Une vision de l'autre côté

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 02 Décembre 2016, 21:59

Le Veilleur n'avait pas exagéré : la patience et Rad'ast n'étaient pas les meilleurs amis du monde. Le côté positif, c'était qu'elle ne l'avait pas encore assez titillé pour qu'il se montre grossier avec elle. A moins qu'il ne soit du genre à enfouir son agacement en lui avant de laisser exploser une bonne fois sa fureur ? Lyn n'avait pas envie de savoir.
De toute façon, la réaction du rattataki lui convenait assez. Il avait un petit air familier ce type et elle n'avait pas besoin de chercher bien loin pour dénicher la source de cette sensation. A croire que tous les grands musclés en armure n'aimaient pas louvoyer et appréciaient d'aller droit au but. Toutefois, contrairement à Klinedg, cet homme pouvait parfaitement manier le mensonge -dans une certaine mesure- et l'agent n'aurait aucun scrupules à tenter de lui faire gober les mensonges les plus inventifs et éhontés de son répertoire.

Devant le refus de Rad'ast, la jeune femme se fendit d'une petite moue boudeuse et posa un doigt sur sa bouche, tapota doucement sa lèvre inférieure, comme si elle réfléchissait. Elle allait répondre quand le marchand d'armes se sentit en veine de révélations juteuses, laissant entendre qu'il donnait aussi dans les services et pas juste dans le matériel.
Ce qui étira les lèvres de Lyn en un sourire malicieux tandis qu'elle laissait éclater un rire amusé qu'elle conclut d'une petite tape familière sur le torse harnaché du rattataki.

- Par les poils des wookies, vous avez la veine commerciale vous. On a à peine commencé à papoter que vous allez déjà me sortir les options facultatives du contrat du genre Elle modula sa voix pour la rendre un peu plus grave, dans une imitation masculine un peu bancale. Allons Sweina, pour cent fusil-blaster neufs achetés, on vous offre une danseuse Twi'lek et un droïde barman capable de faire des Bloody Gizka sans en renverser une goutte !

Son sourire se dissipa aussi rapidement qu'il était apparu. Elle toussota dans son poing et poussa un profond soupir.

- Mais j'aime ça. J'aime les hommes qui ne tergiversent pas pendant trois heures pour choisir leur caleçon. Ou pour mener leurs affaires. L'agent marqua une petite pause afin de ménager son effet. Bien. Entrons dans le vif du sujet mais, au préalable, permettez-moi de planter le décor. Un rictus revint sur son visage, peu engageant, ce qui présageait une histoire palpitante. Comme vous le soupçonnez sûrement, je suis née sur Kuat. Ma réputation a attiré un riche connard de cette planète désireux de faire disparaître l'un de ses concurrents. Il a sûrement trouvé ça marrant, j'imagine mais, on s'en fout. J'ai respecté ma part du marché mais... Nouvelle pause, achevée par un haussement d'épaules éloquent. ... il m'a prise pour une conne.

Lyn fronça alors les sourcils. Si Rad'ast faisait quelques recherches sur le sujet, il trouverait bel et bien une affaire récente traitant de la disparition tragique d'un homme d'affaires de Kuat dans le secteur Impérial. Il n'y avait que peu de détails, la mort de cet homme ayant été classée comme "accident" malgré la présence d'un tas d'indice mettant en doute cette hypothèse. Ainsi, une situation assez trouble pour que l'on puisse l'attribuer à tout et n'importe quoi.
La jeune femme secoua la tête.

- Enfin, je ne suis pas si rancunière... A peine tiens ! ... mais j'ai une réputation à tenir alors, étant nostalgique après avoir passé tant de temps si loin de mon monde natal, j'ai l'intention d'aller y faire un petit tour. La jeune femme donna soudain l'air de grandement s'amuser et ce n'était pas totalement feint. Il lui suffisait de penser à certaines têtes de con de Kuat pour avoir presque envie de leur faire subir ce qu'elle s'apprêtait à dévoiler à Rad'ast. Dans les grandes lignes, c'est une opération à plusieurs niveaux. En premier plan, mes hommes vont se faire un plaisir de démolir en grande pompe certains chantiers. Dont, vous l'avez deviné, celui du riche connard. En second plan, tandis que le feu d'artifice occupe les esprits, mes éléments les plus efficaces vont aller faire une jolie moisson. Son rictus s'agrandit encore, prenant une teinte franchement sinistre. Mes contacts sur place m'ont fourni la liste des mouflets de certaines familles aux poches bien pleines et mes agents profiteront du bordel pour leur mettre la main dessus. La jeune femme poussa un profond soupir. Par la suite, libre à leurs parents de payer une rançon. Ou pas. De toute façon, j'aime pas les gosses alors en balancer un ou deux dans le vide sidéral ne me dérangera pas outre mesure. Même si ce serait plus rentable de les vendre, non ?

Au grand embarras de Lyn, même si elle ne l'admettrait jamais, son aversion pour les enfants était à peine feinte. Surtout pour les gosses de riche, la plaie suprême. Rien que d'y penser lui donnait des frissons. Plutôt garder un jeune rancor qu'une paire de moutards insupportables ! Bien sûr, elle n'irait pas jusqu'à les vendre ou les balancer dans l'espace. Oh non. Les ligoter, les bâillonner et les enfermer dans un placard suffirait amplement.
Bref.
Assez de digression, ma p'tite Lyn !

- En gros, il va falloir des armes, des explosifs et de quoi calmer les mioches. Et leurs parents ou gardiens, accessoirement. Ce serait con de les tuer, ceux-là. Qui payerait sinon ? L'agent émit un petit rire sans joie.

Sortir ce plan faisait surgir en elle de vieux souvenirs de Kuat. Tant d'individus qu'elle avait croisé, auprès de qui elle avait combattu, qu'elle avait vu mourir. Ce qui expliquait peut-être pourquoi elle prenait toujours le temps de se tenir informée des affaires de son monde natal. Parfois, un nom familier apparaissait et elle espérait que ce ne soit pas une nécrologie.
Putain de guerre.
Elle se demanda alors s'il fallait de suite aborder le sujet de l'argent mais elle décida que non. Autant laisser à Rad'ast le temps de digérer ce qu'elle tentait de lui faire avaler. De plus, elle était curieuse de connaître la teneur des services qu'ils proposaient mais elle soupçonnait fortement du mercenariat. Logique. Avec une récupération d'une partie du butin comme paiement ou quelque chose comme ça.

Jet de dé [Perception] [Chance de succès : 50%]

17 () + 8 (Perception) = 25, opposé à 18 (Difficulté) = Succès
De justesse Bon [Remarquable] Superbe Fantastique Épique Légendaire Béni par la Force
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 04 Décembre 2016, 21:37

Le Rattataki ne sembla pas se formaliser de la réponse "tactile" que faisait Sweina - au grand bonheur de Klinedg qui ne quittait pas le mafieux du regard. Au contraire, il la lorgnait avec avidité, et sitôt l'explication terminée, il se mit à rire.

- Haha, voilà qui a l'air amusant. Kuat a de la chance de vous avoir, s'amusa-t-il. Mais pour ce genre d'opération, il faut être bien entouré, et avoir les moyens de ses ambitions. Dois-je en conclure que c'est votre cas ? Sinon je serai ravi de vous louer notre savoir-faire en la matière... Moyennant finance bien sûr, mais je serai prêt à accorder un tarif spécial à une femme telle que vous.

Il ne se départissait plus de son sourire carnassier. Ce que lui proposait Sweina semblait beaucoup lui plaire, bien qu'il soit difficile - voire impossible - de savoir pourquoi pour l'instant.
Lyn avait eu le temps de parcourir du regard le petit bureau. Elle avisa l'holoterminal sur le bureau de Rad'ast. Si elle pouvait y avoir accès, ce serait peut-être le moyen d'en savoir davantage sur cette affaire qui semblait avoir, elle, les moyens de ses ambitions. Autrement, il n'y avait pas grand chose qui semblait présenter un réel intérêt pour Lyn, mis à part un casier apparemment verrouillé. Le reste n'était que cartons et affaires à moitié déballées, comme si le Rattataki n'éprouvait pas une grande passion face à la gestion et l'emploi de bureau. Juste derrière un énorme carton qui bouchait aux trois-quart la vue, elle aperçut cependant une grille de ventilation. Le carton semblait bien grand, mais pas impossible à bouger.

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 07 Décembre 2016, 22:40

Tandis que le marchand d'armes semblait apprécier les idées machiavéliques de la jeune femme, cette dernière se demanda ce qui pouvait bien passer par la tête de Klinedg en ce moment même. Inutile de lire dans les pensées pour se rendre compte qu'il était tendu. Comment ne pas l'être quand on se retrouve en plein dans l'antre d'un dragon Krayt souffrant d'une rage de dent, hein ? Mais dans son cas, il semblait prêt à mordre au premier geste suspect.
Prenait-il la protection de Lyn à ce point à cœur ou y avait-il quelque chose que l'agent devrait savoir ? Un peu des deux sûrement mais elle devait lui faire confiance pour se contrôler. Dans le cas contraire, les lieux risquaient de devenir rapidement invivables et la zone finirait sinistrée suite à un cataclysme naturel provoqué par un seul homme.
Hum.
C'était tentant de pousser dans cette direction mais non, elle n'était pas là pour s'amuser et elle ne voulait pas risquer de voir son garde du corps inutilement en danger pour une raison aussi ridicule.

- Oh, c'est sûr, Kuat a une chance incroyable de m'avoir. Ce n'est pas toutes les planètes de la galaxie qui pourront se vanter de subir les caprices d'une criminelle qui en est originaire. Commenta la jeune femme, amusée. Pour l'argent, il ne devrait pas y avoir de problème. Je n'aurais casser un doigt ou deux à mon comptable pour qu'il cesse de couiner comme un rat womp écrasé en voyant la facture. Elle haussa les épaules, laissant entendre que ce n'était qu'une formalité sans importance. Elle se tapota alors la lèvre du bout du doigt, comme pensive. Par contre, je songeais justement récupérer un ou deux chimistes et médecins vu que j'ai dû me séparer du dernier pour... comment dire... divergences d'opinions, comme on dit. Le rictus qu'afficha Lyn laissait entendre que la séparation n'avait pas été amiable du tout. Voire que le bougre avait probablement dû se séparer de morceaux de sa personne dans la foulée. Et puis, c'est toujours sympa de voir des pros à l'œuvre.

Tandis qu'elle tissait sa prose, la jeune femme observait Rad'ast. Ce type prenait son pied. Peut-être fantasmait-il déjà sur les évènements qui surviendraient bientôt sur Kuat. Putain de détraqué ! Mais au moins, c'était une bonne nouvelle. Il était intéressé et prêterait attention à l'affaire. Ce qui vaudrait quelques bons points pour l'agent, à défaut de lui valoir la confiance du marchand d'armes.
Malheureusement, la situation commençait à se compliquer. Certes, les négociations commençaient à prendre une tournure positive mais le plus dur restait à faire. Pour l'heure, hormis le nom de ce type et un très vague échantillon de la marchandise, elle n'avait rien sur l'organisation.

L'holoterminal lui faisait de l'œil, tel un indécent bonbon placé à la vue d'un gamin. Mais comment y avoir accès ? Elle ne pouvait quand même pas demander à Klinedg d'allonger Rad'ast d'une bonne droite dans la gueule, ce ne serait pas très professionnel. A moins qu'elle ne prétexte une petite soif et ne fasse du charme à ce grand machin pour qu'il bouge son cul hors de son bureau ? Non, c'était un coup à ne plus avoir soif mais ne pas avoir plus de liberté de mouvement vu qu'il était sûrement tout sauf galant.
Ne restait alors plus que cette grille qu'elle semblait apercevoir. Mais arriverait-elle à passer par là ? Et comment y entrer déjà ? Si seulement elle avait les plans du bâtiment, ce serait déjà un petit peu plus simple. A moins qu'elle ne demande à son fidèle garde du corps de se coller à la tâche ?
Hum.
Non.
Non.
NON !
Ne surtout pas penser à ça sous peine d'exploser de rire à l'image d'un Klinedg coincé dans une conduite d'aération et lançant des regards à la fois implorants et irrités.

L'agent arriva à reprendre pleinement contenance en ajoutant finalement quelque chose à l'intention du rattataki.

- Un tarif spécial, hein ? Vous, vous savez parler aux filles.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 12 Décembre 2016, 11:02

Le Rattataki se contenta de sourire de son air carnassier avant d'ajouter simplement :

- Suivez-moi alors.

Il s'avança entre Lyn et Klinedg mais ce dernier se déporta vers la jeune femme juste avant, soucieux de rester proche de la personne dont il avait en charge la protection. Cela lui valut un discret regard de Rad'ast que seul lui pût percevoir.
Une fois à l'extérieur, il n'eut aucun mot à prononcer pour que l'un des deux gardes leur emboite le pas, le second restant bien vigilant à son poste pendant que son maître avait affaire ailleurs. Rad'ast les conduisit non loin de là - à quelques tournants de là - dans une nouvelle salle plus grande que le bureau du Rattataki. Elle s'étirait dans la longueur et un ensemble d'armes était posé sur d'énormes coffres verts - le premier de la pile étant chaque fois ouvert avec son lot d'armement.
La salle était relativement longue, les coffres nombreux... Mais cela n'indiquait en rien la quantité d'armement que l'organisation pouvait réellement détenir. Il ne s'agissait là que d'échantillons, et la réserve devait donc se trouver ailleurs - à supposer qu'il y ait bel et bien une réserve, et non pas que les armes soient fabriquées au fur et à mesure. Peut-être que si Lyn jouait bien, elle pourrait amener le mercenaire à le lui montrer...
Tandis que le garde qui les accompagnait prenait place à l'entrée du sas - dans la pièce avec eux -, Rad'ast s'avançait vers les coffres, ouvrant ceux qui étaient encore fermés.

- Fusils d'assaut dernière génération, lance-roquettes capables de mettre à terre d'un tir l'un des chars d'assaut anti-grav de la RFN, ... commença-t-il à énumérer en désignant à Lyn les-dits objets. Il se saisit d'un fusil. Prenez celui-ci. Portée efficace 200 m, mais vous pouvez aller jusqu'à 400 m si vous êtes fin tireur. Cela n'est possible que grâce à la lunette optique dernière génération et le bouche du canon qui augmente la vélocité à ce point. La cadence de tir est honorable, mais si vous préférez la puissance de feu...

Il déposa le blaster et se saisit d'un autre fusil, bien plus gros et plus lourd, bien qu'entre ces mains l'aperçu du poids qu'on pouvait en avoir soit trompeur.

- Idéal pour une embuscade bien préparée, fit-il. Le chargeur est bien plus gros que sur les anciens modèles, et il est parfait pour arroser un groupe d'ennemis. Un peu moins précis que le fusil blaster que je viens de vous montrer je vous l'accorde, mais je ne doute pas que vous saurez l'apprécier à sa juste valeur, ajouta Rad'ast avec un clin d’œil. La chauffe a également été réduite de moitié.

Ce qu'il leur proposait, c'était du matériel de guerre, pas juste pour une simple escarmouche, et c'était visible. Plus que ça encore, ce n'étaient pas les armes qu'on trouvait entre les mains des vulgaires fantassins envoyés au charbon, mais bien dans celles des combattants aguerris.

- Nous avons également d'autres ... joujous ... plus spécifiques, mais les prix augmentent en conséquence, sourit le Rattataki.

Il poursuivit sa démonstration en faisant le tour de la salle. Lance-roquettes, grenades, fusils de précision, mitrailleuses, ... Tout y passa, et toujours du dernier cri. C'était bien le haut de gamme que Rad'ast lui montrait là - et sans doute avait-il aussi du matériel moins onéreux à lui proposer. Pas étonnant que certains chasseurs de primes viennent s'équiper ici de temps à autre, et ils devaient payer un bon prix pour ce genre d'équipement. Lyn, en revanche, devrait bénéficier d'un tarif réduit avec sa grosse commande...


Afficher : spoiler
Tu peux essayer de tirer les vers du nez de Rad'ast pour qu'il te montre un peu plus que ce que tu as là, mais dans ce cas j'aurai besoin d'un test de charisme (diff 22).
Evidemment si tu as d'autres idées, n'hésite pas !

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 21 Décembre 2016, 01:57

Le semblant de sourire du rattataki aurait donné envie de pleurer à un rancor mais il ne fit naître aucune émotion particulière dans l'esprit de l'agent. Elle n'en avait pas eu le temps, vu l'invitation subite. La jeune femme doutait que le bougre allaient leur offrir une tasse de thé avec de charmants petits gâteaux préparés avec amour par sa môman. Et s'il lui était passé par la tête de l'éliminer, il aurait parfaitement pu le faire sur place. Il n'était pas du genre à faire de manières et cela aurait pu redécorer son bureau dans un thème en adéquation avec sa nature profonde. Bref, si Lyn devait s'amuser à deviner, soit il l'emmenait dans un salon pour continuer la causette avec son comptable personnel, soit il allait l'inviter dans sa chambre de torture personnelle pour l'initier à sa passion secrète pour la flagellation intensive d'un prisonnier, soit il comptait lui en mettre plein les yeux avec de gros jouets.
Elle nota, presque distraitement, que l'un des gardes avait suivi le mouvement. Disciplinés les petits salauds. Quels genres d'ordres pouvait transmettre Rad'ast à ses sbires de cette façon ? Il allait falloir se tenir sur ses gardes. Un haussement de sourcil ou un grattage de couille de la part du grand baraqué pouvait aussi bien déclencher un assaut planétaire que l'arrivée d'une tasse de café. Toutefois, elle manquerait de temps pour étudier le répertoire du rattataki. Ce genre d'exercice s'étalait sur une longue durée et là, elle devait spéculer et anticiper en croisant bien fort les doigts pour ne pas tomber dans la pure paranoïa à chaque fois que Rad'ast tentera de se curer le nez en douce.
Quoique.
Avec la taille de ses appendices, il risquait surtout de se dilater une narine façon réacteur qu'autre chose.

La destination du petit groupe fut salué par un petit sifflement admiratif de la jeune femme. Sincère en plus. Cet enfoiré lui en mettait plein les yeux là !
Enfin, c'était le but. Un étalage outrancier de marchandise pour allécher le client. Pas mal, vraiment. Il avait sûrement pris des cours par correspondance auprès d'un ponte de la Fédération du Commerce pour se débrouiller aussi bien. A moins que, durant sa folle jeunesse, Rad'ast ait travaillé dans un quelconque magasin ? Mais de quel genre ? Vu sa carrure, il avait commencé tôt à se sculpter donc, aucun risque qu'il se soit retrouvé à vendre de la lingerie ou un truc dans le genre.
Mais était-ce vraiment important ?
Oui et non.
Non car Lyn devait rester concentrée et que ce genre de détail ne l'aiderait pas beaucoup.
Oui car tout savoir était son travail, sa passion, son vice secret.
Si jamais le rattataki se retrouvait prisonnier du Service, elle ne manquerait pas de lui poser la question au cours d'un interrogatoire musclé.
Mais pour l'heure...

Le soldat prenait la pose à l'entrée de la salle, vigilant. Devait-elle faire signe à Klinedg de lui tenir compagnie ? Cela pourrait passer pour un signe qu'elle accordait un minimum de confiance à Rad'ast mais elle doutait que son garde du corps accepte si facilement de s'éloigner d'elle. Non, autant le garder dans son giron. D'une part, cela montrerait à quel point la jeune femme tenait le guerrier en laisse et, d'autre part, cela élargirait son rôle à celui de conseiller militaire.
Chassant ces pensées parasites, elle se para d'un air attentif et scruta avec soin les armes qu'on lui présentait. D'où sortait tout ce matériel ? A vue de nez, ce n'était pas de la camelote récupérée chez un ferrailleur et bricolée pour ressembler, de loin et vaguement, à du lourd. Non, là, c'était du lourd ! Du gros lourd qui fait éclore des tâches partout. Du sang, de la cervelle, des tripes, des membres, des p'tits morceaux de tout et n'importe quoi, façon puzzle géant.

L'esprit de la jeune femme commençait à s'échauffer. Vendait-il ça à l'ensemble de ses clients ? Il avait probablement de la qualité un peu inférieure pour les budgets plus serrés mais elle soupçonnait Rad'ast de toujours étaler son magot sous le nez des acheteurs. Rien de tel pour que les rumeurs se propagent à la vitesse de la lumière.
Imaginer des tas de sales types avec ce genre de matériel lui faisait froid dans le dos. Une bande aux dents longues et un minimum de cervelle pourrait aisément amputer mortellement un plus gros groupe. Pire, il y aurait un véritable massacre si les forces de sécurité devaient faire face à ça.
Bordel !
Avec tout le merdier qu'il y avait là, il suffisait de trouver assez de gars motivés et d'un soupçon de détermination pour prendre le pouvoir dans la Ville-Basse. Tout en bottant le cul aux autorités en prime.

Et dire que ces malades entreposaient tout ce matériel là, comme si de rien n'était. Sans parler du fait qu'ils distribuaient ça comme des friandises. Au prix fort, soit mais quand même !

La jeune femme ne laissa rien paraître durant la visite, laissant Rad'ast vanter les mérites de sa marchandise. Elle hochait parfois la tête, émettait un petit grognement d'approbation, faisait une petite moue songeuse mais ne s'excitait pas outre mesure. Même la véritable Sweina aurait réussi le tour de force de rester sage devant autant de jouets étalés sous ses yeux, Lyn l'aurait parié.

- Fascinant. L'agent tapota sa lèvre inférieure du doigt en couvant du regard un fusil blaster. Alors là, je m'attendais à tout sauf à un tel choix ! C'est encore mieux que de fouiner dans un arsenal de ses couillons de l'Empire.

Elle laissa échapper un petit rire.
Que faire maintenant ? Ce n'était qu'une petite portion des réserves de l'organisation, c'était évident. Elle ne pouvait pas s'amuser à faire du rentre-dedans à ce foutu rattataki pour qu'il balance l'emplacement des entrepôts ou des usines. D'une, elle n'avait aucune envie de devenir intime avec ce grand salopard et, de deux, il risquait d'aimer ça !
Bon.

- J'aurais presque des regrets à confier ce genre d'équipements à mes hommes. Certains sont tellement abrutis que je m'étonne qu'ils ne se soient pas tués eux-même en reluquant le canon de leur blaster. Elle haussa les épaules d'un air écœuré. Enfin, ils sont motivés alors autant fournir du bon matériel pour faire du bon boulot. Elle esquissa un léger sourire, presque maternel mais dans une variante complètement dingue. Mais dites-moi, mon cher, ce n'est qu'une alléchante vitrine que vous avez là, hein ? Au vu de l'échantillon particulièrement prometteur, je serais curieuse d'avoir un plus vaste aperçu de vos vilaines petites friandises car il se pourrait, si notre affaire tourne aussi bien qu'un droïde tout neuf, je pourrais me laisser tenter pour investir dans un peu plus de matériel alors, si vous ce que je veux dire.

Lyn tendait une perche presque innocente vers Rad'ast, avec un potentiel bénéfice supplémentaire. Presque une question d'ingénue, posée sans la moindre arrière-pensée.
Ouais.
Presque.
Car le rattataki semblait beaucoup aimer l'argent et l'idée de dévoiler un peu plus son jeu avec un plus gros pactole à la clé était une flatterie comme une autre. Qui sait, il lâcherait même peut-être une information supplémentaire ou deux sans le vouloir en passant. Ce dont la jeune femme lui serait très reconnaissante.
Ouais.
Très.
Si la situation en venait là, il crèverait vite. Peut-être. Tout dépendrait de l'humeur de Klinedg sûrement.
Mais s'il ne mordait pas à l'hameçon, ce ne serait pas un drame non plus. Il valait mieux y aller en douceur plutôt que de foncer tête baissée et se fracasser le crâne contre un écueil insurmontable.

Jet de dé [Charisme] [Chance de succès : 50%]

8 () + 12 (Charisme) = 20, opposé à 22 (Difficulté) = Échec
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 22 Décembre 2016, 00:56

Le Rattataki réfléchit un moment, l'hésitation aisément lisible sur son visage.

- Je vous montrerai peut-être ce que j'ai en réserve. Mais pas tout de suite, répondit Rad'ast. Si c'est la quantité qui vous inquiète, soyez rassurée, j'ai ce qu'il faut au frais dans la cave.

Il avait pourtant souri à la remarque de Sweina, quant à son regret de laisser de telles armes entre les mains de ses hommes.

- C'est sûr que ce n'est pas du matos à mettre à la portée de n'importe quel clampin, souriait-il. Si vous voulez je dispose d'instructeurs que je serai prêt à mettre à votre disposition...
"Moyennant finance" put terminer mentalement Klinedg.
- Vous ne vous attendiez pas à ça, poursuivit Rad'ast en reprenant les paroles de Lyn, et je peux le comprendre. Une telle qualité ne court pas les rues. Mais je me demande d'où vous avez entendu parler de nous...

Les yeux braqués sur la jeune femme, le mastodonte semblait très intéressé par la réponse à cette question.



Afficher : spoiler
Nouveau test de charisme, difficulté 18. Tu peux tout aussi bien éviter la question qu'inventer une réponse. En fonction de ton choix cependant, la réaction ne sera pas la même bien évidemment en cas d'échec ;)

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 22 Décembre 2016, 01:28

Bon.
Le poisson n'avait pas mordu mais l'appât l'avait intéressé. Inutile d'insister, cela ne ferait que le rendre soupçonneux et elle n'avait pas envie de lâcher son Klinedg sur Rad'ast pour un pugilat viril si la situation échappait à son contrôle. Pour l'heure, Lyn avait conscience d'évoluer sur un fil. Sa relation d'affaire n'était pas encore assez solide pour se permettre de petits écarts.
Ainsi, elle se contenta d'un demi-rictus entendu.
Plus tard, hein ? Cela avait valeur de promesse, mon grand salopard, ce genre de paroles. Pas de peut-être entre l'agent et ce bougre de marchand d'armes musclé. Avec un zeste de manipulation et un soupçon de confiance, il se ferait un plaisir de lui faire visiter le reste des installations. Avec un beaucoup de temps et d'efforts, il finirait même par se montrer un tantinet trop bavard sans s'en rendre compte mais la jeune femme doutait fortement que l'opération en arrive jusque là.

Elle secoua doucement la tête à l'offre du rattataki. Il ne perdait pas le nord, le con ! Toutes les occasions de se faire plus de pognon étaient bonnes à prendre pour lui. Bordel ! Il ferait un excellent commercial pour refourguer du matériel à une armée ou un groupe mercenaire. Tendez-lui la plus petite perche et il finirait par vous vendre une machine à café à équiper dans les chasseurs monoplaces ainsi qu'un blaster de secours de poche pour commando, des capsules de poison pour diplomate et un assortiment de caleçons blindés aux coloris assortis à votre fusil-blaster afin de partir au combat dans une tenue qui claque !

- Inutile. Le tri se fera de façon naturelle parmi mes hommes. Les inutiles claqueront rapidement tandis que les autres se battront pour trouver grâce à mes jolis yeux... Commenta-t-elle au sujet des fameux instructeurs, d'un ton badin, comme s'il était tout à fait normal de gérer ainsi une troupe.

La jeune femme hocha la tête quand Rad'ast mentionna la quantité de matériel. Stricte vérité, même si elle s'attendait un peu à tomber sur des richesses mais pas à ça.
Son demi-rictus se mua lentement en un petit sourire mutin quand le baraqué se montra rudement curieux au sujet de l'agent. Ou, tout du moins, de ses sources. Ah ah, ainsi donc, on tentait un petit coup de sonde, hein ? L'idéal pour démasquer quelqu'un qui ne devrait peut-être pas être là. D'un autre côté, c'était une question légitime. Dans ce genre de business, il était très utile d'avoir un aperçu du réseau transmettant l'information sur l'existence d'un tel fournisseur. De quoi rémunérer d'une manière quelconque un informateur ayant fait venir de bons clients... ou faire trancher la gorge de l'imbécile qui a permis qu'un espion vienne fouiner au cœur de la planque.
Que lui répondre ?
Durant un fragment de seconde, elle songea citer un certain patron de cantina mais elle se ravisa. Son instinct lui souffla qu'il s'agissait là d'une bien mauvaise idée. Certes, le Nikto était utile et nécessaire à l'équilibre des forces du secteur mais Rad'ast et son organisation pouvaient parfaitement l'estimer nuisible.
Non.
Elle allait simplement lui rendre la monnaie de sa pièce, à ce gentleman.

- Oh, vous êtes bien curieux des petits secrets d'une dame mon cher... Elle se fendit d'un petit sourire de Dame de la haute qui se moque gentiment d'un petit jeunot lui tournant autour avec ardeur. Je vous le dirais peut-être. Mais pas tout de suite. Comme quoi, tu montres pas ta réserve ? T'auras pas d'infos ! Pas d'bras, pas d'chocolat, gros malin ! Apprenons d'abord à nous connaître un peu mieux, ce serait bien plus fructueux, vous ne croyez pas ?

Si elle n'avait pas été Sweina, elle lui aurait décoché son "regard de pucelle qui tente d'amadouer le grand gaillard musclé au regard qui fait peur" mais, étant donné qu'elle incarnait l'une des pires saloperies de la galaxie, elle se contenta de lui envoyer un petit clin d'œil complice assorti d'un rictus qui en disant long sur le fond de sa pensée.
En gros.
Fouine pas trop si tu ne veux pas que je te gifle avec la main de mon garde du corps, espèce de goujat !
Un truc comme ça quoi, très en vogue dans les milieux criminels.

Jet de dé [Charisme] [Chance de succès : 70%]

19 () + 12 (Charisme) = 31, opposé à 18 (Difficulté) = Succès
De justesse Bon Remarquable Superbe Fantastique [Épique] Légendaire Béni par la Force
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 22 Décembre 2016, 23:05

Une nouvelle fois, le Rattataki prit le parti de rire devant la réponse de Sweina. Manifestement, il appréciait le culot, et celui de la jeune femme tout particulièrement. Mais jusqu'où pourrait-elle aller avant qu'il ne considère qu'elle dépassait les bornes ?

- J'ai hâte de voir les résultats que pourrait produire un partenariat avec vous, Sweina, s'amusa-t-il.

Il s'approcha un peu plus de la femme aux cheveux d'albâtre, mais la présence de Klinedg à ses côtés le dissuada de trop s'approcher. Qui sait ce qu'il aurait fait si le colosse n'avait pas été là.

- Il ne tient qu'à vous que nous fassions plus ample connaissance, fit-il sur un ton enjôleur.

Enfin, qui se voulait enjôleur. L'effet produit était tout autre, avec ce sourire carnassier. Mais peut-être en avait-il conscience, et pensait que Sweina n'était pas une femme à se laisser effrayer par si peu.

- Se mettre d'accord sur les termes du contrat prendra un peu de temps, et j'imagine que vous souhaiteriez repartir avec votre chargement, poursuivit-il néanmoins en changeant de sujet. Vous avez fait un long voyage jusqu'ici, je peux mettre une chambre à votre disposition, le temps de finaliser tout cela. Deux chambres, corrigea l'homme en jetant un regard à Klinedg.

Le choix appartenait à Lyn. Chacun avait ses avantages et, bien entendu, ses inconvénients...

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 23 Décembre 2016, 00:28

Rad'ast gobait avec un grand rire le refus de l'agent. Bon. Il était souvent plus simple de s'en tirer avec une magistrale pirouette qu'avec un bobard monté en vitesse. Ce qui importait souvent, c'est d'avoir du culot et de l'assurance. Le mensonge le plus crédible de la galaxie ne trouverait jamais preneur prononcé sans une réelle conviction. Ainsi, il valait parfois éviter purement et simplement de mentir avec une certaine impertinence mais ce genre de manœuvre avait naturellement ses limites.
Malheureusement.
Certains interlocuteurs se montraient parfois butés, insistants. Pénibles, en un mot. Surtout quand ils n'étaient pas particulièrement malin. Les idiots pouvaient vite se révéler les pires ennemis des menteurs ou des acrobates verbaux car ils appréhendaient souvent le monde sur l'unique plan du premier degré.
Fort heureusement, le rattataki n'était pas de ce genre-là. Bien sûr, il restait redoutable car il pourrait revenir à la charge par la suite mais, tant que Lyn louvoyait sans faire trop de vagues, il n'aurait pas de raisons de se montrer désagréable.

A nouveau, il eut un mouvement vers la jeune femme. Stoppé net par la rassurante présence silencieuse de Klinedg. Heureusement qu'il était grand et imposant celui-là car sa discrétion tendait à le faire se fondre dans le décor. Avait-il été réellement garde du corps ou simplement garde dans sa vie ? Peut-être. A moins qu'il en ait fréquenté ? Non. Son attitude transpirait l'expérience.
Intéressant.
Une fois tout ce merdier terminé et loin derrière eux, Lyn ne manquerait pas de le remercier comme il se doit. Qui sait ce qui pourrait arriver s'il n'était pas là, à ses côtés ? Bon, certes, la jeune femme avait prévu une vibro-dague pour l'occasion d'un geste malavisé d'un homme mais face à Rad'ast, l'arme ressemblait plus à un cure-dent perfectionné qu'à une réelle menace. Enfin, ça pouvait toujours servir pour autre chose.

Le rattataki eut droit ensuite à un petit rictus indéfinissable. Etait-ce une tentative de séduction à son égard ? Une invitation à une confrontation intime à la lueur de chandelles devant un repas romantique ? Lyn n'arrivait pas à arrêter son choix. S'il abordait toutes les femmes de cette façon, il était à craindre qu'il n'ait guère batifolé qu'avec des prostituées ou des aveugles tant il était tout sauf charmant avec son sourire.
Par les poils des wookies, il aurait traumatisé des centaines de gosses !
Mais ce n'était peut-être qu'une manœuvre délibérée. Peut-être même avait-il une facette bien cachée, tout au fond de lui, capable d'un vrai sourire doux. A moins qu'il n'ait perdu depuis longtemps cette part de lui-même au cours d'une existence rude et sans pitié, incapable même d'un peu de tendresse envers sa propre mère.
La jeune femme chassa ces pensées de son esprit. Quelle importance ?

Allait-elle repartir avec son chargement ? Question épineuse. Cela pourrait offrir des possibilités tactiques, si les choses se déroulaient bien. Autant laisser la question en suspens. Inutile de mettre le chariot avant les banthas. Rad'ast n'en serait pas étonné outre mesure et l'agent songea, avec une petite pointe d'humour, qu'il ne raterait pas l'occasion de lui proposer un service en supplément de livraison ou une connerie comme ça.
Oh oui, un long, très long voyage. Dans les transports en commun en plus ! Un vrai calvaire. Mais la proposition était alléchante. Certes, ce petit salaud en profiterait allégrement pour la surveiller d'une façon ou d'une autre mais elle aurait elle-même un pied dans la place. En se débrouillant bien, si elle en avait le temps, elle finirait par faire presque partie du décor.
Bref, autant sauter sur l'occasion. Cela lui ferait un petit divertissement de fouiner partout pour repérer les mouchards. Et elle pourrait même contacter un certain Rodien pour un petit rapport à mot couvert. En espérant que son esprit vif soit correctement alimenté et opérationnel.

- Et en plus vous faites hôtel ici ? Répliqua la jeune femme, avec une pointe d'humour non dissimulé. A se demander le genre de services que vous n'offrez pas ! Elle se fendit d'un clin d'œil avant de poursuivre, un tantinet plus sérieusement. Tant que les chambres sont l'une à côté de l'autre, cela m'ira. J'en profiterais pour contacter mon comptable, si c'est possible, bien sûr.

Simple curiosité en apparence mais on ne pouvait jamais prévoir, avec ce genre de gens. Il pouvait y avoir un brouilleur ou un appareillage de ce genre. Si c'était le cas, si la situation dérapait, elle aurait du mal à appeler des renforts. Autant vérifier tant que l'occasion se présentait.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 24 Décembre 2016, 00:29

- Bien entendu que vous pouvez ! renchérit Rad'ast à la question de Lyn. Mettez bien les choses au clair avec lui !

Comme il n'ajoutait aucune condition, on pouvait facilement deviner qu'il ne craignait pas que la communication soit interceptée, ou que Lyn ne fournisse des détails compromettants.

- Je vais vous faire conduire à vos chambres en ce cas, proposa Rad'ast. Sauf si vous souhaitez aborder autre chose avec moi, ajouta-t-il d'un air entendu. Je mettrai à votre disposition un garde qui répondra à vos éventuels besoins.

Et prévenant avec ça ! Il aboya un ordre autoritaire et aussitôt le garde en faction décrocha un comlink de sa ceinture. Devant Rad'ast, tous s’exécutaient. Action, réaction.

- Nous reprendrons la suite de notre affaire demain - j'enverrai quelqu'un vous chercher.

Rad'ast semblait toujours plein d'attention pour sa cliente. Difficile à croire venant d'une armure à glace aussi effrayante, mais il devait bien faire attention à soigner ses relations. Bien entendu, comme Veilleur l'avait fait remarquer, il ne s'occupait que des plus gros clients.


Afficher : spoiler
Si tu n'as rien de plus à ajouter, tu vas pouvoir prendre congé de Rad'ast. Si tu veux je te laisse décrire les chambres et tes actions maintenant que tu as un peu de calme ;)

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 26 Décembre 2016, 01:51

Grande nouvelle, il n'y avait visiblement pas d'équipement de brouillage. Soit il n'existait tout simplement pas, soit il n'était activé qu'en cas d'urgence. Rad'ast et son groupe avaient-ils une trop haute opinion d'eux-mêmes ? Peut-être pas tant que ça. Après tout, ils n'avaient toujours pas été démasqués et le premier filtre du bâtiment pouvait se révéler particulièrement efficace. Sacré Veilleur ! Lyn se demanda s'il ne serait pas judicieux de lui mettre la main dessus, à ce gringalet. A défaut d'être particulièrement bavard sur l'organisation dont il n'était probablement qu'un rouage, il pourrait déballer bien d'autres informations. Sur la clientèle, par exemple. L'agent soupçonnait le portier d'avoir une sacrément bonne mémoire et son rapport avec la peur le rendrait relativement malléable. Enfin, pour quelqu'un sachant s'y prendre correctement. La pire idée serait de le confier à l'un des interrogateurs musclés du Service. Certes, ces types étaient doués dans leur partie mais ils n'étaient pas assez subtils.

Machinalement, la jeune femme repoussa une mèche de cheveux de son oreille gauche. Elle jaugea alors le rattataki tandis qu'il parlait et crachait un ordre à son sbire. Un redoutable adversaire mais aussi un fin commerçant. Face à un guerrier, il mettait d'emblée à l'aise grâce à son allure martiale mais face à un homme d'affaires, il laissait planer le doute entre son apparence et sa capacité à gérer une foule de détails. Vraiment habile. Pour un peu, Lyn en aurait été admirative mais, plus le temps passait, moins elle l'appréciait.
Il cachait trop bien son jeu.

- Très aimable à vous. Nous verrons tout ça demain, ce sera plus... Comment dire ? Ah, oui, constructif.

Tandis qu'ils attendaient le laquais de Rad'ast, la jeune femme feignit de se plonger dans l'examen de l'arme la plus proche. Un superbe fusil-blaster à faire pleurer d'envie la plus grosse brute de la galaxie.
Si le rattataki ne gérait que les gros clients, qui pouvait bien se charger des affaires courantes ? L'un de ses lieutenants probablement. Forcément un homme de confiance, à même de repérer une embrouille éventuelle ou un client trop stupide pour saisir que refuser de payer tout en sortant son arme au cœur du territoire ennemi était d'une débilité abyssale. Elle nota dans un recoin de son esprit qu'elle pourrait parfaitement se montrer un peu curieuse le lendemain, au détour des discussions. Histoire de flatter l'ego du maître des lieux. Quoi de mieux pour le faire se rengorger que de vanter ses choix en matière de loyaux bras droits ?
L'attente ne fut pas longue. Au contraire. Le pauvre type devant servir de guide à la furie à la tignasse blanche n'avait pas intérêt à traîner son cul sous peine de mécontenter son patron. Et l'agent n'avait aucun mal à imaginer une bonne douzaine de punitions exotiques que Rad'ast pourrait infliger au traînard, sous les yeux de son invitée bien sûr, divertissement oblige.

L'homme qui arriva était entre deux âges. Peut-être un vétéran qui suivait le rattataki depuis un moment. Il se présenta devant son chef et opina simplement quand ce dernier lui transmit ses succinctes instructions. Inutile de gaspiller des mots, il avait bien dressé sa meute. Le guide se tourna ensuite vers la jeune femme et son garde du corps. Lyn salua sa performance. L'homme cligna à peine des yeux en prenant enfin la mesure du compagnon de la fameuse Sweina de Kuat. L'agent lu dans ses yeux qu'il avait soudain l'impression de voir double, entre le patron et cette grande carcasse mais il n'exprima rien d'autre qu'une courtoisie de rigueur. Un peu raide, trahissant un manque d'habitude mais tout à fait acceptable dans le milieu.
Rad'ast salua Lyn et échangea un bref regard avec Klinedg. Qu'échangèrent-ils durant cette interminable seconde ? La jeune femme n'avait aucune envie de le savoir. A quoi bon ? Sûrement des trucs de grands dadais super musclés.
Sans un mot, le guide mena aimablement le duo à travers les couloirs. La jeune femme prit soin de mémoriser au mieux le parcours et se montra satisfaite de découvrir que les chambres qu'ils allaient occuper étaient bien l'une à côté de l'autre. Le troufion invita Lyn à entrer mais, d'un regard glacial, le guerrier en armure lui fit comprendre qu'il voulait inspecter les lieux d'abord. Le guide manqua d'ouvrir la bouche et capitula en voyant qu'il essuyait non pas un mais deux regards froids.

L'attente fut de courte durée. Klinedg hocha la tête à l'intention de sa patronne et s'octroya la seconde chambre. Il s'encadra dans la porte et attendit que la jeune femme s'engouffre dans la pièce avant de faire de même dans la sienne.

- Je passerais te voir tout à l'heure, Klinedg. J'aurais un ou deux détails à régler avec toi... Lâcha-t-elle d'un ton hautain et ne souffrant aucune réplique à son garde du corps. Elle se tourna ensuite vers le garde, quasiment impassible. Plutôt que de prendre racines ici mon brave, allez donc nous chercher de quoi faire un repas digne de ce nom. Je n'aime pas dormir le ventre vide.

Et, sans attendre de réponse, elle s'isola dans la chambre.
Enfin seule, elle laissa un petit sourire s'étirer sur ses lèvres. Pauvre gars. Avait-il souvent des emmerdeurs comme elle à gérer ? Elle avait bien envie de l'enquiquiner un peu en l'envoyant chercher des bricoles ou en le harcelant de questions. Bah, elle verrait le moment venu. Pour l'heure, elle allait prendre le temps de découvrir son environnement.

La chambre était à l'image du bâtiment et du secteur. Dépassée par les évènements. Un lit, une sorte d'armoire, une chaise, une minuscule table pouvant à peine supporter une tasse de café et une lumière blafarde mais pas trop agressive. Pas le grand luxe mais l'ensemble était dans un état plus qu'acceptable. Et ça sentait le propre. Intriguant.
Rad'ast avait-il un budget consacré à une femme de ménage ?
Bref, les lieux n'étaient pas du meilleur goût en terme d'ameublement mais l'ensemble était fonctionnel et propre à défaut d'être confortable et chaleureux.
Au fond de la pièce, derrière une sorte de rideau faisant office de porte, la jeune femme dénicha une douche. Quel luxe !

L'agent soupira. Elle avait connu pire. Bien pire ! Sur Kuat, entre autres. A cette pensée, elle frissonna. Saloperie de guerre.
Avec une petite pointe d'humour, elle se demanda ce que Klinedg pouvait être en train de faire en ce moment même. S'était-il assis sur le bord de son lit, attentif au moindre bruit suspect ? A moins qu'il n'ait décidé de se détendre un peu, enlevant son armure et prenant une douche ? Un rictus taquin s'étira sur le visage de la jeune femme. Et si elle surgissait dans la chambre de son compagnon pour en avoir le cœur net, quitte à le prendre sur le vif dans une posture embarrassante ?
Mauvaise idée.
La mission avant tout. Elle n'était pas là pour s'amuser. Enfin. S'amuser, ça faisait longtemps qu'elle n'y pensait guère de toute façon. Etait-elle trop sérieuse ? Ou, comme elle se le disait souvent à elle-même, était-elle bien trop investie par sa mission pour gaspiller son temps en futilités ?
Elle chassa ces pensées de son esprit.

Et commença une inspection des lieux, nonchalante en apparence. Il n'y avait peut-être pas de mouchards mais mieux valait s'en assurer, non ? De toute façon, elle prendrait soin de parler à mots couverts à ce brave L. Et si ce foutu Rodien ne saisissait pas, elle pourrait toujours le houspiller comme s'il était le comptable un peu bouché de Sweina. De quoi donner un peu plus de matière au personnage, non ?
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 03 Janvier 2017, 23:08

Tandis que la jeune femme parcourait la chambre immaculée montre en main, l'aiguille de cette dernière s'agita au niveau des quelques meubles de la pièce. Cela expliquait au moins en partie la sérénité que montrait Rad'ast : il saurait exactement ce qu'elle disait et faisait. Ce qui soulevait un autre problème : comment pourrait-elle s'expliquer clairement avec L ou Klinedg si elle devait parler à mots couverts avec eux ?
On toqua au sas.

- Madame ? lui parvint une voix étouffée. Votre repas- et celui de votre garde.

Le temps que Lyn fasse sa petite inspection, la livraison avait été faite. Le room service était plutôt efficace ici.

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 10 Janvier 2017, 00:50

La sale petite fouine !
Une part d'elle-même aurait été déçue si elle n'avait pas repéré le moindre mouchard mais cela compliquait toujours les choses. Saloperie ! Et a moins de prendre le risque de griller sa couverture, elle ne pouvait être tout à fait sûre de ce que Rad'ast captait de la pièce. S'il ne faisait qu'avoir les oreilles à la traîne, il y avait divers moyen de gruger le système mais s'il pouvait également se rincer l'œil... Bah, si c'était le cas, il pourrait se faire plaisir à reluquer une femme nue, ça l'occuperait et il pourrait, pour une fois, astiquer autre chose que son armure.
Enfin, être reluquée ne dérangeait pas particulièrement la jeune femme. Non pas qu'elle soit d'un naturel exhibitionniste mais, dans son boulot, il fallait souvent faire avec des choses déplaisantes. Comme tuer des gens, manipuler de pauvres bougres ou coucher avec un connard qui ne trouverait pas la douche même avec un système de localisation avancé.
Par chance, Lyn n'avait pas encore eu à affronter la dernière situation. Non. Elle avait buté le type avant qu'il n'ait la plus petite chance de poser un doigt sur sa peau nue.

Bref.

Elle prit un soin maniaque à s'étirer tel un félin, jouant de ses formes mises en valeur par son vêtement. Elle se fendit même, pour l'occasion, d'un sourire enjôleur -dont elle usait et abusait quand elle était toute gamine afin de faire fondre le plus coriace des cœurs de pierre- avant de se détourner.
Assez joué.
D'autant que le larbin venait de ramener la gamelle.
Bigre, il était rapide ce type. Soit les cuisines étaient juste à côté, soit ils avaient tout prévu.
Intéressant.

Poussant un soupir composé, l'agent afficha un air détaché en allant ouvrir l'accès. Elle coula un regard de feinte indifférence vers le larbin, repoussa une mèche de cheveux.

Au moins, le service d'étage est digne d'un grand hôtel ici. Commenta-t-elle avant d'ajouter, en sortant de la pièce pour se présenter devant l'entrée de la chambre de Klinedg. Je vais manger avec mon garde du corps, ça lui fera sûrement plaisir.

Joignant le geste à la parole, elle déclencha l'ouverture du sas et pénétra dans la pièce sans s'annoncer. A la Sweina. Et tant pis pour un certain grand musclé s'il était dans une situation embarrassante. Au moins, ça ferait jaser dans le repaire.

Klinedg, je m'incruste pour le repas ! Lança-t-elle d'un ton joyeux tout en observant les lieux d'un rapide regard circulaire.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Oracle » 13 Janvier 2017, 21:52

Loin de s'en offusquer, la jeune agent semblait s'amuser de la situation et prenait un malin plaisir à dévoiler son charme devant la caméra - si caméra il y avait bien. D'autres qu'elle se seraient réfugiées dans les bras du rassurant Klinedg. Correction, aucune femme agent n'aurait fait ça, le Capitaine ne l'aurait pas permis. C'était un comportement de civile prise de court, et non du professionnel que Salay formait.
Et une nouvelle fois, l'agent fit montre de son assurance en jouant la hautaine devant le "serveur".

- A votre service madame, répondit simplement celui-ci.

Sur son visage cependant pouvait se lire le doute que provoquait l'attitude de la jeune femme. C'était comme s'il semblait ne pas réussir à la classer dans la colonne des "dangereux" ou "folles-à-lier-à-éviter-absolument".
Tandis que Lyn changeait de chambre, elle put apercevoir du coin de l’œil un garde qui tournait à l'angle du couloir. Peut-être était-ce là la raison de la rapidité de ce room service : l'homme entre deux ages n'avait pas bougé d'un iota et était resté de faction devant la porte de la belle. Alors que cette dernière entrait dans une chambre en tout point semblable à la sienne, elle pût voir Klinedg éteindre un hologramme avant de le ranger. Le colosse se leva de son lit sitôt qu'il l'aperçut.

- Je pensais que vous aviez un comptable à contacter avant, demanda-t-il visiblement mal à l'aise.

Mais il reprit vite contenance suite à la brusque apparition de Lyn et leur aménagea un petit coin de table. Une table qui branla lorsque le plateau y fut posé.

- En quoi puis-je vous aider ? demanda-t-il alors.

Très bien, visiblement il jouait le jeu même lorsqu'ils semblaient avoir un semblant d'intimité. Lyn pourrait peut-être faire quelque chose de ce grand gaillard tout compte fait.

Re: Une vision de l'autre côté

Messagepar Lyn Aylak (Hexner) » 16 Janvier 2017, 11:52

Si le planton se montra terriblement serviable, son expression n'échappa aucunement à l'attention de l'agent. Qui ne s'en formalisa guère. Qu'il doute et tergiverse, ce ne pourrait que servir les intérêts de Lyn. Un individu sûr de lui pouvait se montrer inébranlable tandis qu'un bougre ne sachant sur quel pied danser ne demandait qu'un minuscule effort pour être dérouté et embobiné.
Au pire, il finirait par se faire une image fantasque et lunatique de Sweina, renforçant encore plus l'aura dérangeante de cette dernière.

Mais, pour le moment, elle n'avait que faire de travailler au corps un larbin. Elle avait un grand dadais à voir !

Un petit rictus abominablement sincère s'étira sur son visage, découvrant la surprise de Klinedg alors qu'elle faisait irruption dans sa chambre. Elle se sentait telle un facétieux matou prenant un congénère dans une posture embarrassante et, sans en éprouver la moindre honte par la suite, s'en amusa grandement. Arriver à fendiller le masque du garde du corps était un exploit dont elle tira une grande fierté tout en faisant naître en elle un sentiment indéfinissable qu'elle aurait pu résumer par la pensée suivante : "Il est humain lui aussi". Non pas qu'elle eut douté de la nature biologique de son compagnon mais elle sentait bien qu'il ne portait pas qu'une lourde armure bien solide.
Il avait une épaisse carapace et ne pouvait s'en défaire.
Etait-ce lié à l'hologramme que l'homme venait d'éteindre ? Très probablement et la part de Sweina qui déteignait sur la jeune femme tandis qu'elle en portait le masque avait une furieuse et mesquine envie de chambrer son subordonné sur le sujet avec une remarque graveleuse bien envoyée. Ce qu'elle ne fit pas.
Par respect, malgré son rôle de petite garce imbue d'elle-même. Au fond, elle sentait qu'elle pourrait parfaitement faire tourner Klinedg en bourrique en déboulant dans sa chambre sans prévenir, en lui ordonnant des choses absurdes ou en lâchant des commentaires salaces sur leur environnement proche mais toucher, même fortuitement, à son intimité ne pourrait que nuire à leur mission. Ou à leur relation, même si elle n'était que de travail.

Heureusement pour les infiltrés, le soldat Klinedg venait de tendre une monstrueuse perche à la jeune femme. Le comptable, hein ? Brodons follement et devant témoin !

- Oh, lui... Fit Lyn en haussant les épaules avec dédain. Le connaissant, il est sûrement occupé avec ses chiffres donc, il ne répondra pas tout de suite. Elle se fendit alors d'un sourire digne d'une petite fille mesquine, méchante et conscience d'être la pire emmerdeuse de la galaxie pour conclure sur le sujet du comptable. Je préfère le contacter quand il sera en train de manger ou de soigner sa constipation chronique. Ah, j'aime le son de sa voix quand je le prends sur le vif, le pantalon sur les chevilles, à forcer comme un bantha pour pas grand chose.

La jeune femme s'étira à nouveau, comme satisfaite d'elle-même et de son esprit particulièrement mal tourné. Elle prit le temps de faire un petit tour de la chambre, comme si elle découvrait un nouvel espace inconnu alors qu'elle aurait pu se croire dans une copie conforme de son propre hébergement temporaire.
Déprimant.
Un peu de décoration eut été du meilleur effet quand même. Une plante ou quelque chose comme ça, non ? Ben non. La pègre n'a pas encore fait main basse sur les décorateurs d'intérieur alors ils n'étaient peut-être même au courant de l'existence de certains objets décoratifs comme un tapis ou de trucs comme la fabuleuse couleur "Taupe" qui avait fait fureur des années durant dans le milieu. Enfin, s'il fallait en croire le vieux magazine qu'elle avait lu quand elle était gamine, ne comprenant pas la moitié du charabia qu'il contenait.
Enfin, daignant accorder son attention pleine et entière à Klinedg, elle fit un geste de la main vers le larbin, lui signifiant qu'il pouvait disposer et qu'elle le sifflerait dès qu'elle aurait besoin de lui.

- J'aime pas manger seule, c'est chiant et je peux pas refiler ce que j'aime pas. Commença-t-elle, d'une voix faussement boudeuse avant de prendre un ton aux antipodes. Que penses-tu du matériel qu'on a vu ? Je n'ai pas d'expérience militaire mais ça me semble du sacrément haut de gamme. Elle touilla légèrement dans son plat, sans manger. Enfin, ça me plaît bien mais je n'aimerais pas tomber sur du matériel trop pointu pour mes p'tits bras cassés. Ni dépenser une fortune à faire pleurer mon comptable pendant des heures enfermé dans la chiottes.

En somme, une conversation tout à fait banale entre le leader d'une bande de criminel et un garde du corps multifonctions. Rien de bien méchant et cela aiderait Lyn à faire le point. D'autant qu'elle sentait bien que Klinedg cachait sous sa carapace un expert en armement. Ou, du moins, quelqu'un qui en connaît assez sur le sujet pour ne pas dire de la merde ou réciter le manuel technique.

- Et que penses-tu de nos hôtes, mon cher garde du corps ? Ajouta-t-elle avec un petit sourire en coin, invitant son compagnon à exprimer le fond de sa pensée qui, de toute façon, passerait sûrement pour le discours d'un protecteur zélé voyant une menace potentielle derrière le moindre grain de poussière. Ils semblent sacrément détendus et assurés, comme leur réputation le laissait entendre mais crois-tu que Rad'ast soit bon commerçant ? Elle ajouta, avec une note amusée. Ce serait bien s'il m'offrait un porte-clé ou un autocollant en cadeau pour ma commande, non ? Histoire de fidéliser le client...

Voir en Rad'ast un commerçant, c'était comme demander si un Rancor pouvait faire un animal de compagnie tranquille et propre dans un appartement. Quoi que le bougre était plutôt habile avec les mots malgré son apparence. Comme un Rancor déguisé en Bantha pour vous mordre le cul pendant que vous vous penchiez pour examiner un truc qui brillait par terre quoi.
Bref, son entrevue avec Klinedg lui permettrait peut-être d'y voir un peu plus clair tout en divertissant leurs hôtes. Avec tout le système de surveillance et la quantité industrielle de gardes truffant les couloirs, elle n'avait pas les coudées franches pour elle fourrer son adorable petit nez dans les vilaines affaires de l'organisation.
Que faire ?
Foncer dans le tas n'était pas une option viable. Trop de monde en face et pas assez de Klinedg en stock. Pire, les informations importantes ne seraient pas plus disponibles pour autant.
Soit elle allait devoir faire du rentre-dedans à Rad'ast et lui faire tourner la tête, soit il lui faudrait patauger plus avant dans la fange de ce cloaque dans l'espoir de dénicher une infime faille et s'y faufiler.
Aspects : Espionne aventurière Jumelle maléfique Humaine Sang Corellien La Force, ça craint Le savoir, c'est le pouvoir

MOUSTACHE !!!! :mrgreen:


Revenir vers « Ville-Basse »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité