle de Lyn cette fois, disparaissant dans la pénombre.
Quant à l'agent, elle s'était enfin décidée à entrer dans la cantina. L'intérieur était en rupture totale avec l'extérieur. Il aurait pu se trouver à la surface que cela n'aurait surpris personne. Si le mobilier en lui-même était loin d'égaler celui des cantinas les plus populaires de Coruscant, l'endroit était extrêmement bien tenu, propre, fonctionnel, et certainement pas décrépi pour un creds. Tables avec banquettes, plateaux de pazaak, ... Et c'était tout ce que Lyn pouvait discerner tellement la taverne était bondée.
Contrairement à l'extérieur, l'éclairage n'était pas agressif - bien au contraire, on aurait pu le qualifier de faible - mais contribuait à donner une atmosphère chaleureuse et intime à l'endroit. Des lanternes étaient accrochées sur les côtés, quelques lampes posées sur les tables émettaient une lumière vacillante. Seul le bar était plus "brillant" que le reste, une silhouette s'y découpant - certainement celle du Nikto vu la carrure. Le bar et ... au fond de la longue pièce, un grand cercle de sable entouré par des cordes sur lequel était braqué un projecteur. Les gens étaient agglutinés autour, bien qu'au fond des athlètes de différentes espèces s'étiraient et assouplissaient leurs muscles.
On était cependant loin de l'ambiance intime et paisible qui devait régner d'ordinaire, les cris de liesse et d'encouragements pleuvaient de partout.

- Vas-y Leon'dak !! Fais lui bouffer tes poings !! cria un Zabrak.
- Klinedg ! Klinedg !! scandaient d'autres.

La raison de cette agitation : deux lutteurs qui s'affrontaient. Le premier était un colosse - normal pour un Besalisk -, solidement charpenté. Les quatre bras levés dans une mise en garde, il faisait face à ...
Woh.
Le lutteur adverse était un humain, plus impressionnant encore que le Besalisk. Il était gigantesque, facilement les deux mètres, cheveux bruns coupés courts et un cou épais. Ses trapèzes gonflés, ses biceps bien développés, sa large poitrine...
Un homme qui donnait la chair de poule rien qu'à le voir.
Il était encore de dos par rapport à Lyn, mais elle ne pouvait en douter.
Les deux adversaires se faisaient face torses nus, c'était d'ailleurs ce qui permettait d'avoir la meilleure vue sur la musculature impressionnante des deux partis, et le combat semblait à peine avoir commencé.

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 27 Octobre 2016, 23:22

Le brusque changement entre l'extérieur et l'intérieur donna l'impression à la jeune femme d'être la victime d'une soudaine hallucination. Avait-elle été infectée par un agent pathogène à son insu ? Un gaz peut-être ? Non. C'était la réalité. Vu la gueule du weequay qu'elle venait de croiser, ça ne pouvait être que réel. Même dans ses rêves les plus fous, ces bougres-là étaient un peu moins... Ou un peu plus... Bah, merde, c'est juste des weequay avec leurs tronches pas possibles quoi !
Bref.
Elle se concentra sur les lieux à proprement parler. Le boulot de Vlaad était sacrément impressionnant. Cette cantina respirait la respectabilité et avait un véritable cachet. Pas comme certains établissements des zones plus sûres. Si celles-ci empestaient l'artificiel, le léchage de cul à cent crédits la minute et les cocktails coupés à la flotte des égouts -triste souvenir-, le Leaking Brain imposait une aura d'authenticité. Un coin où il faisait bon picoler un coup, parier devant un combat, jouer des crédits et pincer le cul d'une jolie fille. Ouais. Même Lyn se sentait d'humeur à s'adonner à l'une de ces activités. Peut-être. Non. Fallait pas déconner, pas sur le temps du boulot ! Enfin. S'offrir une bière corellienne et le petit cul d'une jolie Twi'lek à peloter, ça donnerait du corps à une aventure d'espionnage, non ?

Avançant d'un pas tranquille digne d'un vieux client de retour au bercail savourant l'ambiance, l'agent se frayait un chemin vers le bar. A quoi bon lorgner les tables de jeu ? Elle n'en avait jamais été friande. Cependant, elle feignit d'y accorder une miette d'intérêt tandis qu'un petit chanceux venait d'avoir une bonne main. Etant donné que, dix secondes plus tard, le type était toujours vivant et qu'il était même congratulé -à contre-cœur pour certains- par ses camarades, il était véritablement chanceux. Un tricheur aurait passé un mauvais quart d'heure, ce qui aurait fortement contrarié le patron des lieux.
La jeune femme songea, tandis qu'elle contournait un wookie en pleine conversation très animée avec un rodien, que Vlaad devait franchement détester avoir des frais de nettoyage. Surtout que le sang avait le mauvais genre d'être incroyablement chiant à enlever malgré les avancées technologiques. Le sang et ces foutues myrtilles de Naboo. La combinaison idéale pour ruiner une garde-robe entière !

Lyn repéra le bar ainsi que la silhouette qu'elle espérait être le fameux Nikto mais, ayant dépassé le wookie précédemment cité, sa vue se retrouva dégagée et elle découvrit l'arène. Enfin, le cercle de combat.
Impossible à rater avec l'attroupement et la lumière.
Et...

- Bordel, y a du beau meuble par ici... Marmonna la jeune femme en découvrant le duo de lutteurs se faisant face.

En croyait-elle ses yeux ? Oui et non. Comment on pouvait dénicher des machins aussi grands, musclés et virils, hein ? Une petite centaine de comme ça et elle aurait une armée de gladiateurs aux gros pectoraux prêts à mettre la Ville-Basse à feu et à sang. Un simple coup d'œil dessus et la majeure partie des guignols se prenant pour des criminels endurcis se feraient dessus aussitôt. Bande de petits joueurs.
Que ce soit l'humain ou le besalisk, ils dégageaient une aura de puissance incroyable. Mais une question planait : lequel était l'actuel champion ? Vu qu'ils étaient dans une tenue virile à faire défaillir une pucelle de la Ville-Haute, Lyn aurait été bien en peine de le deviner et elle ne se sentait pas d'humeur à poser bêtement la question à un client qui, à coup sûr, en cracherait sa boisson partout avant de lui lancer un regard incrédule et de lui détailler par le menu le pedigree des deux colosses.
Mouais.
Plus tard, hein. Boulot boulot !
Au moins, la bonne nouvelle, c'était qu'elle n'avait probablement pas raté grand chose. Tant mieux.

Détachant son regard de ces forces de la nature, l'agent reprit sa progression vers le bar. Ces émotions lui avaient donnés soif tout d'un coup. A moins que ce ne soit la nervosité ? Non. C'était cette cantina dans son ensemble. Tellement surprenante et inattendue.
Se fendant de son petit rictus à la Sweina avec une pointe de bonne humeur à peine feinte, elle accosta un siège libre -un miracle- et héla de façon enjouée.

- Hé patron, une corellienne fraîche ! Son rictus devint quasiment un sourire goguenard. Le spectacle m'a séché la gorge on dirait.

Mais, contrairement à ce que ses propos pouvaient laisser entendre, ce n'était pas le combat qui monopolisait son attention mais bel et bien le fameux "patron". Le moment du face-à-face était enfin arrivé après tout.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 27 Octobre 2016, 23:38

- Séché ? Ça fait dix secondes que vous êtes là, répondit le-dit patron.

Un Nikto un verre à la main, un torchon dans l'autre, c'était forcément moins intimidant non ? Rien de tout ça, à voir la tête du Nikto qui se trouvait devant Lyn.
Sa peau était de couleur bleu-grise - ce qui en faisait un Esral'sa, un Nikto des montagnes -, et malgré l'absence de cornes, les nombreuses cicatrices faciales qu'il arborait lui donnait un air féroce et bagarreur. Mais une fois encore, c'étaient les yeux qui permettraient de savoir à qui on avait affaire.
Et ce Nikto n'avait rien à envié au capitaine Salay. N'était la différence d'espèce, ils auraient pu être de la même famille.
Vlaad pointa du menton le combat tout en continuant d'essuyer son verre. Il serait propre celui-ci, il n'y avait pas de doute.

- Ça vous dit de parier plutôt ? On en est à dix contre un pour Klinedg.

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 28 Octobre 2016, 00:03

La réponse du Nikto lui valut un sourire. Un presque vrai. Et un haussement d'épaules entendu. Ce n'était pas tous les jours que la jeune femme avait du mâle dans toute sa splendeur sous les yeux et ça ne la laissait pas indifférente. Elle se voyait déjà à la tête de sa poignée de colosses dans des tenues moulantes, le visage ornés de faux tatouages. Oh oui, ils feraient des gardes du corps parfaits ! Un peu voyant, certes, mais n'était-ce pas là l'une des fonctions de ce type de subalternes ?
Un garde du corps impressionnant était, pour pas mal de monde, un signe d'influence et de puissance. Ostentatoire mais souvent représentatif de la vraie force de frappe de leur employeur.
Mais ça ne convenait pas à Sweina de Kuat. Pas encore assez influente et ça ne correspondait pas forcément à son style. Elle était du genre vicieuse, cachant ses atouts pour mieux surprendre ceux qui avaient la bêtise de la sous-estimer.

Le Nikto invita la jeune femme à placer un pari. Intéressante entrée en matière pour un individu aussi mystérieux que le Capitaine. Refuser n'était pas une bonne idée mais elle n'avait aucune idée de combien mettre. Etait-ce une mise à l'épreuve de la part de Vlaad ? Il voulait peut-être savoir à qui il avait vraiment affaire. Etait-elle joueuse ou préférait-elle miser sur la prudence ? Ni l'un ni l'autre, monsieur le Nikto. Elle préférait ne pas parier, même en sachant sur quel guerrier miser.
Elle fit une petite moue pensive et coula un regard vers les deux colosses. Elle songea, avec humour, que si elle prenait trop de temps à peser la question, le verre qu'astiquait Vlaad finirait bientôt par devenir plus fin qu'un cheveux. Là, c'était tentant de découvrir ce qu'il adviendrait.
Elle reporta son attention sur le Nikto.

- J'ai entendu dire que c'est un guerrier populaire, ce Klinedg. J'me demande bien ce qu'ils ont bien pu manger pour atteindre des tailles pareilles. Cette fois, un petit rictus fendit son visage. Le genre carnassier qui généralement ne sied guère à une jeune femme. Mais je miserais plutôt sur son adversaire. Leon'dak, de son p'tit nom, hein ? Hum. 1000 crédits, histoire de l'encourager un peu dans sa lutte.

L'agent n'attendit pas la réponse du Nikto pour tourner à nouveau son attention vers le combat et préparant la somme à lui remettre pour le pari.
Parier sur le champion, hein ? Trop simple et évident. Même le plus grand combattant finissait par trouver son maître. Et ce n'était que pour le plaisir du sport qu'elle avait décidé d'entrer dans le jeu de Vlaad.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 28 Octobre 2016, 00:45

Un sourire s'afficha sur le visage du Nikto, étirant ses balafres.

- J'aurai du vous laisser les observer de plus près.
- Allez Leon, bon sang !!

Bras gauche tendu en avant, bras droit en garde devant son visage, l'humain tournait autour de son adversaire. Puis soudain, le Besalisk bondit en avant, engendrant des clameurs dans les rangs. D'un pas leste et agile, le colosse se déporta et décrocha un direct du gauche au visage de son adversaire, qui recula de plusieurs pas en arrière. Le Besalisk avait beau avoir 4 bras, aucun ne toucha sa cible.

- Une fois, j'ai vu un petit bout d'humain se briser le poignet sur le crâne de Klinedg. Et peu importe l'adversaire, Klinedg n'abandonne jamais.

L'humain profita de son avantage pour assener un véritable coup de marteau dans les côtes de son adversaire. Si la taverne avait été plus calme, on aurait entendu l'os se briser sous l'impact.
Malgré la douleur, le Besalisk répliqua en formant un assomoir de ses deux mains, tandis que les deux autres visaient à leur tour les côtes de l'humain. Ce dernier se baissa, évitant les deux premières, et para des coudes les deux suivantes. L'instant d'après, il écrasait son énorme poing dans la mâchoire du Besalisk et une dent sauta tandis que sa tête partait en arrière.
Un dernier coup et c'était le Besalisk tout entier qui partait au tapis.

"Ding ding ding !"
- Kli-nedg ! Kli-nedg ! Kli-nedg ! scandait de nouveau la salle.

Le champion leva les bras au ciel et se retourna vers son auditoire. De là où elle était, Lyn ne pouvait encore voir les yeux du colosse, mais elle pouvait distinguer son visage. Menton carré, front plat... Un visage de lutteur là aussi, mais malgré sa victoire récente, il ne souriait pas.

- Visiblement, 1000 crédits c'était pas suffisant, rit le patron. 'faut pas vous en vouloir. Votre corellienne, dit-il en lui posant un broc devant elle.

Posant les deux mains sur son comptoir, il dévisagea un instant la jeune femme. Puis il jeta son torchon sur son épaule gauche et commença à servir un Elshandruu Pica Thundercloud, qu'il plaça devant un siège vacant juste à côté de Lyn. Un petit nuage de gaz ionisé se dégageait du verre, et le verre semblait ... il semblait tirer dans ce nuage.

- Juste du décor, précisa le Nikto en montrant les micro-tirs lasers. On compare cette boisson à la détonation que produit le passage d'un chasseur. Ça assomme le buveur, je sers pas ça à n'importe qui. Pas dans mon établissement.

Pas de dépravés, et je traine pas les clients dehors. Il fallait pouvoir supporter la boisson pour avoir l'autorisation de la consommer apparemment.
Et cela semblait être le cas de l'armoire à glace qui se posa à côté de Lyn.

- Merci.

Une voix grave, puissante. Klinedg.
Le colosse porta le verre à la bouche et en but une gorgée. Un frisson. C'est tout ce que ça lui fit. Un frisson !

- J'ai quelqu'un à te présenter Nav', reprit le Nikto.

Il ne semblait pas faire payer cet homme en tout cas.

- Ah ? répondit d'un ton indifférent le géant en avalant une autre gorgée.
- Ouais, juste à côté de toi, dit simplement Vlaad.

Klinedg engloutit son verre avant de jeter un regard de côté vers Lyn.
Ses yeux bleus pâles s'agrandirent et il se leva d'un bond.

- C-c'est qui ça ? demanda-t-il d'une voix blanche.

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 28 Octobre 2016, 21:15

Le combat fut bref et intense. A moins que le temps ne se soit contracté sous la pression de l'ardeur des combattants et de l'excitation de la foule. L'agent n'en rata pas une miette, étudiant le style des deux lutteurs. Même pour une amatrice comme elle, il était évident que l'humain avait l'avantage. Il avait d'excellents réflexes malgré sa carrure impressionnante. Et une puissance de frappe qui ne donnait vraiment pas envie de lui manquer de respect.
Le commentaire du Nikto ne surprit guère la jeune femme. Qui ajouta une ténacité incroyable à la liste des atouts du fameux Klinedg.
Bordel ! Une poignée de types comme lui suffirait pour calmer une petite émeute. Combien d'années d'entraînement avait-il fallu pour obtenir un tel résultat ? Non, il n'y avait pas que ça. C'était le fruit d'une vie entière dédiée à devenir ainsi. Quelle volonté...
Un enchaînement brutal mit fin à la bataille, scellant la défaite du Besalisk qui s'écroula lourdement au sol. Il avait trouvé plus fort que lui et le champion avait défendu son trône. Les gagneuses allaient bosser dur tout à l'heure. Et certains finiraient dans un recoin d'une ruelle, baignant dans leur vomi, empestant l'alcool.

- Visiblement, 1000 crédits c'était pas suffisant, rit le patron. 'faut pas vous en vouloir. Votre corellienne.

- Merci patron. Bah, ça payera les soins. Répliqua la jeune femme avec un petit rictus amusé tandis qu'elle levait sa bière en l'honneur du bar et du vainqueur.

Etait-elle déçue ? Non. Amusée plutôt. Autant à l'idée d'avoir pris le risque de croire que le champion pouvait mettre le genou à terre qu'à celle d'avoir claqué un bon millier de crédits dans un pari... avec la réserve confiée par la RFN. De fait, elle ne manquerait pas l'occasion de préciser cette dépense dans son rapport. Avec moult détails. Oh oui !
Et, qui sait, elle en déposerait peut-être une copie nettement plus détaillée à l'intention de madame Credscoin. Confinée dans son bureau, elle tirerait peut-être un peu de plaisir à découvrir un affrontement viril. Dommage qu'elle n'ait pas songé à prendre des images pour mieux documenter le rapport.
Ces pensées furent balayées par la préparation du Nikto. Cette boisson, elle n'aurait pas osé demander à y tremper les lèvres. Rien qu'à la regarder, elle se sentait mal à l'aise. Et la description de Vlaad n'arrangea rien. Etait-ce un cocktail ou une arme anti-personnelle finalement ? Un certain Rodien donnerait cher pour en obtenir un échantillon tiens. Que l'agent s'empresserait de lui faire goûter afin d'étudier les effets sur le long terme de cette boisson sur son superviseur.

Une ombre enveloppa la jeune femme et elle sentit que la zone autour d'elle venait d'être prise dans une sorte de distorsion spatiale. Elle résista à la tentation de regarder autour d'elle. A quoi bon ? Au vu du silence soudain et de la présence massive près d'elle, il était évident Qu'aucun importun n'oserait approcher, à moins d'être complètement inconscient ou ivre. Hors, l'ivresse n'était pas un comportement toléré ici.
La voix allait de pair avec la carrure. Heureusement. Et que dire de la capacité à s'enfiler une boisson capable d'assommer un régiment de gros durs à grande gueule ? Bah. Si les coups n'avaient pas raison de ce type, comment de l'alcool pourrait lui faire quelque chose ? Même un rancor aurait du mal face à ce bougre et un chasseur le percutant repartirait avec une énorme bosse tandis que lui se frotterait juste le crâne en pensant s'être cogné contre le montant d'une porte.
Effrayant !
Et foutrement vexant aussi, le sale petit con !

Se lever d'un bond et la désigner par "ça" ?! Il n'avait jamais vu de femme de près de toute sa vie ou quoi ? Un grand gaillard comme lui, c'était vraiment indigne. Lyn savait se fondre dans la masse mais être invisible au point de surprendre un gaillard qui pourrait broyer la tête d'un wookie, c'était nouveau. A moins qu'il n'ait un problème avec les cheveux argentés ?
Enfin.
Le point positif, c'était qu'il ne paraissait plus aussi impressionnant aux yeux de l'agent. Un rictus amusé s'étira sur son visage et elle tapota le bras de Klinedg tout en lui indiquant son siège du menton.

- Allons, pose-toi mon grand, j'vais pas t'manger, hein... Elle lui adressa un clin d'œil tandis que son rictus disparaissait.

Que faire ?
Vlaad savait qui elle était, comme Salay l'avait laissé entendre. Mais que dire du lutteur ? Même si l'entourage proche ne risquait pas d'entendre la conversation du fait de la présence d'une armoire à glace imposante, donner son vrai nom était un risque. Quoi que. Tilsa n'aimait-elle pas se faire passer pour Lyn de temps en temps, histoire de brouiller les pistes ? Bon.

- Moi, c'est Lyn. Sweina, en "public". Elle avait insisté légèrement sur le dernier mot pour bien faire comprendre quel nom il valait mieux utiliser quand des oreilles indiscrètes traînaient dans les parages. C'était un beau combat en tout cas. Qu'est-ce que t'as bien pu manger pour devenir aussi costaud, hein ?

Autant briser la glace avec le lutteur dans l'espoir de l'apaiser un peu. Elle n'avait pas envie de se retrouver dans une ruelle, désarticulée, juste pour avoir froisser ce type. Il s'agissait probablement d'une entrée en matière tordue de la part du Nikto, histoire de la jauger avant de lui accorder son aide.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 31 Octobre 2016, 22:13

Klinedg ne répondit pas à la question de Lyn mais darda un regard bleu glacé vers Vlaad, qui sembla vaciller.

- Vlaad, gronda-t-il à mi-voix.

Le Nikto dût percevoir la menace sous-jacente car il entreprit aussitôt de calmer le colosse.

- Du calme Nav'ka, du calme ! dit-il en levant les mains. Cette femme a besoin d'aide, je veux juste que tu écoutes ce que nous avons à dire.

Les yeux du géant parurent s'étrécir, comme si rien qu'au regard il pouvait déceler les intentions cachées du Nikto. Quant à ce dernier, il parlait calmement et tentait d'apaiser par cela Klinedg, qu'on sentait bouillonner. Et si une telle masse se mettait en mouvement sous l'effet de la colère, rien ici ne pourrait la stopper, pas même le gérant.

- Depuis toutes ces années, il est temps que tu fasses autre chose de ta vie, poursuivit Vlaad. Tu continues à te battre par automatisme, mais cela n'a plus rien de commun avec la dernière fois. Ça ne te sauvera pas cette fois Nav'. Et elles n'auraient pas voulu que tu finisses ici à te morfondre pour le restant de tes jours.

Lyn ne pouvait déceler l'emploi du pluriel dans les paroles du gérant, mais elle put voir un voile de douleur traverser les yeux de Klinedg. Et aussitôt la pression sembla retomber chez lui.

- Juste, écoute-la. S'il te plait, termina le Nikto.

Après un moment qui sembla interminable - durant lequel le géant fixait Vlaad avec attention -, Klinedg finit par pousser un grognement.

- Foutre Vlaad, j'écouterai. Mais ne me demande pas plus.

Le Nikto hocha doucement de la tête. Quant au colosse, il allait partir mais se tourna vers Lyn. Sa voix était incroyablement douce lorsqu'il s'adressa à elle et son regard s'était totalement défait de son empreinte glacée.

- Désolé petite, je t'ai manqué de respect. Pardonne-moi, veux-tu ?

Puis il contourna le bar et disparut derrière une porte. Aussitôt le Nikto poussa un soupir de soulagement.

- Ça ne s'est pas trop mal passé, crois-moi, dit-il. On va passer à l'arrière - il désigna de la tête la porte par laquelle avait disparu Klinedg - pour parler affaires. Et ...

Il s'arrêta de parler pour poser un coude sur le comptoir, se rapprochant de Lyn, et son regard d'acier sembla reprendre de son intensité.

- ... quand tu t'adresseras à Klinedg, ne lui mens pas. Sois-toi même - et surtout pas Sweina - et tout se passera bien. Sur le coup d'une hésitation, il ajouta avec une grimace : je pense.


Afficher : spoiler
#408080 Vlaad le Barman
#80BFBF Nav'ka Klinedg

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 31 Octobre 2016, 23:35

L'opération spéciale "Brisons joyeusement la glace" était un franc et parfait échec. Ne manquait plus que le clou du spectacle : Klinedg arrachant la tête de Lyn pour la tremper dans un second sceau de la mixture incroyable qu'il venait de s'enfiler avant de la broyer tranquillement pour son goûter. Ce qui, étrangement, n'eut pas lieu.
Bon.
Tant mieux.
Mais les choses ne prenaient pas une tournure très agréable non plus. La jeune femme garda le silence et tendit l'oreille, prête à s'éloigner si les choses commençaient à sentir le roussi. Ce qui, naturellement, ne changerait pas grand chose à son sort, vu les capacités physiques du lutteur mais l'espoir faisait vivre, non ?
Bref.
L'échange entre le Nikto et le guerrier apportait d'autres questions plutôt que des réponses. L'homme souffrait, c'était l'évidence même. Peut-être luttait-il pour étouffer la douleur qui rongeait son cœur. Selon les paroles de Vlaad, Lyn songea qu'il avait perdu quelqu'un. Une femme ? Une sœur ? Une fille ? Une mère peut-être ? Elle n'allait pas lui poser la question, elle n'était pas aussi téméraire. Ou inconsciente. En réalité, ce qui importait, ce n'était pas qui mais comment. Ou par la faute de qui. Et, au vu de sa réaction, l'agent espéra de tout cœur que son adorable salope de sœur n'y soit pour rien. Ce qui l'étonnerait.
Que s'était-il donc passé encore ? Quand s'arrêterait-elle, cette foutue Tilsa ? Jamais, c'était évident.

Décidément, Vlaad en imposait, le bougre ! Il avait fini par calmer -un peu- le colosse qui, à la surprise de la jeune femme, s'excusa. Etait-elle offensée ? Non. Elle haussa les épaules en réponse, n'osant pas lui rétorquer un trait d'esprit de circonstance. C'eut été un manque de respect à son égard.
Elle le regarda s'engouffrait par la porte puis tourna son attention vers le patron du Leaking Brain. Ce dernier avait retrouvé des couleurs. Un peu. Visiblement, la crise n'était pas passée loin mais ce n'était pas encore fini. Surtout au vu de sa mise en garde qui lui valut une petite moue de la part de Lyn.

- Croisons les doigts alors...

... et serrons les fesses tellement fort qu'il faudrait du matériel pour les écarter par la suite, songea-t-elle.
La jeune femme termina sa bière, afficha un rictus de façade et contourna à son tour le bar. Elle s'engouffra par la porte qu'avait emprunté Klinedg avant elle, suivie par Vlaad qui avait passé le relais du bar à quelqu'un. Le Nikto referma derrière eux et il alla s'installer derrière son bureau. Le lutteur se tenait debout, raide, les bras croisés. Il scrutait un élément du décor que lui seul voyait puis tourna son regard vers la jeune femme.
Lyn se sentit soudain minuscule et poussa un profond soupir.

La situation empestait à souhait mais avait-elle le choix ? Non. Elle allait devoir composer avec les éléments qu'elle avait entre les mains. Vlaad l'avait mise en garde : pas de mensonges. Petit marrant va ! Le mensonge faisait partie du boulot bordel ! Même dans un rapport, on ne disait pas toute la vérité non plus. Enfin, sur de petits détails.
Elle songea à prendre un siège mais renonça aussitôt. Un grand dadais la toisait déjà assez à son goût.

- Bon. Par quoi commencer ? L'agent se passa une main dans les cheveux. Je m'appelle Lyn, comme je l'ai dit. Lyn Aylak. Et je bosse pour les Renseignements.

Superbe entrée en matière. Digne d'une holodiffusion.

- Je suis ici en mission. Avait-elle besoin de le préciser ? Non. Mais ça permettait de planter le décor. Je suis chargée de collecter des informations sur une organisation s'adonnant à de la vente d'armes. Selon ce que le Service, elle opère ici, dans la Ville-Basse. Lyn marqua une petite pause. Afin de mener à bien cette opération, je suis ici sous couverture. Courte hésitation, vu la réaction précédente du lutteur. Etant donné ma ressemblance, pour des raisons évidentes, je dois infiltrer cette organisation en me faisant passer pour Sweina de Kuat. Aussi connue -peut-être moins- sous le nom de Tilsa Keher. Ma sœur jumelle.

La jeune femme observait les réactions de Klinedg, soupçonnant le Nikto d'être déjà au courant des grandes lignes. Voire de plus, le petit cachotier.
Toutefois, pour sa conclusion, elle coula un petit regard en coin vers Vlaad.

- Le Service m'a dirigé vers Vlaad qui aurait des informations à me confier sur cette opération.

Ainsi que des idées à partager, des ennuis en perspectives à éviter et un colosse passablement remonté à convaincre. Mais à convaincre de quoi ? De sa bonne foi ? La jeune femme ne doutait pas que la présence du lutteur soit justifiée mais, pour le moment, la bonne raison lui échappait.
L'agent se tut. Elle n'avait, pour le moment, rien de plus à ajouter. Même pas une petite mise en garde sur la confidentialité de son identité et des raisons de sa présence ici. C'était une petite marque de confiance qu'elle acceptait de leur accorder mais elle n'en ferait pas une habitude.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 01 Novembre 2016, 00:33

Le bureau de Vlaad était à l'image même du reste de l'établissement. Pas trop ostentatoire, et un mobilier fonctionnel, bien entretenu. Visiblement le Nikto avait l'habitude de recevoir du monde - on ne s’inquiéterait donc pas de voir Lyn s'y rendre à peine arrivée, c'était monnaie courante au Leaking Brain -, et deux fauteuils en arc de cercle étaient disposées autour d'une petite table basse à droite de la pièce.
Bien entendu, le bureau auquel s'était assis le Nikto trônait en plein centre de cette dernière, et qui sait ce qu'il pouvait bien y ranger - et y cacher.
Lorsque Lyn s'était passée une main dans les cheveux, elle avait pu voir les muscles du géant se contracter une seconde avant que cela ne disparaisse. Mais par la suite, il était resté stoïque et avait écouté avec une grande attention, en ne lâchant pas une seconde Lyn du regard. Le même regard que Vlaad avait subi peu auparavant, propre à dire "si tu me mens, je le saurai". Le Nikto lui aussi écoutait Lyn, mais jetait de petits regards de temps à autre vers Klinedg.
Finalement, Lyn ayant terminé, le géant haussa un sourcil - les bras toujours croisés - et tourna le visage vers Vlaad.

- Et ? En quoi ça me concerne ? Je ne me suis jamais mêlé de tes affaires jusqu'à présent.

L'agent pouvait se détendre un peu, Klinedg avait déjà eu un aperçu des activités du Nikto, et ce dernier ne lui en aurait jamais parlé s'il n'était pas fiable. N'y avait-il entre eux qu'une simple relation patron-employé ? De toute façon, vu la manière dont l'humain pouvait jouer du Nikto, cela semblait impossible.

- Oui je sais, fit Vlaad en faisant un geste des mains pour temporiser. Mais cette fois le problème est bien plus grave qu'il n'y parait, et si on ne fait rien, la cantina en souffrira.

Mais bon, c'était une raison, sans doute pas la seule. Le Nikto soupira, comme s'il ne savait par où commencer.

- L'organisation dont on parle prend peu à peu le contrôle des quartiers, et vu les armes qu'ils se permettent de vendre - et croyez-moi je les ai vues, c'est pas de la camelote ! -, ça pourrait vite dégénérer en un vrai bain de sang. En plus ce n'est pas le seul problème ici, on a une montée inexpliquée de drogue, et des crétins s'amusent à faire des discours au sujet des Sith, comme quoi "c'était mieux avant".

Les yeux de Klinedg se plissèrent.

- Pourquoi je n'apprends ça que maintenant ? demanda-t-il.
- Parce que tu ne t'y es jamais intéressé, répliqua sèchement le Nikto.

Mais Klinedg resta impassible. Vlaad reprit.

- La situation devient vraiment difficile ici. Je ne sais pas si tes Services sont au courant, mais les émeutes grondent ici, la RFN baisse peu à peu dans l'estime de ces gens. Alors faut qu'on traite ces problèmes, un par un, jusqu'à ce que tout ça s'améliore.

Si le Nikto devait donner beaucoup d'informations aux Services, cette fois cela ressemblait beaucoup à une requête. Il désigna de la main Lyn, tout en regardant Klinedg.

- Par chance, elle ressemble comme deux gouttes d'eau à Sweina, un sacré coup de main n'en déplaise ! Mais ça ne suffira pas, elle a besoin d'appui, de quelqu'un de fiable, et qui lui apportera l'assise dont elle a besoin.

Trois conditions auxquelles satisfaisait Klinedg. En tant que Champion au Leaking Brain, il était connu dans les Bas-Fonds, et rien que sa carrure était à faire peur. Pour la question de la fiabilité, il semblait que Vlaad s'en remettait les yeux fermés au lutteur.

- Tout seul je ne serai pas d'un très grand secours là-dedans.

Ce fut au tour du Nikto de hausser un sourcil - ou plutôt, une écaille.

- M'fais pas rire. Et si elle a besoin d'un groupe, elle se débrouillera pour le monter. Seulement, à partir de la réputation qu'elle aura gagnée, et de celle qu'on lui aura déjà fournie.
- Je sais pas... hésita le géant.

Le lutteur ne semblait pas très emballé. Ce n'était sans doute pas la peur qui le retenait, mais alors quoi ?

- Elle n'y arrivera pas toute seule, répondit le Nikto. Elle en mourra peut-être.

De nouveau, Klinedg braqua son regard de glace vers Vlaad, une expression de franche colère sur le visage. Mais cette fois, le gérant tint le choc.
A peu près.

Revenir vers « Ville-Basse »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité