Lutter, sans tomber dans l'abysse

Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 26 Mai 2017, 13:38

218 ap. BY, Etti IV - Tour de la radio "Horizon CSA"



- Je comprends pas pourquoi on doit s'emmerder avec ce gars. Pourquoi on fait pas la même chose qu'avec tous les autres ? Il a quoi de spécial celui-là ?
- Le boss a dit de le garder vivant, alors tu le gardes vivant et tu fermes ta gueule !
- Je le sais, protesta l'autre, mais j'aimerai bien comprendre !
- Depuis quand tu réfléchis-toi ? C'est le Secteur Corporatif, cherche pas à comprendre, tous ces tarés et leurs putains de magouilles... Tant que j'ai ma paye à la fin, je me fiche du reste, et tu ferais bien de faire de même ! Suis mes ordres et c'est tout.

Les deux mercenaires discutaient autour d'un homme ligoté bien serré à une chaise. Ce dernier ne semblait pas perdre une miette de la conversation et restait calme malgré la situation dans laquelle il se trouvait.

- Ouais, ouais, reprit le mercenaire. Pourtant il ne s'arrêta pas là, s'adressant directement à son prisonnier. Adjudant Barko c'est ça ? Et pourquoi que le boss voudrait te garder en vie, hein ?
- Sans doute parce qu'il sait qu'il ne s'en sortirait jamais s'il faisait ça, répondit avec aplomb l'adjudant. Et vous me semblez tout aussi mal partis. Alors détachez-moi si vous ne voulez pas passer le restant de vos jours en prison.
- Haha, rirent en cœur les deux mercenaires. L'un d'eux approcha son visage cagoulé de l'Espos. Tu n'y crois pas toi-même, lui souffla-t-il.

L'adjudant lui balança un énorme coup de tête qui le fit reculer sous l'impact. D'une balayette de son pied libre, il fit tomber le mercenaire au sol mais avant qu'il ne puisse faire quoi que ce soit d'autre, le second homme de main lui avait assené la crosse de son arme sur le crâne. L'Espos eut un petit cri de douleur et du sang se mit à couler jusqu'à son nez, mais il ne s'évanouit pas pour autant.

- Ne refais jamais ça ! lui hurla le garde valide. On doit te garder en vie, mais le boss se fout de l'état dans lequel tu seras ! Et relève-toi crétin !

Un peu groggy par le coup, le mercenaire se releva et voulut aussitôt se venger. Il fut vite stoppé par son partenaire.

- Tu as assez fait de conneries comme ça, lui dit-il. Reprends ton poste et arrête de te poser ces putains de questions !

Malgré sa rage et la douleur qu'il devait ressentir, l'homme revint peu à peu à la raison et baissa son arme, qu'il s'apprêtait à assener à son tour sur Barko. Il ne fit donc qu'envoyer un regard noir à l'adjudant.

- A vos or-
"Ahr !"

Un cri de frayeur étouffé venait de leur parvenir et les deux hommes braquèrent aussitôt leur arme dans sa direction.

- Qu'est-ce que c'est ?!

Le mercenaire qui semblait être le chef alpagua un troisième homme à travers sa radio.

- Au rapport ! fit-il.
- On n'en sait rien, répondit son interlocuteur, mais plusieurs hommes sont allés voir !
- Deux suffiront, toi et Delta 3 allez-y, les autres regroupez-vous autour de ma position, on garde le prisonnier !
- A vos ordres !

Plusieurs hommes armés finirent par débarquer dans le vaste hall d'accueil de la tour où ils se trouvaient, tandis que le chef mercenaire distribuait ses ordres, plaçant ses hommes.
Soudainement, toutes les lumières du hall s'éteignirent d'un coup, tirant un sursaut à chacun des hommes présents.
Sauf Barko.

- Et merde... fit celui-ci.
- Toi si tu bouges, je te fume ! le prévint le chef mercenaire.

Un générateur de secours sembla se mettre en marche car quelques lumières ténues s'allumèrent. Pas assez cependant pour voir clairement tout ce qu'il se passait dans le hall et déceler efficacement un ennemi. Les lumières nocturnes d'Etti IV ne suffisant pas pas non plus à éclairer les lieux, les mercenaires allumèrent tous des lampes torches.

"GLIIIING"

Un bruit de verre brisé lointain se fit entendre, aussitôt suivi par un autre cri de frayeur, lui aussi étouffé brutalement.

- Delta 2, Delta 3, au rapport ! ordonna le chef mercenaire à sa radio. Delta 2 ! répéta-t-il.
- C'est lui... faisait l'un des mercenaires présent dans la salle. Le Justicier, dit-il dans un souffle.

La peur était sensible dans sa voix.

- Ce n'est qu'un mythe, répondit un autre, peut-être pour se rassurer lui-même.

Si tel était le cas, son espoir fut vite étouffé.

- Je l'ai vu moi ! intervint l'homme qui s'était fait frappé par Barko un peu plus tôt. Sur des enregistrements de l'usine Photonnic Energy l’année dernière ! Evangelion !
- Reprenez vos formations ! beugla le chef. Et on se passera de tes commentaires ! Quelle que soit la personne qui entrera ici, je la veux morte !

A côté de lui, Barko remua, sans doute afin de dégager un peu les liens qui le resserraient. La main gantée du chef mercenaire l'arrêta immédiatement.

- Dispersez-vous ! Couvrez les entrées et cet ascenseur, deux par deux !
- Paraît qu'il peut disparaître, chuchotait un garde à son binôme, peu rassuré. Et qu'il envoie tous ceux qu'il croise dans un sac mortuaire...
- Putain la ferme, tu me files les-

Un bruit venu du plafond l'interrompit. Comme un seul homme, le binôme se retourna, prêt à faire feu. Quelques secondes.

- C'est rien, tu vois avec tes conneries !

Mais son partenaire ne répondait pas, il contemplait avec effroi un point derrière le dos de son compagnon, paralysé. Il fit volte-face à son tour, et se retrouva face à une visière en T qui luisait d'une sinistre lumière verte, semblant flotter dans l'air.
La surprise lui tira un hurlement de peur, mais au contraire de son camarade, la peur ne le paralysa pas et il se mit à faire feu en tout sens. Lorsque finalement il arrêta ses tirs, il ne contempla qu'un emplacement vide et quelques objets qui fumaient là où ses tirs avaient touché.
Soudain il ressentit une violente décharge électrique. Puis plus rien.
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 26 Mai 2017, 17:45

- Qu'est-ce qu'il se passe ? beugla le commandant. Allez voir !

Très vite, l'équipe arriva sur place et fit son rapport radio.

- Deux hommes à terre commandant, mais rien sur plaAAAAAAAH !
- Là haut !! hurlait son compagnon à la radio.

Une volée de tirs de blasters résonna dans le hall, soudainement interrompue. Puis le calme revint.

- Rapport ?! Rapport ! ne faisait que hurler le chef.

S'il n'avait pas porté de cagoule, l'homme aurait dû essuyer à plusieurs reprises la sueur qui perlait.

- On laisse tomber, regroupez-vous ! se ressaisit-il. Groupe Beta, on a besoin de renforts ! Groupe Beta vous me recevez ?
- J'en doute fort, fit platement Barko à ses côtés.
- Toi tu-

Il s'interrompit en réalisant que cela ne servait à rien et recommença à distribuer ses ordres par la radio. Les sept hommes qui restaient, eux, s'étaient regroupés ensemble comme ordonné mais cela ne les rassurait pas pour autant.

- Grenade !! hurla l'un d'eux en voyant tomber quelque chose à ses pieds.

Il fut le seul à réagir assez vite pour se jeter au loin, mais l'objet repéré ne se contenta que d'envoyer un épais jet de fumée qui environna les mercenaires.

- C'est qu- kof kof - quoi ça ?

Une main près des yeux dans un vain effort pour les protéger, les mercenaires n'auraient jamais osé tirer aux alentours au risque de toucher leurs coéquipiers, mais certains firent feu vers le plafond à l'aveugle.

- Sortez de là ! fit le seul homme à avoir échappé à la fumée.

Trois mercenaires réussirent à sortir de l'épais brouillard, et certains d'entre eux braquèrent leurs torches vers le nuage pour aider leurs compagnons à se guider. Il fallut quelques temps pour que le gaz ne se dissipe, mais une fois que ce fut fait, il ne restait plus rien.

- Où sont passés les autres ?! s'écria l'un d'eux.

Un objet aimanté vint soudainement se coller à son arme et explosa, lui faisant lâcher son arme et le jetant à terre. Il n'était pourtant qu'un peu sonné, et l'homme vit ses camarades au sol comme lui. Avant qu'il ne puisse se décider à se relever, un pied de métal vint le cueillir en pleine mâchoire.
Un homme gigantesque se tenait entre eux, totalement revêtu de métal. Sa cape et les couleurs sombres qu'il arborait ne permettaient pas de le voir en détail, seule sa silhouette se découpait clairement dans la pénombre.
Sa silhouette, et cette glaçante visière verte.
Les mercenaires se remirent sur pied, et hésitèrent un instant, instant que le colosse passa à les dévisager sans bouger. Puis tous sortirent de leur dos une vibrodague avant de se lancer à l'assaut du nouvel arrivant dans un cri de rage.
Un poing ganté cueillit le premier au niveau du plexus tandis que l'homme de métal bloquait de l'avant-bras un coup. De son pied, il fit tituber le troisième homme, l'empêchant de mener à bien son attaque. Le géant fit alors une clé de bras au second homme et lui disloqua l'épaule, arrachant un cri de douleur qui fit tressaillir son dernier camarade encore conscient.
Ce fut trop pour ce dernier. Dès qu'il se releva, il se mit à s'enfuir à toutes jambes. Le mercenaire ne parcourut cependant quelques mètres avant de sentir un choc dans son dos, puis il fut tracté en arrière à toute vitesse, ses pieds décollant du sol. Un énorme coup le cueillit à son arrivée, le plongeant dans le même état que ses coéquipiers.

- Delta 4 !? Delta 5 !! Au rapport ! continuait de crier le commandant.
- Bon sang détachez-moi et déposez les armes si vous ne voulez pas finir comme eux ! l'interpella Barko.
- La ferme ! beugla cette fois le chef sans troupes. Il colla son arme sur la tempe de l'adjudant. S'il s'agit bien d'Evangelion, il acceptera de me laisser partir ou sinon je te collerai un tir dans le crâne !
- C'est peine perdue, répondit calmement Barko. Ce gars-là ne se préoccupe pas des Espos.
- Il vaudrait mieux pour toi que si ! répliqua vivement le mercenaire en appuyant plus fortement le canon de l'arme sur la tempe de l'adjudant. Ou tu risques d'y passer !

Il ne réalisa pas ce qu'il se passa ensuite. Tout ce qu'il sut, c'est qu'il se retrouva au sol avec un semblant d'homme gigantesque au-dessus de lui.

- Il n'y a qu'une personne qui risque d'y passer ce soir, fit la voix rauque d'Evangelion. Le Justicier exerça une pression plus forte sur la trachée du mercenaire. Si tu ne veux pas que ce soit toi, alors dis-moi qui a le détonateur !
- L-le boss bien sûr, répondit tant bien que mal le mercenaire, les yeux écarquillés sous la pression. Il a dit- qu'il ferait sauter la tour avec tous les civils s'il ne recevait pas la tête de Cass Jared et un million de crédits avant minuit !
- Cass Jared est en prison. Qui est ton chef ?! Pourquoi demande-t-il ça ?! menaça Evangelion.
- J-j'en sais rien, je le jure ! I-il porte un masque et ne- ne l'enlève jamais !

La main d'Evangelion saisit le col de l'homme puis lui projeta la tête la première contre le sol pour l'assommer. Puis le Justicier laissa là le corps et alla défaire les liens de l'adjudant. Son armure avait subi quelques impacts, mais hormis cela elle était intacte.

- Nous n'avons pas besoin de votre aide ! protesta pourtant Barko.
- Si c'était vrai, je ne serai pas là, répondit Evangelion.

Les liens de l'adjudant venaient juste d'être défaits que ce dernier tenta de se jeter sur Evangelion. Le chasseur de primes lui saisit le bras et le réduisit vite à l'état d'impuissance.

- Ça suffit, je suis de votre côté !
- De notre côté ? s'énerva Barko. Vous ne laissez qu'une trainée de cadavres derrière vous ! J'ai vu ce que vous avez fait sur Mythus VII !
- Et j'ai vu ce que vous faites des civils que l'on vous laisse ! répliqua Evangelion. Ceux qui ont été sauvé de l'usine Photonnic Energy sont maintenant tous morts !

Barko ne répliqua pas immédiatement.

- Je ... je sais... fit-il finalement.

Evangelion lâcha l'Espos puis approcha sa visière du visage de l'adjudant.

- Vous ne semblez pas prendre conscience du monde dans lequel vous vivez adjudant.
- Cela n'a rien à voir ! Je ne laisserai pas ce Secteur tomber dans un autre fléau ! Les justiciers comme vous se moquent des lois, que se passerait-il si chaque citoyen décidait de se rendre justice lui-même ?! Vous êtes complétement obnubilé par votre désir de sang ! Nous n'avons pas besoin de vous ! répéta-t-il.
- Quand vous et vos hommes êtes retenus avant une opération, quand vos dirigeants véreux protègent les criminels, je suis le seul à me dresser pour protéger les citoyens ! Quand les meurtriers et les voleurs s'arrêtent pour y réfléchir à deux fois, c'est la peur qui les retient ! C'est ce que je suis ! Pas vous ! Cet endroit corrompu ne changera jamais si vous continuez comme vous faites !

La colère couvait chez les deux hommes, mais Evangelion poursuivit plus calmement.

- Ce qui s'est passé sur Mythus était une erreur j'en ai conscience. Et je vous rassure : jusqu'ici, personne n'est mort. Vous pourrez tous les emmener en prison et les faire ressortir quelques années plus tard. Mais cette fois, la peur ne quittera pas ces pourris...
- C'est une première chez vous, répondit Barko toujours méfiant.
- Si nous cherchons à désamorcer les bombes et que leur chef s'en rend compte, il les fera sauter. J'irai l'affronter directement et récupérer le détonateur, mais j'ai besoin de vous pour les désamorcer en cas de problème.
- Pourquoi ne pas lui avoir demandé où se trouvent les bombes alors ? Ou leur chef ?! demanda Barko en désignant le mercenaire à terre.
- Parce que je le sais déjà. Les civils et les bombes sont au 257ème étage, et lui sera sur le plateau des transmissions radio pour diffuser ses messages.

Evangelion avait scanné au détecteur de chaleur la totalité du bâtiment avec l'aide de son mini drone. Trouver les bombes et les civils n'avait donc pas été très difficile.
Barko grogna son assentiment. Il ne semblait pas très heureux de coopérer avec le justicier, mais la vie des civils était en jeu et cela suffisait à le lui faire accepter.

- Vous pourrez le faire ? Où se trouve le restant de votre unité ?
- Tous morts. Leur chef les a fait exécuter un par un.
- Et pas vous ? s'étonna Evangelion.
- Non. Et pas la peine de me demander, je ne sais pas pourquoi, ajouta-t-il aussitôt plutôt grincheux.

Si Evangelion parût réfléchir quelques instants, il passa vite à autre chose.

- Vous pourrez le faire seul ? demanda-t-il.
- Je trouverai un moyen, fit l'Espos. Les bombes d'abord. Une fois désamorcées et que vous vous serez occupé de leur chef, je pourrai faire venir d'autres Espos et libérer les civils.

L'adjudant retira la cagoule du chef mercenaire à terre et commença à se revêtir des habits du mercenaire.

- Il a demandé des renforts à une autre escouade tout à l'heure.
- J'ai brouillé leurs communications. Ils n'ont rien reçu.
- Bien, fit l'adjudant.

Evangelion s'approcha de Barko et lui tendit deux objets.

- Tenez, pulvérisez ça sur les bombes si vous manquez de temps pour les désamorcer, ça pourra nous sauver la mise. Je n'ai pas le temps de chercher à bloquer les émissions de leur détonateur. Et prenez ça aussi.
- Qu'est-ce que c'est ?
- Un comlink. Et pas la peine d'essayer de l'utiliser pour remonter jusqu'à moi.
- Ça ne me serait même pas passé par la tête, sourit-il ironiquement.

L'adjudant se saisit du comlink puis revêtit la cagoule.

- Comment allez-vous vous occuper de-

Il s'interrompit. Il n'y avait plus personne.
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 17 Juillet 2017, 14:38

Le chasseur de primes était en train de se déplacer dans les conduites d'aération lorsqu'il intercepta une émission venant de la tour.

- Citoyens du Secteur Corporatif. Ne vous l'avais-je pas dit ? Vos dirigeants se moquent de vos vies ! J'ai demandé la tête d'un criminel dont nous connaissons tous les crimes en échange des otages, et que font-ils ? Rien ! Soyez juges par vous-mêmes, et révoltez-vous contre ces dirigeants assoiffés de pouvoir et d'argent !

Depuis son moniteur, Evangelion avait accès à la transmission réalisée depuis ici-même. Un homme masquée faisait un discours qu'il retransmettait à l'ensemble de la population en utilisant les retransmissions de Horizon CSA. La chaîne télévisée allait certainement battre un record d'audimat cette nuit. A moins que toutes les communications vers l'extérieur ne soient interceptées par le gouvernement. C'est ce qu'Evangelion aurait tenté de faire avec les moyens dont disposaient les Espos. Mais avaient-ils eu le temps et la possibilité de le faire ?
Il en doutait fort. Cet homme avait visiblement à cœur de se faire voir, et à l'entendre c'était cela qu'il recherchait. Il s'attendait à ce que les Espos refusent ses revendications. Il aurait donc prévu un moyen de transmettre quoi qu'il arrive.

Image


Tandis qu'il continuait à se déplacer en silence, le justicier cherchait à noter les détails que révélait la transmission. De sa tenue transparaissait des moyens certains, qui n'étaient pas à la portée du premier mercenaire venu.
Mais ce fut réellement ses deux fentes de lumière verte que le chasseur de primes nota. Bien trop semblables à son propre casque à son goût. Cherchait-il à se faire associer tacitement au "Justicier", mis sur le devant de la scène en arrêtant justement Cass Jared ?
Il semblait en tout cas avoir les moyens de ses ambitions. Le matériel, les hommes, la mise en scène, ... L'arrêter n'était plus la seule priorité d'Evangelion désormais.

- Leur précieux argent, cracha l'homme. Pourquoi bougeraient-ils ? Ils ont été achetés et payés pour ne pas intervenir ! On les incite à détourner le regard ! Tout comme le vôtre, vous qui ne faites rien et laissez perpétrer des atrocités comme celles qu'a commises Cass Jared ! Si vous ne voulez pas agir, alors je le ferai ! A vous les soi-disant autorités d'Etti IV, il ne vous reste qu'une heure pour m'apporter la tête de Cass et la rançon, ou vous retrouverez votre cité sous les décombres de cette tour !

L'émission se coupa brutalement. Il fallait faire vite.
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 19 Juillet 2017, 01:11

- J'espérais te voir ce soir. Je savais que tu viendrais pour eux, fit l'homme masqué avec une tranquille assurance. C'était la seule raison que j'avais de les garder près de moi... Comme tu peux le voir, il n'y a personne d'autre que moi ici. Et eux...

De la tête, il désigna les otages, prostrés au sol et terrifiés. Des hommes et des femmes de tout âge. Des employés de Horizon CSA.
Des mots de l'homme, Tesha déduisit qu'il n'avait aucune intention de les garder en vie depuis le début.

"Il souhaite réellement montrer que les autorités sont corrompues. Si elles avaient acceptées ses revendications, il aurait prétexté n'avoir rien reçu."

Et si les Espos avaient pris la précaution de montrer qu'ils amenaient bien Cass Jared, elle était certaine qu'il avait prévu un plan de secours. La rançon n'était peut-être là que pour ça.
L'homme se tenait seul à l'étage des transmissions. Pourtant, il ne semblait éprouver aucune peur quant à la présence d'Evangelion.

- Regarde-les, poursuivait-il avec dédain en regardant les civils. Il les considéra un moment sans dire un mot. Valent-ils vraiment la peine que tu te donnes à les protéger ? demanda-t-il finalement. Moi, j'en viens à en douter chaque jour où j'en apprend un peu plus sur ce Secteur... Il sembla sortir de sa rêverie et tourna de nouveau ses fentes vertes de lumière vers Evangelion. Cela fait un an que j'attends l'occasion de te revoir.
"De me revoir ?" s'étonna Tesha.

Intérieurement, son esprit battait la campagne pour resituer cet homme. Mais le masque et la voix déformée par un vocalisateur tout comme la sienne n'aidaient pas vraiment.

- « Il ne m'en reste plus qu'une. Saloperies ! », souffla la voix de Barko dans son communicateur. « Je me dirige vers la prochaine ».
"Je dois gagner du temps", se dit Tesha. Son regard lorgna sur la manette que l'homme tenait en main négligemment.
- Tu me cherches ? Je suis là, fit la voix gutturale.
- J'ai une admiration profonde pour toi. Tu es l'un des rares à t'être dressés contre eux et à faire ce qu'il faut. L'un des seuls à être toujours en vie aussi, fit-il avec ironie. Et même avec ce que tu fais, ton statut de chasseur de primes te protège de la plupart des représailles !

Il s'esclaffa et le vocalisateur transforma son rire en une sorte de toux de grésillements.

- J'imagine qu'on m'a mis à moi aussi une prime sur la tête, songea-t-il. Qu'importe. Il fit mine de consulter une montre à son poignet puis reprit : Il ne nous reste que peu de temps pour discuter, alors je serai bref.

Le geste de l'homme surprit Tesha. Des deux mains, il se mit à retirer son casque, révélant un homme brun, jeune. Très jeune même. Il semblait à peine sorti de l'adolescence, pourtant il portait un regard dur qui le vieillissait prématurément.
Un regard que Tesha reconnut au premier coup d'oeil : elle voyait le même chaque jour en se regardant.

- Tu faisais parti des sujets de test sur Mythus, statua Evangelion. Cle Duned.

Le sourire du jeune homme s'étira, fier de ne pas avoir été oublié. Il sembla même presque sincère aux yeux de la justicière.

- Je ne m'attendais pas à ce que tu te souviennes de moi, encore moins que tu connaisses mon nom. Mais moi je ne t'ai jamais oublié.
- Tu t'es retrouvé dans la même situation qu'eux, fit Evangelion en désignant les civils. Pourquoi ?

Le visage du garçon se mua en une expression de rage.

- Sais-tu combien de temps il me reste à vivre ? 15 ans ! lança-t-il avec hargne. A cause de ce que ces salauds m'ont fait, je n'ai plus que quinze années à vivre !

Ses doigts serrèrent frénétiquement la manette et un instant Tesha eut peur qu'il n'active la commande par accident.

- Lorsqu'on m'a annoncé ça, j'étais... Il s'interrompit. Peu importe, le temps nous manque. Mais j'ai fini par décider que je ne laisserai pas ces gens s'en tirer ! Avant de mourir, je les ferai tomber, je montrerai à tous ce qu'ils sont réellement ! Et ceux qui ne feront rien, les apathiques ... Il tourna son regard glacé vers les otages. Ils ne méritent aucune considération pour laisser de telles choses se dérouler, souffla-t-il.
- Ils sont simplement effrayés.
- Est-ce que cela t'empêche d'agir toi ? rugit-il. Puis il se calma instantanément. Je me suis toujours demandé ce qui te pousse à faire ce que tu fais.
- Je fais ce qui s'impose, éluda Evangelion.
- Oui ! Oui ! répéta-il. Alors je suis certain que tu comprends ce que je fais !
- Il n'y a rien à comprendre. Tu te comportes exactement comme ceux qui t'ont causé du tort, asséna le chasseur de primes.
- Ce ne sont pas eux qui ont fait de moi ce que je suis ! s'emporta Duned. Il désigna du doigt les otages. Mais dans les semaines suivant ma libération, j'ai réalisé qu'aucun de ces gens ne ferait quoi que ce soit pour changer ce genre de choses ! Leurs opinions, les vies de quelques-uns d'entre eux, tout cela n'est rien si on parvient à notre fin ! Éliminer ceux qui nous traitent comme du bétail, voilà tout ce qui importe !
- En faisant cela, tu perds le droit même de te dresser contre eux. Plus rien ne te différencie de ces gens en utilisant ces méthodes. Ça ne devient qu'une lutte de pouvoir entre eux et toi.
- Au final, ils ne seront plus là, répéta le jeune homme comme si Evangelion avait mal compris son caprice. Ne vois-tu pas ? Sitôt qu'ils auront disparu-
- Tu arrêteras de te comporter ainsi ? l'interrompit Evangelion. Combien de personnes devront payer de leur vie entretemps ? Et une fois que tu auras atteint ton objectif, tu t'apercevras vite que d'autres existent encore, semblables à ceux que tu viens d'éliminer, et qu'il y en aura toujours. Il n'y a pas de fin à cela, statua Evangelion avec un goût d'amertume.
- Ne me dis pas que tu crois à ça, répondit avec calme Duned. Tu ne me donnes pas l'impression d'être un idéaliste. Tu t'attaques à la racine du problème. Toujours à poser des questions, à chercher toujours plus loin que ce qui apparait. Et une fois que tu l'as identifié, tu l'élimines. Je l'ai vu. A moins que l'état dans lequel tu as laissé l'homme qui nous torturait soit normal à tes yeux.

Le poing de Tesha se referma avec colère.

- C'était une erreur, souffla-t-elle.
- Ce n'en était pas une ! Lorsque tu es arrivé, je ne croyais pas ce que je voyais. Et ensuite, j'ai regretté de ne pas avoir pu t'y aider ! Cet homme... Cet homme ! ragea Duned.

Il finit par desserrer les dents et reprit :

- Tu le sais au fond de toi. Ce que je fais est nécessaire. Il brandit son détonateur. Je n'ai qu'à appuyer là-dessus pour que les révoltes ne commencent et que les puissants commencent à trembler. Tu m'as sauvé la vie une fois, j'accepte même de t'emmener avec moi ! Quelqu'un comme toi nous serait utile.

Sa main se tendit une direction d'une plateforme derrière lui.

- "Nous" ? répéta Evangelion.
- Viens avec moi et je te montrerai que tu n'es pas seul à lutter, proposa Duned. Ils sont vulnérables Evangelion ! Tu le sais ! Mais les demi-mesures sont terminées.
- Ce n'est pas la bonne façon d'agir. Ne mêle pas la vengeance à tes actions.

Elle vit dans son regard que rien ne le ferait changer d'avis. Un instant, elle se revit elle-même, obstinée et avide de vengeance face à son père adoptif, Gev. Elle prenait conscience aujourd'hui qu'il avait lutté des années pour qu'elle ne devienne pas cela.

- Je ne te laisserai pas faire, statua-t-elle alors.

Le visage de Cle Duned s'assombrit.

- J'aurai préféré que tu me suives mais peu importe. Tout comme aujourd'hui, tu ne pourras pas me stopper. Préfèreras-tu me poursuivre ou les sauver ? demanda-t-il en désignant les otages. Nous connaissons tous deux la réponse.

Il brandit son détonateur tandis qu'il se dirigeait vers la plateforme, sans prendre la peine de renfiler son masque.

- Je crois qu'il est l'heure, non ? Bah, fit-il avec un sourire, peu importe...
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 19 Juillet 2017, 15:08

La suite se déroula très vite. Tandis que Duned se dirigeait vers la plateforme où devait l'attendre un appareil, il pressa son déclencheur.

- Qu'est-ce que-, commença-t-il interloqué en n'entendant aucune explosion.

L'instant d'après une arme de jet venait propulser le déclencheur hors de sa portée. Duned ne prit pas longtemps à réagir lorsqu'il entendit un bruissement de cape se rapprocher de lui. D'une roulade, il esquiva le coup qu'allait lui porter Evangelion, en augmentant la distance que le chasseur de primes venait tout juste de combler entre eux.

- Tu ne peux pas avoir eu le temps de t'en occuper ! Je l'aurai su ! gémit-il de colère.

De leur côté, tous les civils qui avaient suffisamment repris leurs esprits fuyaient maintenant à toute jambe au plus loin tandis que d'autres, hébétés, continuaient de regarder la scène. Du coin de l’œil, Tesha en identifia un qui relevait ceux restés sur place.

- « Ici Barko », fit le lieutenant sur le canal d'Evangelion et celui des Espos, « les bombes sont neutralisées, je répète, les bombes sont neutralisées ».
"Crétin, attendez que- !"

Trop tard. Sur la caméra reliée à son drone, elle avait maintenant en visu un missile. Elle se précipita vers le jeune homme qui tentait vainement d'en faire bouger un autre et les attrapa tous les deux.
L'explosion qui s'ensuivit les projeta avec force contre un mur. Elle tenta tant bien que mal de s'interposer entre l'explosion et les deux hommes, les recouvrant autant que possible de sa cape. Sur le visage de l'homme elle n'eut le temps que de voir une franche frayeur, tandis que l'autre tentait lui aussi de le protéger.
Lorsque qu'enfin l'explosion fut retombée, elle croisa le regard du jeune homme.

- Emmène-le, lui ordonna-t-elle.

Evangelion se retourna ensuite pour découvrir l'étendue des dégâts. L'entrée entière vers la plateforme avait été balayée, laissant une vaste ouverture béante derrière des débris d'acier. Une silhouette s'en éleva avec difficulté puis se mit à escalader aussi vite que possible les débris.

- Barko, dites-leur d'arrêter les tirs ! ordonna Evangelion alors qu'il se lançait à la poursuite de Duned.

A travers ses capteurs, elle entendait d'autres explosions et des rafales de laser. L'assaut avait été donné aussitôt que le lieutenant avait transmis.
Evangelion mit moins de temps à rattraper Duned que lui à escalader tous ces débris. Lorsqu'il arriva sur la plateforme, Cle n'était qu'à une dizaine de mètres de son speeder. Derrière lui, Evangelion vit le danger arriver bien avant.

- Arrête-toi ! tenta-t-il de le prévenir.

Mais il ne tourna la tête que dans l'intention de le narguer une dernière fois avec un regard de défi.
Une fraction de seconde après, Cle Duned volait dans les airs la tête la première vers le bas de l'immeuble.
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 19 Juillet 2017, 16:14

Courant vers le bord de la plateforme, Evangelion tapota son gantelet gauche. Puis il sauta à la suite de Duned.
Ce dernier devait avoir été sonné par l'explosion, car il ne bougeait pas et avait les bras ballants. Réduisant sa résistance avec l'atmosphère comme son père le lui avait appris avec les jetpacks, Tesha le poursuivit. Devant elle, Duned se mit soudainement à gesticuler dans tous les sens. Tesha n'arrivait pas à l'entendre, et elle n'eut pas besoin de régler ses capteurs : elle savait très bien ce qui devait sortir de sa bouche en ce moment.
Quand elle le rattrapa finalement, son visage était tordu de peur. Il était redevenu le garçon à peine sorti de l'adolescence et qui n'avait en fait aucune envie de mourir. Tesha l'agrippa mais il ne cessait de se débattre. D'un coup de manchette, elle l'assomma et il cessa aussitôt.
Puis ce fut à son tour de commencer à s'inquiéter. Elle avait beau regarder à tous les horizons, il n'y avait aucune trace de son speeder.
Lorsqu'elle vit une plateforme en contrebas, elle sortit son grappin. Sitôt qu'elle passa devant, elle fit feu.
Le choc faillit lui démettre l'épaule et elle en lâcha son arme. Elle tombait de trop haut et avait pris trop de vitesse. Désormais, son speeder était sa seule solution.
Tesha désespérait lorsque finalement il arriva. La tour de Horizon CSA était haute, et c'en était heureux. Mais autrement ...
Il fallut quelques minutes de plus au speeder pour réussir à se positionner correctement sous la justicière. Puis cette dernière s'effondra dedans.
Tesha ne trahit rien de son état. Elle se contenta de faire jouer son épaule pour s'assurer que tout allait bien. Puis elle s'installa au volant de son speeder et s'éloigna.

¤


- Ordonnez de les poursuivre ! fit un Espos. Il ne nous échappera pas !
- Non arrêtez ! fit le lieutenant Barko qui arrivait derrière lui.
- Mais monsieur, il s'échappe avec le terroriste !
- C'est un chasseur de primes, il nous le ramènera contre crédits. Mais pas avant de lui avoir tirer tout ce qu'il voulait savoir, ajouta Barko pour lui-même. Emmenez ces hommes au central, et commencez à les cuisiner, ordonna-t-il. Qu'on puisse voir ce qu'il y a à tirer d'eux.

L'Espos à ses côtés ne semblait pas très convaincu mais il devait respecter sa hiérarchie. Il fit donc signe à une équipe de venir avec lui et appela un transporteur.
Le lieutenant se dirigea vers les civils rescapés. Certains étaient en larmes, d'autres hurlaient après le garde Espos à leurs côtés. Un seul semblait garder son calme et c'était celui qu'Evangelion avait protégé un peu plus tôt.
Ce ne fut donc pas étonnant qu'il soit la première personne à qui Barko s'adressa.

- Tout va bien mon garçon ? lui fit-il tout d'abord pour prendre la mesure de son état. Voyant qu'il ne semblait pas affolé, il poursuivit : Raconte-moi tout ce que tu peux.
- Il nous a protégé de votre tir qui a détruit le mur. Puis il l'a sauvé, fit laconiquement le jeune homme.

Barko ne releva pas la mention de "votre tir".

- Sauvé qui ? demanda-t-il à la place.
- L'homme masqué. Il a été projeté dans le vide et le Justicier a sauté à sa suite.

Barko sortit la tête du datapad qu'il venait de sortir pour prendre des notes et regarda le jeune homme éberlué.

- Répète-moi ça s'il te plait ?

Afficher : spoiler
Note : à l'avenir son grappin sera intégré à son bras pour éviter de le perdre et répartir la force sur l'ensemble du corps
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 23 Juillet 2017, 00:23

Le lieutenant Barko passa quelques secondes à peine sous le sécheur tridimensionnel, puis enfila un pantalon sans se soucier de l'eau qui ruisselait encore sur lui. Son torse nu laissait apparaitre la musculature fine de l'Espos, résultat d'années de travail et d'interventions musclées. La première chose que fit l'agent en sortant de sa salle de bain fut d'attraper le datapad qui reposait sur le coussin de son canapé, avant de se diriger d'un pas mécanique vers le balcon. Il n'accorda aucun regard à la vue plongeante de la cité qui s'offrait devant ses yeux, ni aux nuages violacés annonciateurs d'orages au loin. Ces derniers étaient fréquents sur la planète et Barko était un natif d'ici, enraciné dans ce Secteur depuis sa naissance.
Il s'accouda au balcon et commença à feuilleter le datapad.

- Et merde, par où je vais commencer moi ? fit-il en s'abstenant de lancer un nouveau juron.

Il soupira.

- Vous n'avez pas attendu mon signal, lança une voix rauque derrière lui.

Barko sursauta, laissa instinctivement sa main retomber contre sa hanche, referma son poing sur ... Rien. Son blaster reposait encore sur son meuble de salle de bain, là où il l'avait laissé - ou plutôt oublié - un peu plus tôt. En quelques dixièmes de secondes, il se maudit de tous les noms, et pivota sur lui-même.
Accroupi sur le parapet un peu plus haut, le chasseur de primes Evangelion le dévisageait de sa déconcertante visière verte. Bien qu'il ne se sentit pas totalement en confiance, l'agent se détendit quelque peu.

- Qu'est-ce que vous foutez ici, vous ? Et comment avez-vous obtenu cette adresse ? rétorqua Barko.
- Vous auriez dû attendre, se contenta de répondre Evangelion.

Le lieutenant se passa une main dans ses cheveux encore mouillés.

- Ouais, dit-il prudemment. Je ne pensais pas qu'ils enverraient aussitôt des tirs de missiles, sans se demander où étaient les civils.
- C'est James Smorc qui était en charge. Depuis le temps, vous devriez le connaître.

De nouveau, le lieutenant soupira.

- Ah, vous avez sans doute raison. Une lueur d'espoir mettons. Bon, fit Barko en durcissant son ton, qu'est-ce que vous me voulez ?

D'un hochement de tête, le chasseur de primes désigna le datapad que tenait encore Barko.

- J'ai été chargé de mener l'enquête sur les commanditaires qui ont engagé Duned. Il est trop jeune pour avoir pu organiser ça tout seul, fit le lieutenant. Et il n'avait pas les ressources nécessaires.
- Qu'est-ce que ça a donné jusqu'ici ? demanda Evangelion.

Barko secoua la tête. Se sentant dans une impasse, il répondit donc :

- Les hommes n'étaient que des mercenaires. Pas les meilleurs, pas les pires non plus, mais il n'y a pas grand chose à tirer d'eux. Pas moyen donc de retracer leur armement ou une quelconque transaction. Le seul qui pourrait nous amener plus loin, c'est Duned, mais il refuse de nous parler depuis que vous nous l'avez remis. Le visage de Barko se chargea de suspicion. Ce n'est pas de votre fait, n'est-ce pas ? lança-t-il avec ironie.
- Il ne vous dira rien, répondit le chasseur de primes. Il méprise les Espos depuis son séjour sur Mythus VII.
- Ouais, ça on sait d'où il vient, fit Barko négligemment en repoussant la discussion sur ce point. Mais vous l'y avez sauvé, alors qu'est-ce qu'il vous a dit à vous quand vous avez fait votre petite balade ?
- Le garçon n'a été en contact qu'avec des intermédiaires. Il ne sait pas à qui il avait affaire. Tout ce qui lui importait, c'était qu'on lui donne les moyens d'agir. Il n'a pas hésité lorsqu'ils l'ont fait.

Barko grogna.

- On a aucun moyen de remonter jusqu'à eux alors ?
- Il m'a parlé de quelques endroits, où il les a rencontrés. Je suis allé y faire un tour cette nuit.
- Bon sang, vous ne dormez jamais vous, répondit le lieutenant en songeant à la bonne nuit de repos qu'il venait de prendre. Il n'ajouta rien non plus sur le fait qu'il trouve sacrément bizarre qu'un chasseur de primes se préoccupe de ce genre de choses. Bon, et alors ? fit-il finalement avec impatience.
- A combien estimez-vous la valeur de mes informations ?
- Ah ! Moi qui croyais que vous vouliez nous aider, marmonna Barko, répondant du même coup à son interrogation. J'en sais foutrement rien, donnez votre prix, chasseur de primes !
- 10 000 crédits, fit platoniquement le Mandalorien.

Barko ne réfléchit qu'une seconde. Il était dans une impasse, il lui fallait des données coûte que coûte.

- Ça marche, dit-il.

Evangelion fit un bond pour atterrir sur le balcon du lieutenant, et celui-ci eut un mouvement de recul. Ils avaient beau s'être affrontés brièvement la veille, maintenant qu'il était torse nu, sans arme, et que le chasseur de primes le dominait de toute sa taille, Barko n'était pas très rassuré.
Il prit conscience qu'il traitait avec un Mandalorien, capable de neutraliser un grand nombre d'ennemis et qui avait sans doute passé la totalité de son existence à se consacrer aux armes. Depuis Mythus VII, Barko avait fait des recherches sur cet homme, et le peu qu'il avait trouvé l'auréolait tout autant de mystère que de chaos. Les chasseurs de primes mandaloriens étaient redoutables, l'histoire était remplie du nom d'hommes de ce genre qui étaient redoutablement meurtriers.
Et voilà que ce Mandalorien devisait tranquillement avec lui d'une affaire professionnelle. Barko se souvenait avoir lu quelque part que le chasseur de primes Boba Fett suivait un code professionnel. Bon sang, ce qu'il espérait qu'il en soit de même avec celui-là !
Evangelion lui transféra les emplacements des lieux qu'il avait visité, puis reprit :

- Il n'y restait pas grand chose, mais j'ai pu tirer quelques enregistrements de la mémoire résiduelle des équipements qui s'y trouvaient.

Intérieurement, le lieutenant Barko s'inquiétait. De quel genre d'équipements - et de compétences de cryptage - ce chasseur de primes disposait-il pour effectuer de telles opérations ? Impassible, l'Espos questionna son "informateur" tandis qu'il faisait défiler quelques holo-enregistrements sur son datapad.

- Vous avez pu regarder ?
- Le nom "Ash Eagle" y est plusieurs fois mentionné.
- Une personne ? Un lieu ?
- Ou une organisation, fit Evangelion. Nous ne pouvons être sûr de rien encore à ce stade.
- Mouais, répondit Barko dubitatif. C'est peu.
- Nous y arriverons.
- "Nous" ? releva le lieutenant. Vous comptez nous aider ?
- Pas gratuitement, non, répondit Evangelion. J'ai d'autres contrats. Mais si vous voulez que je passe celui-ci en prioritaire, mes tarifs vont augmenter.
- Combien ? demanda prudemment Barko.

Le chasseur de primes prit le temps de la réflexion.

- 50 000 crédits, dit-il finalement.
- Tant que ça ? s'esclaffa Barko. Il finit par se ressaisir. 30 000, lança-t-il avec un soupçon d'espoir qu'il dissimula.
- 50 000, répéta Evangelion. En-deçà cela ne vaut pas le coup que j'arrête mes autres activités pour vous.
- Je ... verrais avec mes supérieurs ...
- Très bien.
- Comment je vous contacte ? demanda Barko en se replongeant dans l'analyse des vidéos. Vous n'avez pas une ligne de chasseurs de primes, ou un truc du genre ?
- Non, répondit Evangelion. Je ne prends pas n'importe quel contrat. Et vous avez toujours mon communicateur.
- Oh euh ... C'est vrai, fit Barko.

Il avait espéré qu'Evangelion l'ait oublié. Si le lieutenant l'avait conservé avec lui jusque là, il continuait de se demander si cela valait le coup de le donner aux Enquêteurs.
Même si le Mandalorien avait assuré qu'ils ne trouveraient rien avec...
Comme s'il avait lu dans ses pensées, Evangelion poursuivit :

- Vous valez mieux que ça lieutenant.
- C'est vous qui dites ça avec les tarifs que vous pratiquez ? s'insurgea Barko.
- L'équipement coûte cher. Mettez les pieds dans n'importe quelle Guilde de chasseur de primes et on vous le confirmera. Mais vous savez où je veux en venir.
- La dernière à avoir tourné le dos aux Espos s'appelle Tesha Reeft, et je ne crois pas que cela lui ait réussi, sourit ironiquement Barko en feuilletant mécaniquement son datapad pour dissimuler son malaise.
- On se croirait dans une société Sith, fit Evangelion. Chacun ne pense qu'à sa peau et a peur de faire le premier mouvement. Mais parfois pour faire avancer les choses, il faut prendre des risques et faire un sacrifice. Cela payera peut-être ... ou peut-être pas. Mais au moins on aura tenté de faire bouger les choses.
- Facile à dire pour vous, vous êtes un indépendant, rétorqua Barko en marmonnant. Vous n'avez pas d'attache.

Ce fut peut-être son impression, mais la voix déformée par le vocalisateur lui parût plus sourde que d'ordinaire.

- Tâchez de vous en convaincre, lieutenant.

Quelque chose dans le ton lui intima l'envie de s'excuser. Mais lorsqu'il releva les yeux du datapad, il n'y avait déjà plus personne.
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 10 Septembre 2017, 00:14

Quelques mois plus tard, Etti IV - Une ruelle obscure près d'un entrepôt


- Ils sont H.S., fit un homme à la moustache foisonnante en tournant le visage vers un grand gaillard à ses côtés.
- Va chercher un seau d'eau et balance-leur sur la gueule, lui répondit ce dernier.

Il avait lancé ça sur un ton indifférent, tout occupé qu'il était à dévisager la personne adossée au mur de permabéton de la ruelle, mains sur les hanches. L'éclairage n'était pas fameux ici, et le néon à la lumière vacillante éclairait à grand peine le corps gémissant.

- T'es qui toi ? demanda-t-il à l'homme au sol.

Devant l'absence de réponse de ce dernier, l'homme s'accroupit et observa les morceaux d'armure visiblement retapés de nombreuses fois que portait sa victime. La visière qui lui masquait la moitié du visage n'aidait pas non plus à l'identifier.
Mais il était facile de remédier à cela.

- Et vous reprenez le travail, aboya le meneur à l'attroupement d'hommes qui s'était formé autour de lui.

Tous reprirent la direction de l'entrepôt sans rechigner, non sans un dernier regard haineux vers celui qu'ils avaient contribué à arrêter au prix de deux hommes inconscients.

- Idiot de ta part de t'amener ici tout seul mon gars. Voyons voir qui tu es maintenant.

Il tendit la main vers la visière que portait l'individu, tandis que celui-ci essayait de se soustraire d'un vain mouvement de tête à cette inspection.

- Bouge p-

Un violent coup reçu sur la nuque l'empêcha de terminer son injonction. Relevant les yeux après cette interruption, l'homme adossé au mur parvint à sortir un soupir - de soulagement ou de crainte ? - malgré la douleur.
Une visière verte, éblouissante dans la pénombre, le dévisageait en silence, la masse sombre de l'homme censé être en quête d'un seau d'eau gisant dans son dos.

- Désolé, souffla la voix épuisée d'un jeune homme.
- Être désolé ne suffit pas, tonna l'homme en armure sans compassion. Ce qui t'est arrivé est le résultat de ton impatience.

Sur le visage du jeune homme apparut une moue de douleur, signifiant clairement qu'il ne trouvait pas le moment adapté pour une leçon.
Une moue sans aucun résultat sur Evangelion.

- Je t'avais dit de m'attendre. Après seulement quelques mois d'entrainement tu te crois capable d'arrêter une dizaine d'hommes ?
- J'avais ... pas vu ... les autres ..., balbutia le jeune homme entre deux grimaces. Je pensais ... qu'ils étaient que deux ...

Evangelion s'imagina très bien la scène. Une troisième personne avait suffi pour rameuter les autres, et il avait succombé sous le nombre.
Le chasseur de primes s’agenouilla et examina le jeune homme.

- Alors c'est pire encore, fit-il. Tu t'es fait avoir parce que tu es un crétin.

Le jeune homme grimaça de nouveau mais sous le coup de l'insulte cette fois. Il n'y trouva rien à redire cependant.
Il voulut hurler mais une main gantée étouffa le son de sa voix.

- Une plaque de l'armure était enfoncée sur ta clavicule, expliqua Evangelion en jetant la-dite plaque au loin.
- Pas super votre matos, parvint à blaguer le jeune homme.
- Je suis d'accord, acquiesça Evangelion à sa surprise.

L'armure qu'il portait lui avait été prêtée par le chasseur de primes. Si elle lui avait semblé en bon état malgré tout, Evangelion l'avait mis en garde sur ses défauts.
Mais bon il n'était pas censé se battre. Jusqu'ici, il n'avait aidé le Mandalorien uniquement en lui servant d'opérateur, bien à l'abri derrière son moniteur. Et la première fois qu'il sortait, voilà le résultat qu'il obtenait.

- Je voulais que tu viennes pour observer et te montrer comment agir dans ce genre de situations. Mais changement de plan, fit le Mandalorien en se relevant. Il se tourna ensuite vers l'entrepôt. Prends tes affaires ...
- Non ! parvint à gémir le jeune homme avec horreur. J'ai fait une erreur mais je veux vous aider !
- ... et retrouve-moi au spatioport hangar 6B, poursuivit Evangelion sans se soucier du début de plaidoyer du jeune homme. Nous partons.

Le chasseur de primes s'éloigna. Au début sans voix, le garçon finit par se ressaisir.

- Nous partons ? O-où ça ? lança-t-il.
- Sur Mandalore, fit l'homme en armure avant de disparaitre subitement, avalé par l'ombre.
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 06 Février 2018, 23:23

Le voyage vers Mandalore n'avait pas été très long. 3 jours à peine suffisaient pour rallier la capitale mandalorienne depuis le Secteur Corporatif. Et pourtant, Nie'ern Va' - Lorrdien de son état - n'avait su contenir son excitation et la durée du voyage s'était considérablement allongée pour lui.
Fort heureusement pour lui - ou pas cela dépendait du point de vue -, le VCX-700 du chasseur de primes était une véritable base volante dont chaque recoin avait été optimisé par plusieurs générations de Skirata. Le vaisseau disposait d'un espace suffisant pour s'entraîner, et Evangelion n'allait pas laisser trois jours pleins passer sans soumettre le jeune homme aux passes d'armes les plus complexes possibles.
Mais ce dernier ne s'était jamais plaint du traitement sans compassion que lui infligeait l'homme en métal. Plusieurs fois il s'était questionné sur la voie qu'il prenait, et il s'était rendu compte que c'était exactement ce que voulait le mandalorien. Le guerrier vivait par les armes et pour les armes, chaque jour de son existence était une lutte, et si Nie'ern souhaitait partager cette vie, cela lui demanderait plus que des efforts ponctuels.
Le Lorrdien était fasciné par le chasseur de primes. Au début il n'avait souhaité que profiter de l'expérience martiale de cet homme - et quel meilleur professeur qu'un chasseur de primes, mandalorien de surcroît ? Mais pour un ancien esclave sans attaches et dont la figure paternelle avait disparue dans de lointains souvenirs, cela s'était vite transformé en une admiration enfantine.
Le langage du corps revêtait un caractère particulier pour un Lorrdien. Et ce qui se dégageait du mandalorien était absolument fascinant. L'armure qu'il n'avait jamais retirée devant lui - outre sa conception particulière - avait beau atténuer les plus faibles variations cinétiques du corps, sa démarche n'était qu'efficacité, économie et fluidité. La comparaison était frappante avec les autres individus du Secteur Corporatif, ratatinée et asservie par le poids de la peur. Cela n'en faisait pas un Lorrdien, qui lui maitrise et contrôle ses mouvements dans les moindres détails, non loin de là. Chez lui, cette démarche était innée et habituelle, et il ne la contrôlait pas. Mais cela ne la rendait pas moins attirante. Au contraire même pour le jeune homme. Il avait beau avoir appris à maîtriser ses gestes à la perfection, jusqu'ici il n'avait pas su reproduire à l'identique la démarche du mandalorien - ou tout du moins il n'en était pas satisfait. Chaque fois donc qu'il s'entraînait avec Evangelion, il espérait s'en approcher un peu plus.
Et le mandalorien était un professeur inflexible. La moindre erreur, il l'exploitait et son élève la payait d'un nouveau bleu. Mais il s'en acquittait malgré tout, sa vie en dépendrait et le souvenir de sa récente déconvenue dans la ruelle le lui remémorait.
Et il n'allait pas abandonner ici après le mal qu'il avait eu à se faire accepter de ce professeur.

- Première règle, lui avait-il dit lors de leur premier affrontement sur le ring. Je fixe les règles.

En quelques techniques de corps-à-corps trop rapides pour que même l'oeil exercé du Lorrien ne puisse tout suivre, il s'était retrouvé à l'autre bout du terrain, à terre.

- Deuxième règle, avait poursuivi froidement l'homme de métal, tu me donnes tout ce que tu as.

Une vaine tentative pour déséquilibrer le colosse s'était achevée sur une nouvelle mise à terre.

- Troisième règle... Une fois que tu m'as donné ton maximum, tu me donnes encore plus.

Peu après le mandalorien s'était calmé, et avait commencé à lui enseigner comment bouger, penser et agir. Son entrainement avait pu débuter.
Si Evangelion était intraitable lors des entraînements, Nie'ern s'était surpris à trouver une personne encline à l'écouter raconter ses doutes et son passé - le mandalorien était un homme de peu de mots qui plus est -, à lui expliquer les raisons de ses méthodes, et extrêmement patiente quand il s'agissait d'apprendre. Tant qu'il était motivé et disposé à rectifier ses erreurs, Evangelion ne rechignait jamais à répéter une énième fois la même chose et à lui expliquer inlassablement comment s'améliorer.
La seule chose sur laquelle le mandalorien ne s'étendait jamais, c'était sur lui-même, taisant même le nom du clan dont il faisait partie.
Cette venue sur Mandalore était pour Nie'ern la possibilité d'en apprendre plus sur son nouveau mentor. Il ne savait pas ce qui l'avait conduit à l'amener ici, mais il ne laisserait passer aucune occasion.

- Prends le minimum avec toi et suis-moi, fit Evangelion dans son dos, tirant au Lorrien un sursaut et un soupir.
- Ça doit être vraiment jouissif pour vous chaque fois pour que vous recommenciez sans arrêt..., répondit avec amusement Nie'ern.
- Tu apprendras à être plus vigilant ainsi, lui parvint la voix sans intonation du mandalorien depuis la coursive.

Ah oui, autre caractéristique importante de son professeur : il n'y avait pas de pauses entre les cours !

- Bon et c'est pour quoi cette fois ? lança Nie'ern d'un ton badin.

Aucune exaspération mais juste la curiosité de savoir dans quoi Evangelion allait l'embarquer cette fois-ci. Nie'ern eut sa réponse simplement en rejoignant le chasseur de primes à l'entrée du sas du vaisseau.

- Les Mandaloriens ne se déplacent pas en speeder ici.

Impossible de dire si Evangelion s'en amusait, mais l'expression du jeune homme fixant le jetpack au sol en disait long sur l'appréhension qu'il couvait.

- Je ne suis pas Mandalorien, finit-il par dire comme pour excuser ce qui allait suivre.
- Et je n'irai pas à pied pour te faire plaisir. Je pense que tu finiras pas apprécier cela, dit finalement Evangelion.
- Ahem..., fit tout ce qu'il trouva à répondre pour signaler ses doutes sur cette dernière parole.

Ils passèrent le temps nécessaire au jeune Lorrien pour assimiler les bases des postures à maintenir pour utiliser un jetpack. La gestuelle était un don chez le jeune homme, un don rare que l'enseignement de son espèce lui apportait. Il ne fut donc pas long à les maitriser à la perfection. Mais sorti du vaisseau, devant les imposants buildings de Mandalore, sa circulation et la perspective immédiate de s'élancer dans le vide, ce savoir ne servit aucunement à diminuer son appréhension.

- Et si je tombe ? Si je perds le contrôle ? s'enquit-il une dernière fois, regardant à ses pieds.
- Tu ne tomberas pas, répondit Evangelion à hauteur de son épaule, qui ajustait une dernière fois le jetpack de son élève. Je suis là.

Ces seules paroles suffirent à apaiser Nie'ern. Il n'avait aucune confiance en lui en cet instant, quand bien même maitrisait-il comme il fallait la gestuelle. Mais il avait toute confiance dans les capacités d'Evangelion. N'avait-il pas sauté dans le vide sans jetpack pour rattraper avec succès le dernier en date qui était tombé ?
Nie'ern activa son jetpack et s'élança dans les airs de Mandalore.
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 08 Février 2018, 20:43

Bien que l'immeuble défilait devant ses yeux à toute vitesse, la peur était étrangement absente de l'esprit de Nie'ern. Tout ce qu'il restait n'était qu'une impression grisante qui s'accroissait avec la vitesse à laquelle se rapprochait la base du building. Puis lentement, Evangelion qui se trouvait devant lui redressa sa trajectoire pour la stabiliser progressivement.
Suivant malgré tout avec la plus grande précision possible le sillage de son professeur, Nie'ern sentait son corps tendu paré à réagir au moindre écart. Une fois qu'il fut en ligne droite cependant, il se détendit peu à peu, et ceci malgré le vent qui frappait contre ses vêtements et qui ne l'aidait pas vraiment à relâcher ses muscles. De temps à autre, le chasseur de primes le faisait louvoyer entre deux véhicules très espacés, ou bien encore tourner sur lui-même, aussi le jeune Lorrien s'habitua-t-il peu à peu à la prise en main du jetpack.

- Nous allons tourner à droite. Reste bien dans mon sillage, fit Evangelion dans son communicateur.

Le mandalorien lui prodigua d'autres conseils pour bien prendre son virage, et après en avoir effectué plusieurs autres, Evangelion céda sa place de meneur pour laisser le Lorrien se réguler lui-même, ne lui indiquant plus simplement que les directions à prendre. Nie'ern se faisait de plus en plus aux manœuvres aériennes, et il prenait ses virages avec une assurance toujours plus affirmée. Une fois cependant, un virage se révéla un peu plus abrupt que les autres. Nie'ern vit avec appréhension la paroi de l'immeuble se rapprocher de lui - à moins que ce ne fût l'inverse ? - mais alors qu'il pensait la collision inévitable, Evangelion surgit dans son champ de vision et le repoussa dans la bonne trajectoire.

- Merci, souffla Nie'ern.
- Regarde.

Devant ses yeux Evangelion se mit à faire des pirouettes dans les airs, coupant son jetpack le temps de précieuses secondes qui lui permettaient de faire jouer l'inertie précieusement gagnée juste avant. Nie'ern observa avec attention les bras et jambes d'acier qui se déplaçaient selon les manœuvres. Le mandalorien se servit même de l'arrière d'un speeder pour rebondir comme un ressort dans une autre direction. Il n'était pas du tout statique, un simple objet arrimé au jetpack. C'était justement l'inverse, le jetpack était l'outil et sa volonté primait.
Le restant du trajet, ils le passèrent à s'essayer à d'autres manœuvres, toujours sous les conseils de l'homme de métal. Finalement celui-ci dût s'estimer satisfait ou que la balade avait suffisamment durée car il obliqua vers un domaine avec une énorme bâtisse devant laquelle ils étaient déjà passés à plusieurs reprises.
Nie'ern coupa les gaz une seconde trop tard après avoir posé les pieds sur le sol et fut projeté en avant. Il fut stoppé dans son élan par Evangelion.

- Il faut revoir l’atterrissage, dit ce dernier avec sa franchise habituelle. Mais tu t'es bien débrouillé pour une première fois.

Fier de ce maigre compliment qui avait valeur d'éloge chez son professeur, Nie'ern sourit de joie derrière son casque.

- Vous aviez raison, c'était génial ! s'exclama-t-il.

Evangelion ne répondit rien mais le considéra longuement.

- Le plus gros risque avec ces machins-là, c'est encore de se gratter le cul ! leur parvint une voix étouffée.

Nie'ern tourna la tête et vit un mandalorien s'approcher. De couleur grise, son armure était presque entièrement recouverte de scalps de diverses créatures - dont quelques wookies dans le lot. Tandis qu'il continuait de s'approcher d'eux, le mandalorien retira son casque, révélant un Pantoran qui semblait avoir plus d'une soixantaine d'années. Un vieillard.

- Tout cet attirail sur le dos, suffit d'avoir une démangeaison, de se pencher un peu trop en arrière et d'activer par mégarde la commande, et vlam! une paire de cuissots bien grillés ! souriait-il.

Evangelion se retourna vers lui, puis lui serra la main à la manière des guerriers, poignet contre poignet.

- Me'vaar ti gar, Tosan ? (Comment vas-tu, Tosan ?)
- Naas Tes', naas (Je vais bien Tes', je vais bien), répondit le vieux mandalorien avec un sourire jusqu'au lèvres. Tu te décides enfin à faire un tour chez toi, hein ?
- Je suis là pour lui, fit Evangelion en désignant d'un mouvement de tête Nie'ern.

Ce dernier qui ne faisait qu'observer l'échange, ne comprenant rien à la langue qu'ils employaient devant lui, fut surpris de s'entendre dire être la raison de leur présence.

- Ah c'est bien lui alors, répondit le dénommé Paan Tosan avec un ton songeur. Montre ta bouille voir, mon garçon.

Sur un signe d'approbation de la part d'Evangelion, Nie'ern retira son casque. Ses cheveux noirs tirés en arrière avec un éternel accroche-cœur qui tombait sur son visage, ses yeux noisettes très clairs et pétillants de malice, ainsi que des traits fins se dévoilèrent.

Image


- Et bah, s'exclama Tosan, s'il se fait pas couper la tête avant, il fera tomber toutes les jeunes mandaloriennes du coin ! plaisanta-t-il.

Décontenancé, Nie'ern ne sut que répondre et tourna un regard interrogateur vers Evangelion.

- Ne fais pas cette tête ner'vod, c'était une simple boutade ! s'excusa Tosan en le prenant par les épaules d'un geste brusque pour une personne de son âge. Je t'ai vu voler jusqu'ici, c'était pas trop mal pour un débutant, on fera quelque chose de toi, va.
- Je ne lui ai encore rien demandé ba'buir... fit la voix laconique d'Evangelion.
- Me'ven ? (Quoi ?) s'exclama de surprise le vieux en s'arrêtant dans son élan.

Puis il se détendit.

- Il a ça dans le sang, ça se voit ! rassura-t-il. Et puis, s'il a tenu ces derniers mois avec toi, c'est pas maintenant qu'il se dégonflera. Pas vrai ner'vod ?
- C'est quoi nerr'vod ? demanda Nie'ern en s'adressant à Evangelion. Et de quoi vous parlez ?
- Oh mais c'est qu'il a presque chopé l'accent ! rit de bon cœur Tosan.
- Ner'vod : compagnon, ami en mandalorien. Choisis le terme que tu préfères, mais tu as saisi l'idée. Quant à ce qui nous amène là...

Evangelion ouvrit les bras devant lui et regarda tout autour de lui. Il désignait la planète toute entière comprit Nie'ern.

- Je te propose tout cela, poursuivit-il. Une vie de mandalorien en entrant dans mon clan. Tu n'y gagneras aucune gloire en m'accompagnant, car tu sais quel est mon objectif. Je t'offre cependant autre chose : la possibilité de te libérer de ce qui t'a rongé jusqu'à aujourd'hui et les moyens de combattre ce que tu abhorres. Le clan est bien davantage qu'un groupe, c'est aussi une famille. Mais ce ne sera pas ta seule famille car tous les mandaloriens sont une famille. Tu ne seras plus jamais seul où que tu sois.

Evangelion baissa les bras.

- Si tu acceptes, je t'apprendrai à devenir un véritable mandalorien. Je t'enseignerai notre culture et nos valeurs. Si tu refuses, évoqua Evangelion, je continuerai comme je l'ai fait jusqu'à présent : je te formerai comme un chasseur de primes, et rien de plus. Tu es libre également de chercher à rejoindre un autre clan mandalorien si tu en trouves un qui venait à t'accepter. Le mien se réduit à ma seule personne désormais.

Un peu abasourdi par ce que lui proposait Evangelion, Nie'ern ne répondit pas immédiatement et le silence se fit. Paan fixait le Lorrien avec un air grave et solennel.

- Le vieux n'en fait pas partie, précisa soudainement Evangelion, tirant le vieillard de sa torpeur, un air plus surpris qu'offensé sur le visage.
- C'est d'accord ! sourit Nie'ern.
- Et dire que je suis encore un ami de cette famille de fous..., ronchonna Paan.
- Alors voici le Resol'Nare, les Six Actions qu'il te faudra respecter en tant que mandalorien : porter l'armure, parler le Mando'a - le langage mandalorien -, être capable de te défendre, toi et ta famille contre tout ce qui t'assaillera. Tu élèveras tes enfants si tu en as selon les principes mandaloriens, tu contribueras à la prospérité de ton clan. Et enfin, tu te rallieras à la bannière du Mandalore notre chef si celui-ci te l'ordonne... Voilà ce qui t'attend désormais.

Nie'ern acquiesça de la tête, solennel lui aussi.

- Je t'accepte dans mon clan, le clan Skirata, et je serai désormais ta famille. Ni kyr'tayl gai sa'ad, Nie'ern. Aliit ori'shya tal'din.
- Je connais ton nom comme celui de mon enfant, Nie'ern. La famille est plus que le sang, traduisit pour lui Paan.

Ces mots se gravèrent en lettre de feu chez le garçon.
Envahi par une soudaine émotion et pris d'un élan soudain, Nie'ern enlaça l'homme de métal.

- Je ne pensais déjà pas que tu accepterais un jour quelqu'un dans ton clan Tes', mais voir ça est encore plus inédit, ricana Tosan dans leur dos. Mon garçon, dit-il en tapant dans le dos de Nie'ern, tu as accompli un exploit qui te vaudra à jamais mon admiration, sache-le !
- Vous ne savez pas comment vous y prendre, voilà tout, commença à plaisanter à son tour Nie'ern. Il reprit son sérieux. Comment dois-je vous appeler désormais ? Il y a un mot en mandalorien ? demanda-t-il à Evangelion.

Ce fut Paan qui répondit à sa place, non sans hésitation.

- Mando'a, corrigea-t-il. Et bien oui... Buir, je suppose.
- Père ? traduisit Nie'ern, décontenancé par l'hésitation qu'il sentait tout en se tournant vers le vieillard d'un air interrogateur.
- Il y a plusieurs traductions possibles en basic, commença-t-il doucement. Ce mot traduit surtout un lien de parenté.
- Et je ne suis pas beaucoup plus âgé que toi. Cela te dérangera peut-être de penser à moi ainsi. Qui plus est...

A la surprise du Lorrien, Evangelion leva les bras jusqu'à son casque, et après un bruit de dépressurisation commença à le retirer. Aussitôt une longue chevelure dorée cascada sur les épaules de l'homme en armure.
Des yeux d'un bleu intense se rivèrent sur Nie'ern, des traits - jeunes - qui bien qu'empreints d'une certaine froideur n'avaient rien de ceux auxquels il s'attendait.

- Le terme "père" peut difficilement s'appliquer à moi, fit la jeune femme.
- Tesha Reeft..., souffla Nie'ern avec stupéfaction.
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Re: Lutter, sans tomber dans l'abysse

Messagepar Tesha Reeft (Oracle) » 17 Février 2018, 22:03

- Tesha.

Ses avants-bras étaient en feu et son corps semblait peser une tonne. Malgré cela, la jeune fille continuait de pousser et poursuivait inlassablement montées et descentes.

- Tesha ? Tesha ! fit de nouveau la voix, plus impérieuse cette fois.

La pluie nocturne d'Etti IV ruisselait entre ses mèches de cheveux, se collant à son visage et entravant sa vision. Le souffle court, elle peinait à respirer. Mais elle continuait. Montée, descente, montée, descente, montée...

- Oh, jeune fille !

Cette fois-ci, une énorme botte de métal appuya sur son dos. Ce fut trop pour la petite fille de 8 ans qui s'effondra au sol. Une nouvelle poussée de la botte la bascula sur le dos et elle se retrouva à contempler les nuages sombres et violacés de la planète. Une silhouette orangée apparut dans son champ de vision.

- J'ai souvenir t'avoir dit une fois que tu étais faible et molle comme un Choreamnos, mais pas de faire des pompes toute la nuit durant. Et tu dors quand, gamine ?

La jeune Tesha Reeft ne répondit pas, et tenta à la place de se remettre en position. Elle poussa de nouveau pour une nouvelle montée mais un bras lui enserra la taille et la souleva sans peine dans les airs. Elle finit sur l'épaule du vieux Mandalorien.

- Lâchez-... moi...
- Pas question jeune fille. Tout ce que tu vas réussir c'est tomber raide morte au point du jour. Tu m'as coûtée suffisamment cher à retaper la dernière fois.

Tesha ne broncha pas à l'allusion de leur rencontre, alors qu'elle venait de se prendre un tir de blaster à l'épaule. Pas plus qu'elle ne réagit lorsqu'il la déposa sur des coussins à même le sol disposés devant l'énorme baie vitrée de l'appartement. Gev Skirata lui essuya le visage et essaya tant bien que mal de faire de même avec ses cheveux.

- Ne bouge pas, lui ordonna-t-il.

Il se releva et disparût de la pièce un moment. Lorsqu'il revint finalement, le visage de Tesha était de nouveau constellé de sillons humides, les yeux rougis. Il lui mit entre les mains une tasse de chocolat chaud après avoir redressé la jeune fille amorphe. Voyant qu'elle grelottait, il l'enveloppa dans une couverture. Étrangement, ses larmes semblèrent redoubler.
Le Mandalorien s'assit à ses côtés et déposa son casque devant lui, la visière tournée vers eux.

- Ce n'est pas en négligeant ta santé que tu finiras par les venger, finit-il par dire. Ménage-toi de temps à autre ou jamais tu ne parviendras à ton but.
- Je ne lui laisserai pas un souffle de vie de plus que nécessaire, desserra finalement Tesha, la voix tremblante.
- Morte, tu n'es d'aucune utilité, répondit Gev en traduisant fidèlement une expression typique mandalorienne. Cuy'val Dar. Sais-tu ce que cela signifie ? Ceux qui n'existent plus, ajouta-t-il sans attendre.

La réponse qui lui parvint était à mi-chemin entre l'indignation et une colère sourde.

- Tu dois vivre avec, adiik. Ne jamais oublier, mais ne pas gâcher ta vie non plus.

Elle lui signifia qu'elle faisait peu de cas de ses paroles par un torrent de protestations.

- J'ai perdu toute ma famille - mon Clan, poursuivit le Mandalorien avec calme. Comme pour toi, il ne me reste aujourd'hui plus que moi.

Le calme étant revenu, il put continuer sur sa lancée sous le regard interrogateur de Tesha.

- La plupart est mort durant la guerre, expliqua Gev. Mais mon fils et ma fille ont été assassinés. Je suis passé par la même chose que toi, et nous ne sommes pas les seuls dans cette Galaxie à avoir vécu la perte brutale d'êtres chers.
- Vous avez fini par le retrouver ? Celui qui a fait ça, demanda Tesha.
- Je l'ai retrouvé, acquiesça Gev. Et je l'ai laissé vivre.
- Hein ? Mais ... pourquoi ?!
- Il n'était pas digne de mon attention et que je me salisse pour lui. Je l'ai amené à mon peuple à la place, et nous l'avons jugé.
- Les Mandaloriens... Qu'ont-ils fait ?
- Il a été déclaré Dar'Manda, traître à notre culture, un statut pire que la mort pour un Mandalorien. Le restant de son existence se fera dans le déshonneur et le Manda lui sera désormais refusé à sa mort.
- Le Manda ? interrogea la jeune fille.
- Nous ne croyons pas au paradis, expliqua Gev. Le Manda est ce qui attend chaque véritable Mandalorien à sa mort.
- Et ? demanda de nouveau Tesha voyant la réponse ne se poursuivait pas.
- Je ne répondrai qu'à une Mandalorienne. Il tourna la tête vers elle. Si tu le souhaites, je peux faire de toi l'une des nôtres.
- Devenir Mandalorien ? C'est possible ? s'étonna Tesha. Je ne crois pas avoir jamais eu un Mandalorien dans ma famille...
- Le sang importe peu, Tesha. Nous sommes des nomades. Si nos enfants sont mandaloriens de naissance, un enfant adopté n'est en aucune façon différent d'un enfant de sang. Ce qui importe, c'est de suivre le Resol'Nare, les Six Actions, et d'être accepté dans un Clan. Je t'offre une place dans le mien et je t'enseignerai ce qu'il te faut savoir pour être l'une des nôtres. Tu ne seras plus seule, lui dit-il.
- Je me moque d'être seule, répondit amèrement Tesha. Tout ce qui m'importe c'est d'atteindre mes objectifs.
- Tu en découvriras d'autres auprès de moi.

Tesha fit la moue.

- Si j'entre dans votre Clan, demanda-t-elle finalement, je ferai partie de votre famille ? Gev aquiesça. Et qu'adviendra-t-il de la mienne alors ? Je suis une Reeft !
- Et bien, s'amusa Gev devant cette soudaine montée d'énergie, je suppose que je pourrai te laisser garder ton nom... Il semblait songeur. Vois cela comme un agrandissement de ta propre famille, finit par dire le vieux Mandalorien.

La jeune fille acquiesça finalement.

- C'est quoi le Resol'Nare ?
- Nos 6 commandements, bien qu'il ne soit aujourd'hui surtout vu que comme un code d'honneur. Porter notre armure, notre beskar'gam - il tapota son torse -, parler le Mando'a, notre langue. Protéger et défendre sa famille - ta nouvelle famille -, élever tes futurs enfants comme des Mandaloriens et participer à la prospérité de ton Clan. Nos liens ne venant pas du sang, un Clan doit être soudé pour subsister. Tu ne trouveras aucune famille plus solide que celle d'un Mandalorien.

Tesha apprécia cette idée, bien qu'elle lui parût étrangement lointaine.

- Vous aviez dit six.
- Le dernier consiste à répondre à l'appel de notre chef Mand'alor s'il vient à avoir besoin de nous pour défendre notre patrie.

Tesha considéra chacun d'eux. En dehors de l'armure, qui lui paraissait être un avantage indéniable, elle devait avouer apprécier l'idée du Clan. Et puis n'avait-il pas dit qu'il n'y avait plus que lui ? Accepter une personne plutôt qu'une assemblée lui semblait déjà plus attrayant. Pas forcément facile ceci dit...
De toute façon, sans Gev, elle se retrouverait dans la rue ou en orphelinat, sans aucune ressource financière avant sa majorité. Et il lui apprenait tellement de choses qui lui serviraient pour sa vengeance. Il n'y avait qu'auprès de lui qu'elle en apprendrait autant.

- D'accord, dit-elle. Il y a des formulaires à remplir ?
- Pas besoin, je pense que tu apprécieras l'efficacité mandalorienne. Ni kyr'tayl gai sa'ad, Tesha. Je connais ton nom comme celui de mon enfant, lui traduisit-il. Nous sommes désormais de la même famille, sourit Gev.

Il la prit par l'épaule, et si Tesha resta de marbre, elle s'autorisa un sourire. Le premier depuis la mort de ses parents des mois auparavant.
Ils restèrent ainsi un moment à regarder le panorama d'Etti IV, Tesha observant avec une drôle d'impression leur reflet dans la baie vitrée.

- Le Manda alors, qu'est ce que c'est ? redemanda-t-elle.
Aspects : Justicière hors-la-loi Hantée par le souvenir de ses parents Humaine Dernière de son Clan Détective aguerrie Tiraillée entre sa colère et les limites qu'elle doit s'imposer

Revenir vers « Chroniques PJs »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités