Péripéties d'une contrebandière

Péripéties d'une contrebandière

Messagepar Asuka Avensurha (Oracle) » 04 Avril 2016, 00:07

216 ap BY, Nar Shaddaa



D'innombrables speeders traversaient le ciel noir de Nar Shaddaa. Un spectacle magnifique, mais le capitaine Avensurha n'en avait cure en ce moment.
Elle-même à bord d'un de ces speeders fonçant à toute allure, elle slalomait avec aisance entre eux, frôlant les appareils tantôt de l'aile droite, tantôt de l'aile gauche. C'est que le capitaine appréciait ces petites virées et qu'elle ne doutait pas de ses talents de pilote. Bien au contraire, cette vitesse et ces prises de risques la grisaient. De plus, elle avait présentement un rendez-vous qu'elle ne pouvait se permettre de manquer.
La jeune femme regarda l'heure. Il ne lui restait que très peu de temps. Le temps passait si vite au casino de Nar Shadaa. Mais elle ferait bon usage des crédits dont elle avait délesté ses adversaires.
Poussant davantage - si c'était possible - son speeder, elle aperçut très vite la plateforme qu'on lui avait indiquée pour l'échange. L'endroit était assez en retrait de la voie de trafic, et était relié à un bâtiment. Trois individus l'y attendaient, dont un avec des macrojumelles qui la suivait du regard. En un tour de main, elle posa l'appareil avec douceur et sauta au sol.

- Et bien, je vois que vos talents de pilote ne semblent pas avoir été exagérés, lui lança le Zabrak avec les macrojumelles. Vous avez de la chance. Nous avons failli vous attendre.

Une pointe d'admiration perçait dans sa voix, cependant Asuka ne manqua pas la sécheresse qui s'y trouvait également.
La contrebandière prit son sourire le plus charmeur - ou insolent ? -, passant la main dans ses cheveux roux pour les remettre en ordre après sa virée.

- Je n'aurai pas manqué notre rendez-vous, répondit-elle avec légèreté. Elle désigna du pouce le chargement à l'arrière du speeder. Votre cargaison, comme promis. Rilgar Al Sorna honore toujours ses engagements. Maintenant messieurs, je crois que vous avez quelque chose pour moi.
- Dès que nous aurons vérifié, dit le Zabrak avec méfiance. Al Sorna honore certes ses contrats, mais vous je ne vous connais pas.
- Je suis certaine qu'il s'est porté garant de moi, répondit-elle sans se départir de son sourire.

La contrebandière examinait du coin de l’œil les deux autres personnes sur la plateforme. Un Trandoshan, armoire à glace parfaite comme garde du corps, et un Advozse à l'air renfrogné. Si ce dernier ne portait qu'un blaster à son ceinturon, le Trandoshan lui était armé d'un fusil, qu'il tenait en main.
Le chef, un Zabrak à la peau orangée, était lui aussi armé.
Rilgar l'avait prévenue que cela risquait de mal tourner. De toute façon, il souhaitait mettre un terme aux relations entre leurs deux groupes, surtout depuis qu'elles s'étaient énormément dégradées suite à un incident sur Ord Mantell. Il avait cependant besoin du "paiement" contre cette dernière livraison.
Et il l'avait envoyée elle, misant sur l'impression d'apparente fragilité qu'elle donnait. Et cela semblait avoir plutôt bien marché pour l'instant, seuls trois hommes étaient venus l'accueillir. Il est vrai que du haut de ses 19 ans, le capitaine Avensurha ne payait pas de mine. Les trois hommes savaient-ils qu'ils avaient affaire à une simple jeune fille qui n'avait pas même la vingtaine ? Peu probable, l'assurance d'Asuka et son physique lui garantissaient quelques années de plus. Cependant, une indicible expression de jeunesse et d’insouciance l'accompagnait, qui poussait à baisser sa garde devant elle et la sous-estimer.
Un état de fait sur lequel Al Sorna et elle avaient joué de nombreuses fois, avec succès, à tel point que le contrebandier plaçait désormais une grande confiance en elle.

- C'est possible, continua le Zabrak en dardant ses yeux jaunes sur elle.

Il était dans le métier depuis bien longtemps, bien plus que cette gamine qui se tenait avec assurance devant lui. Elle était certes assurée, douée comme pilote et dégageait un magnétisme étrange, mais il ne comprenait pas pourquoi un homme comme Rilgar Al Sorna lui aurait confiée une telle livraison. Il ne pouvait donc pas se départir de sa méfiance, même devant les charmes de sa jeune correspondante.
Il fit signe à l'Advosze de jeter un oeil à la cargaison, tandis que le Trandoshan restait derrière lui, aux aguets.

- Permettez-moi tout de même de m'en assurer.

Avec un geste du bras, Asuka laissa place à l'Advosze. Cela ne prit que quelques secondes à celui-ci pour vérifier le contenu, et d'un hochement de tête, il fit comprendre au Zabrak que tout était en ordre.
Ce dernier parut se détendre quelque peu. Lui aussi savait que les tensions entre les deux organisations étaient à leur comble , et il craignait un dernier coup fourré de la part d'Al Sorna.

- Parfait, venez avec moi, lança-t-il avant de se retourner en direction du bâtiment à deux pas. Reste ici Bogsta, ordonna-t-il à l'Advosze.

Suivie par le Trandoshan, Asuka emboîta le pas au Zabrak.
Dernière édition par Oracle le 15 Avril 2016, 20:44, édité 1 fois.
Aspects : Sensitive indécise Plus personne ne mourra pour moi ! Humaine Ce que c'est un vaisseau, c'est rien d'autre que la liberté Contrebandière certes, mais avec la main sur le cœur Laissez-moi les soins !

Re: Péripéties d'une contrebandière

Messagepar Asuka Avensurha (Oracle) » 15 Avril 2016, 20:40

Alors que le Zabrak la menait à travers différentes salles, la contrebandière examinait avec attention chacun des endroits. Une simple précaution - et du bon sens ! - pour retrouver son chemin en cas de pépin. Elle prenait également soin d'observer chacun des gardes qu'elle voyait.
Ils n'étaient pas venus à trois tout compte fait... Il devait bien y avoir une dizaine d'hommes postés en différents points. Et aucun ne semblait du genre enfant de cœur.

"Si ça tourne au jus de muja, il ne sera pas facile d'en sortir", songeait Asuka.

Elle n'avait pu voir qu'une entrée - la plateforme d'où elle venait en fait -, mais elle ne doutait pas qu'il y en ait d'autres. Comme un ascenseur pour avoir accès aux niveaux inférieurs qu'elle avait aperçus en arrivant.
Enfin ! Ils ne lui avaient pas retiré son blaster. L'auraient-ils fait qu'elle aurait encore son sabre laser, bien dissimulé dans une poche secrète de sa veste.
Sans parler de la Force, qui ne la quittait jamais.

- Je comprends pas pourquoi on vous file ça comme ça. Si vous saviez le mal qu'on a eu à les obtenir, dit le Zabrak.
- Et nous, vous pensez qu'on a trouvé tout ce matériel dans la rue ? répondit Asuka avec effronterie.

Le Zabrak hésita, semblant considérer les paroles de la jeune femme.

- Mouais, j'en sais rien, et je veux pas savoir, dit-il finalement.

Ils reprirent leur route en silence, jusqu'à l'entrée d'un petit bureau. Le Zabrak fit un signe de main apaisant au Trandoshan, qui ne les avait pas lâchés.

- Tout ira bien, tu peux rester là.

Le Trandoshan jaugea la contrebandière du regard, et hocha de la tête.

"Crevette", pensait-il.

La jeune femme et son guide entrèrent donc dans le bureau. Il n'était pas bien grand, mais un coffre sécurisé s'y trouvait, que le Zabrak ouvrit. Bientôt il lui tendit une puce.

- Ça me fait mal, mais un deal est un deal, et le patron a décidé, dit-il.

La contrebandière s'empressa de mettre la puce dans le datapad que Rilgar lui avait spécialement donné à cet effet. Une onde de satisfaction la traversa.

"Les coordonnées de la 3e flotte de l'Empire", se dit-elle avec plaisir.

Avec en prime les détails techniques qu'ils avaient pu glaner à l'occasion.
Elle rangea le datapad.

- Parfait ! fit-elle. Vous êtes certains que l'Emp-

Elle s'interrompit en entendant des tirs de blasters à l'extérieur. Immédiatement, le Zabrak réagit et dégaina son arme, qu'il braqua sur elle.

- Hey, c'est pas ma faute ! lança-t-elle en levant les mains d'un air innocent.

La porte s'ouvrit brusquement, et le Trandoshan apparut dans l'encadrement.

- Des sssssssoldats de l'Empire ! dit-il du ton guttural des Trandoshans.

Et un peu affolé aussi, il fallait le dire.
Le Zabrak cessa alors de pointer son arme sur Asuka, et se précipita vers le Trandoshan. Elle-même sortit son pistolet. Que l'Empire soit ici ne pouvait avoir été causé que par une chose.

- Ils sont remontés jusqu'à nous. Suis moi !, énonça le Zabrak. Il se tourna alors vers Asuka, alors qu'il allait partir. Le marché a été rempli, débrouillez-vous maintenant. Adieu capitaine.

Sans attendre de réponse, il courut vers l'origine des tirs, le Trandoshan sur ses talons.
Aspects : Sensitive indécise Plus personne ne mourra pour moi ! Humaine Ce que c'est un vaisseau, c'est rien d'autre que la liberté Contrebandière certes, mais avec la main sur le cœur Laissez-moi les soins !

Re: Péripéties d'une contrebandière

Messagepar Asuka Avensurha (Oracle) » 15 Avril 2016, 23:00

Quelle inconscience de laisser une contrebandière seule ! Peu importe la situation, les contrebandiers en profitent et tirent leur épingle du jeu.
Celle d'Asuka, c'était le coffre... Absolument rien ne résistait à un sabre laser.
La lame rouge sang jaillit, accompagnée de son bourdonnement caractéristique. Puis s'ensuivit le bruit du métal en fusion.
Cela lui prit un petit moment, c'était un travail de précision, et elle ne tenait pas à abimer ce qui pouvait se trouver à l'intérieur. Lorsque finalement elle réussit à ouvrir le coffre - en utilisant la Force pour ne pas se brûler avec le métal en fusion -, elle découvrit un datapad aux informations plus qu'alléchantes sur le groupe du Zabrak. Al Sorna en ferait bon usage, pas de doute.
Le datapad rejoignit le premier qu'elle avait déjà. La journée s'annonçait rentable !
Asuka sortit de la pièce. Si l'endroit n'était pas encore atteint par les combats, elle pouvait toujours entendre les détonations au loin.

"Pas par là", se dit-elle en avisant le couloir.

Les bruits s'y faisaient plus intenses, et comme pour lui donner raison, une explosion lui parvint aux oreilles.
La contrebandière se mit à courir vers le seul chemin qui lui restait. Elle finit alors par tomber sur ce dont elle avait soupçonné l'existence : un ascenseur.
Elle s'approcha du panneau de contrôle. Elle eut beau s'escrimer, rien n'y fit. L'accès était restreint, et elle doutait que même si elle retrouvait le Zabrak, il la laisse l'emprunter.

- C'est dans ce genre de situations que j'aurais aimé avoir un astromech, dit-elle dans un soupir.
- Eyh vous ! Mains en l'air ! lui ordonna une voix.

La jeune femme se retourna, se maudissant de son insouciance. Un Stormtrooper en armure blanche immaculée se tenait devant elle, fusil à l'épaule et braqué droit vers elle.

- Jette ton arme !
- Avec plaisir.

Elle lui jeta son blaster dessus. Dans un geste réflexe, le Stormtrooper leva son fusil pour se protéger. Lorsque le blaster d'Asuka retomba, celui du soldat avait quitté ses mains.

- Qu'est-ce que ... ? commença-t-il.

"Pew"

Il n'eut pas le temps de mettre des mots sur l'origine de ce tour de passe passe. Le trooper emporterait ce secret avec lui.
Ramassant son blaster, Asuka se mit à fouiller le corps. Elle trouva son bonheur avec trois détonateurs thermiques. De quoi lui ouvrir la voie.
La jeune femme eut beau fouiller les environs par la suite, elle ne trouva pas d'autres sorties. Il ne lui en restait donc qu'une, mais cela relevait plutôt de la folie.

"Pas le choix, retour à la case départ"

Elle repartit en direction de la plateforme.
Aspects : Sensitive indécise Plus personne ne mourra pour moi ! Humaine Ce que c'est un vaisseau, c'est rien d'autre que la liberté Contrebandière certes, mais avec la main sur le cœur Laissez-moi les soins !

Re: Péripéties d'une contrebandière

Messagepar Asuka Avensurha (Oracle) » 17 Avril 2016, 16:55

- Allez, allez ! hurla le Zabrak. Sécurisez-moi ce speeder et on se fait la belle !

Une vaine tentative pour rebooster ses hommes.
Ce qu'il voulait, c'était récupérer sa toute nouvelle cargaison, livrée par Asuka. Mais il peinait à avancer, et ses hommes étaient toujours au même endroit, à l'entrée menant à la plateforme.
Plusieurs Stormtroopers, regroupés sur l'entrée et à couvert derrière ce qu'ils avaient pu trouver, bloquaient le passage. Quant aux six hommes restants du Zabrak, ils essayaient tant bien que mal de faire reculer tout ce monde.
Enfin, ils n'étaient plus que cinq maintenant.

- On ne pourra pas les sssstopper, cria le Trandoshan à son chef.

Enfin, cela semblait plutôt évident.
Celui-ci serra les dents. Vu le prix de cette cargaison, il ne pouvait abandonner comme cela. Et s'il le faisait, le châtiment qui l'attendrait auprès de son boss serait terrible.

- A couvert ! hurla une voix.

Un détonateur thermique sembla se matérialiser dans les airs, et roula jusqu'aux Stormtroopers. Ils eurent à peine le temps de se mettre à couvert, et les Stormtroopers de regarder l'objet de leur mort, que la petite bombe explosa.
Un instant plus tard, il ne restait qu'un trou noir, et un silence surnaturel baignait l'endroit.

- Allez on y va ! hurla le Zabrak.

Les détonations reprirent de plus belle. Ils avaient certes gagné du terrain, mais ils n'étaient pas encore à leur objectif.
Le Zabrak fit un léger hochement de tête à Asuka avant de suivre ses hommes.
Quant à la contrebandière, elle suivit elle aussi le mouvement.

"Pew, pew, pew !"

Les déflagrations retentissaient de partout. Et l'explosion semblait avoir attiré l'attention des citoyens dans leur speeder, car un accident venait de se produire dans les airs. Trop occupés à chercher l'origine de ce remue-ménage, ils n'avaient pas fait attention et une collision s'en était suivie, provoquant une belle pagaille dans le ciel.
Asuka elle, ne comptait pas s'éterniser dans une guerre de position. La marchandise de ce Zabrak, c'était ses affaires.
Elle balança donc un second détonateur, afin de se créer un chemin. Après l'explosion qui fit tomber tout le monde au sol, elle se mit à courir vers le speeder le plus proche.
Alors qu'elle sautait dedans, elle put entendre le Zabrak qui lui criait de revenir. Après tout, c'était un de ses speeders, et le moyen de fuite qu'il comptait lui aussi utiliser.
Elle les avait aidés, et elle avait utilisé l'un de leurs speeders. Ils étaient quittes.

- Arrêtez-là, elle a peut-être les plans ! lui parvint également une autre voix inconnue.

Et une véritable pluie de lasers s'abattait sur elle. Une énorme secousse faillit la projeter par dessus bord, et le speeder se mit à tanguer. La jeune femme vit des flammes impressionnantes s'élever du moteur arrière du speeder.
La contrebandière réagit immédiatement, et sauta dans le vide.
Une seconde plus tard, le speeder explosait.
Aspects : Sensitive indécise Plus personne ne mourra pour moi ! Humaine Ce que c'est un vaisseau, c'est rien d'autre que la liberté Contrebandière certes, mais avec la main sur le cœur Laissez-moi les soins !

Re: Péripéties d'une contrebandière

Messagepar Asuka Avensurha (Oracle) » 17 Avril 2016, 17:18

Le vent sifflait avec force aux oreilles d'Asuka. Et à vrai dire, elle ne savait pas vraiment à quelle distance elle se trouvait du sol.
Tourbillonnant sur elle-même, elle avait perdu tout repère, et tombait comme une pierre.
Le souffle court, Asuka commençait à paniquer. Sur le moment, sauter lui paraissait être la meilleure solution. Maintenant, elle n'en était plus très sûre.
Mais c'était ça ou mourir dans l'explosion.

Elle fit appel à la Force, tentant de se calmer. Elle tendit un bras, et cria de douleur lorsqu'il se disloqua.
Mais elle-même ne s'entendit pas vraiment.
Malgré la douleur, elle retenta le coup, cette fois en mettant bras et jambes formant chacun un angle droit. Et elle commença alors à se stabiliser, étant même capable de se diriger en inclinant son corps.
Bien, maintenant il fallait éviter de s'écraser ! Faisant à nouveau appel à la Force, elle voyait les véhicules défiler devant ses yeux, mais plus lentement.
Avec fracas, elle atterrit sur un speeder en forme de bulle, sans aucune prise. La jeune femme hurla à nouveau en tentant de bouger son bras blessé, cherchant n'importe quoi pour s'accrocher. Mais elle fut à nouveau emporté par les airs, et elle revoyait maintenant les couloirs de véhicules défiler devant ses yeux à toute vitesse.
Ne se laissant pas décourager, Avensurha retenta son coup à l'étage inférieur, et cette fois elle atterrit sur une décapotable. Bien plus facile pour s'agripper.
Et le conducteur, un Advosze - décidément ! -, faillit passer par dessus bord à son tour lorsqu'il la vit.

- Oh, bonjour bonjour, lui fit-elle avec un sourire.
- E chu ta !!
- Oui, euh désolée, fit Asuka en se glissant sur la place passager. Vous pourriez me déposer à l'astroport ?

Un torrent d'injures bien senties - dont certaines dont elle ignorait même l'existence - fut la réponse de l'Advosze.

- Bon, simplement le plancher des banthas alors je vous prie, répondit-elle déçue.

Mais au moins, elle était en vie, avec ses deux datapads. Certes la soirée avait été difficile, mais tout c'était bien passé au final, non ?
Aspects : Sensitive indécise Plus personne ne mourra pour moi ! Humaine Ce que c'est un vaisseau, c'est rien d'autre que la liberté Contrebandière certes, mais avec la main sur le cœur Laissez-moi les soins !

Re: Péripéties d'une contrebandière

Messagepar Asuka Avensurha (Oracle) » 20 Juin 2016, 00:29

216 ap BY, Calius Saj Leelooo

- Ma fille, tu m'as oublié ! tonna une voix impérieuse.

Un homme en bure se tenait devant elle. Son visage était dissimulé par son capuchon, mais Asuka n'avait pas besoin de le voir pour savoir de qui il s'agissait.

- Non ! Jamais ! s'entendit-elle dire.
- Tu m'as oublié ! répéta inlassablement la voix de son père.

La jeune fille de 13 ans qu'elle était voulu répondre, mais avant qu'elle ne puisse prononcer le moindre mot, un sabre rouge sang se matérialisa derrière la silhouette de son père, sans que celui ne réagisse ou ne semble le remarquer, tout entier accaparé par la présence de sa fille devant ses yeux.
Noire comme la nuit, l'ombre leva le bras et le bourdonnement du sabre sonna aux oreilles d'Asuka comme s'il s'était trouvé à côté.

- Père derrière vous ! cria la petite fille, impuissante.

Le bras s'abattit...
... Et Asuka ouvrit les yeux dans un sursaut.
Elle était dans le cockpit de son vaisseau, l'Etoile-lointaine, et s'était assoupie sur son siège pour refaire le même rêve que celui qui la hantait depuis plusieurs jours déjà.

"Stupide rêve" s'énerva-t-elle, tout à la fois irritée et peinée.

La première fois qu'elle avait fait ce rêve, elle avait passé tout son temps à réfléchir dessus. Mais ça n'avait pas de sens, elle n'avait pas oublié son père, bien au contraire ! Pour la première fois depuis qu'elle était devenue contrebandière, elle était sur la piste d'un artefact Sith qui pourrait être utile à son Ordre. Pourquoi donc ce rêve apparaissait-il alors ? Elle suivait l'engagement de son père pour l'Ordre Sith !
Au fil des jours, elle n'avait donc plus cherché à accorder d'importance à ce rêve, surtout qu'il était toujours identique. Si elle souffrait toujours de revoir son père - avec toujours cette même sensation d'impuissance qui la rongeait -, le cauchemar n'avait plus l'importance qu'elle lui avait accordé à l'origine.
Ce n'était qu'un rêve et rien de plus. Fin de l'histoire.
Avensurha se frotta les yeux tandis qu'un bip sonore l'avertissait de son arrivée imminente. Elle enclencha alors les rétrofusées, le flux d'étoiles se stoppa, et le cargo corellien pénétra dans l’atmosphère de la planète. Finalement, les contours de sa destination se dessinèrent devant elle.


Image


Calius Saj Leelooo : La Cité de Cristal Scintillant de Berchest.

Une merveille, connue de tous à l'époque de l'Ancienne République.
La ville entière était un énorme cristal aux sels orangés, apportés par la mer proche de Leefari. Sculptée au fil du temps par les berschestiens, il ne resta que le Sanctum Arcti lorsqu'un séisme frappa la magnifique cité.
Ce ne fut cependant pas le seul fléau qui frappa l'endroit, les Guerres Cloniques et l'Empire ne l'ayant pas épargnée. La planète fut ainsi obligée de se tourner vers d'autres sources de profit que le tourisme intense dont elle avait fait l'objet.
De nombreuses routes commerciales s'étaient peu à peu mises en place entre Berchest et des systèmes majeurs de la Galaxie. Avec le temps, la planète était devenue un centre commercial important.
Et à ce titre, elle était devenue un endroit de choix pour certains contrebandiers. Tel Rilgar Al Sorna.

C'était lui qui avait attiré le capitaine Avensurha ici. Celle-ci ne reconnaissait qu'un endroit comme son foyer : son vaisseau. Cependant, trois planètes avaient une place importante pour elle. Belsavis, sa planète natale, Naboo, celle de son enfance, et enfin Berchest.
Un lieu qu'elle appréciait, et qu'elle considérait désormais comme un refuge : il lui était impossible de retourner sur Naboo, et elle n'avait jamais vraiment connu Belsavis. Berchest elle, constituait un endroit sûr, où elle était certaine de pouvoir se poser en toute tranquillité et d'y trouver du soutien.
Elle ne pouvait s'empêcher d'admirer la beauté de la planète chaque fois qu'elle venait, et toujours avec ce même regard émerveillé. Elle se trouvait même un peu trop attachée à l'endroit et aux gens qu'elle venait voir, ce qui rendait sa décision encore plus nécessaire à ses yeux : une fois la livraison faite et payée, elle ne reviendrait pas de sitôt.
La jeune femme posa son bâtiment au spatioport. Les pieds avaient à peine touchés le sol qu'elle avait déjà ramassé les deux datapads de Nar Shaddaa et qu'elle se dirigeait vers le sas.
Elle avait une visite à rendre, et elle était pressée d'y arriver.
Aspects : Sensitive indécise Plus personne ne mourra pour moi ! Humaine Ce que c'est un vaisseau, c'est rien d'autre que la liberté Contrebandière certes, mais avec la main sur le cœur Laissez-moi les soins !

Re: Péripéties d'une contrebandière

Messagepar Asuka Avensurha (Oracle) » 20 Juin 2016, 20:05

Comme d'habitude, la cantina "L'Amas Stellaire " était bondée, et les nombreuses discussions étaient à peine couvertes par l'air joué par un petit orchestre.
Si Asuka était ici, ce n'était pas par hasard. L'endroit tout entier appartenait à Rilgar Al Sorna.
La cantina était une source de revenus réguliers pour le contrebandier. Le chef M4C-D0 en personne avait travaillé ici un temps, et il avait formé plusieurs apprentis à sa cuisine, et surtout à sa recette spéciale, l'omelette forestière d'Endor. La nourriture qu'on servait donc ici attirait de nombreux voyageurs, venus de bien des recoins de la galaxie et étant de passage pour le commerce.
Pour cette raison, la cantina était une source d'informations non négligeable. Avec tout le trafic ici et les gens de passage, les ragots circulaient vite, et les employés étaient à l'affût de la moindre bribe. Couplé au réseau d'indicateurs d'Al Sorna, ce dernier était souvent au courant de bien des choses.

- Bien le bonjour Capitaine Avensurha, lui lança avec respect le barman - un Nikto a l'air féroce en train d'essuyer un verre. Tout s'est bien passé ?

Le Nikto qu'elle avait maintenant devant elle était l'actuel gérant de la cantina.
Rilgar avait une fois sauvé la vie d'un Trandoshan. Pour le remercier et honorer sa "dette de vie", ce dernier lui avait donc donné cette cantina, et le Nikto la gérait pour Rilgar. Le contrebandier n'avait pas de raison de s'en plaindre. Aucune bagarre n'éclatait sous sa garde, déjà à cause de sa carrure, mais aussi parce que le Nikto avait une mémoire phénoménale. S'il interdisait une fois à quelqu'un de remettre les pieds ici, plusieurs années plus tard il s'en souviendrait encore.
Et étonnamment, aucun de ceux qui avaient goûtés aux plats de l'endroit ne voulait en être privé pour le restant de ses jours.
Si le Nikto s'adressait avec respect à Asuka, cela n'avait pas toujours été le cas. Autrefois cela avait commencé par un "Qu'est ce que tu veux petite ? Dégage de là, reviens quand tu seras plus grande".
Mais la jeune femme ne s'était pas démontée. Elle avait entendu dire qu'il y avait du travail pour les personnes de son genre ici, et elle avait persévéré. Finalement, on l'avait conduite devant Rilgar, et elle avait vite montré qu'elle n'avait pas besoin d'être protégée. Elle ne voulait surtout pas qu'on la voit ainsi, sa liberté et son indépendance lui étaient chères. Peu lui importait alors son âge, elle n'avait besoin de personne.

- Plutôt oui, lui répondit-elle sur le même ton avec un sourire espiègle. Et toi Klaad ?
- Oh, j'ai pas à me plaindre, dit-il en haussant l'épaule. Je suppose que vous voulez le voir maintenant ?
- Exact.
- Vous connaissez le chemin Capitaine.
- Garde moi une place, je viendrai manger un bout après, répondit-elle avec un clin d’œil.
- Pas de soucis, sourit Klaad, étirant ses cicatrices faciales dans le même temps.

La jeune contrebandière se dirigea donc vers un ascenseur, situé dans une arrière salle. Et si on y était autorisé - ou avec la bonne personne -, on avait accès au réseau souterrain qu'occupait Rilgar.
Rilgar Al Sorna était un homme intéressant par bien des côtés. Il avait réussi à fédérer une petite bande de contrebandiers - un exploit dans le milieu ! Il avait suffisamment de ressources pour monnayer des informations auprès d'indicateurs bien placés, et savait toujours où trouver du travail bien payé pour un contrebandier. Et si vous cherchez quelque chose, c'était l'homme qu'il fallait trouver.
D'où la présence d'Asuka.

- Avenssssurha, siffla un Trandoshan. On vous attend depuis longtemps, qu'est-sssce qui vous a pris tant de temps ?
- J'avais juste envie de me balader avant de revenir, Trashk. Bon, je peux le voir ? demanda-t-elle avec une voix où l'impatience et l'énervement commençaient à poindre.

Trashk était le Trandoshan auquel Rilgar avait sauvé la vie un jour, et qui lui avait donné la cantina. Aujourd'hui, il ne quittait plus Rilgar d'une semelle, et était son garde du corps.
Peut-être pour cela, il n'avait jamais apprécié Asuka. Il la trouvait bien trop proche de Rilgar à son goût, et pour elle ne savait quelle raison, il n'aimait pas la savoir avec lui. Depuis le début, il y avait entre eux une "mésentente cordiale". Cela n'avait jamais dégénéré grâce à Rilgar, mais qui sait ce que ferait le Trandoshan s'il n'était plus là.
C'était sans doute le seul à ne pas apprécier Asuka dans l'organisation, ce qui rendait son attitude encore plus étrange.

- Allez-y, grogna-t-il finalement sans cesser de la dévisager.

La jeune femme entra donc dans le bureau de Rilgar, Trashk restant sur le pas de la porte. Malgré tout ce qu'il pouvait dire, Asuka était la "petite protégée" de son maître, et elle avait droit à certains privilèges que le Trandoshan avait du mal à lui accorder.
A peine la porte s'était-elle refermée derrière elle qu'un homme svelte et d'une quarantaine d'années s'approchait à grand pas les bras levés.

- Asuka, enfin ! - c'était le seul ici à l'appeler Asuka - Je suis content de te revoir !

Il allait apparemment la prendre dans ses bras mais le regard que lui renvoya la jeune femme l'en dissuada aussitôt, et il abaissa lentement les bras.
Rilgar avait la fâcheuse habitude de se conduire comme un père envers elle, et Asuka n'appréciait pas trop qu'on puisse occuper la place de son vrai père de Naboo.
Néanmoins, elle appréciait sincèrement l'homme, et un lien fort s'était créé entre eux. Durant toute une période, elle était d'ailleurs toujours à ses côtés, pendant qu'il lui expliquait - un peu malgré elle - comment marchait son organisation - une fois qu'elle avait démontré tout son talent bien sûr.

- Je suis heureuse de te revoir aussi Rilgar, répondit-elle en se radoucissant.
- Viens, viens ! lui dit-il en lui faisant signe. Assieds-toi. Je te sers quelque chose ? demanda-t-il tout en prenant place lui aussi.
- Pas de refus, lui sourit-elle en s'asseyant à son tour, je n'ai pas eu le temps de me reposer depuis que je suis partie pour Nar Shaddaa.
- J'imagine, j'imagine, répéta-t-il. Si tu es ici, c'est donc que tu as réussi ?
- Oui. Elle tira les deux datapads de ses poches. Les coordonnées de la 3ème flotte de l'Empire, comme ils l'ont promis, dit-elle tout en donnant le datapad à Rilgar.

Celui-ci lui tendit un verre, et prit le datapad en main en échange, commençant à pianoter dessus.

- Voilà qui est étonnant de leur part. J'aurais plutôt pensé qu'ils auraient cherché à nous doubler sur ce coup.
- L'Empire s'est cependant invité pendant l'échange, et cela a été quelque peu ... mouvementé. Elle but un coup. Si l'Empire sait ce qu'ils leur ont volé, je ne sais pas si ces informations sont toujours d'actualité.

Rilgar posa un regard embarrassé sur elle.

- Effectivement, acquiesça-t-il. J'enverrai donc quelqu'un confirmer cela discrètement avant de profiter de l'information. Il semblait déçu, mais reprit vite le sourire. Au moins es-tu revenue entière.
- Ce n'est pas tout, sourit-elle avec espièglerie.

Le sourire de Rilgar se fit plus marqué alors qu'elle lui tendait le second datapad.

- Cela devrait t'intéresser.

Il pianota quelques secondes sur le datapad avant de se fendre en un immense éclat de rire.

- Ah, sacrée Asuka ! J'ai bien fait de t'envoyer là-bas. Avec ça, de nombreuses opportunités s'offrent à nous. Il ne me reste plus qu'à ... choisir parmi toutes les options, sourit-il.
- La chance était avec moi, répondit-elle doucement.

Autrefois elle aurait dit "La Force était avec moi", mais les temps avaient changé.

- Et vous ? demanda-t-elle pendant que Rilgar continuait d'explorer le datapad. Vous l'avez trouvé ?

Rilgar leva les yeux de son datapad avec une mine soucieuse.

- Tu es donc toujours décidée à partir à sa recherche ?

Un regard déterminé lui répondit. Rilgar soupira.

- On a retrouvé la trace de ton holocron Sith. Selon nos informations, il devrait se trouver dans un temple sur Dathomir. Mais je ne sais pas quels dangers tu trouveras là-dedans, et je ne peux qu'imaginer ceux de la planète. Tu devrais renoncer, ça ne vaut pas le coup de risquer ta vie, même pour le prix que tu en tireras.
- Non, je veux le retrouver, répondit-elle, têtue.

Rilgar joua un instant avec la queue de cheval qu'il avait avant de reprendre, l'air triste.

- Et je suppose que nous ne te reverrons pas de sitôt ?

Rilgar n'était pas dupe, et commençait à bien cerner Asuka après tout ce temps. Celle-ci ne répondit pas. Elle n'en avait pas besoin.

- Tu pourrais rester ici, poursuivit-il doucement. Tu as un bon potentiel, et à mes côtés tu pourrais apprendre à diriger cette organisation. Ce n'est pas pour rien que j'ai passé tant de temps à t'expliquer comment nous fonctionnons. Les gens d'ici te respectent malgré ton âge, et tu as largement fait tes preuves.

Elle savait que son potentiel ne lui venait uniquement que de son affinité à la Force, et de rien d'autre. Mais Rilgar ne savait pas qu'elle était Sith. Enfin, il n'avait rien mentionné dans ce sens - il était difficile de déchiffrer les pensées de cet homme et de savoir ce qu'il savait vraiment.

- Oui, et j'avoue que la proposition m'intéresse beaucoup, avoua Asuka. Mais-
- Mais tu te sens une obligation envers quelque chose, ou quelqu'un, l'interrompit Rilgar. Je me trompe ?
- Non, répondit doucement Asuka.

Jusqu'où la comprenait-il ? Il ne cessait de l'étonner, et démontrait la pensée qu'elle venait juste d'avoir à son sujet. Pourtant, elle prenait bien garde à ne rien laisser transparaître de son passé !
Rilgar soupira à nouveau, la tirant de sa réflexion.

- Peu importe, sache que cette proposition tiendra toujours, et que tu seras la bienvenue, toi et l'Etoile-lointaine, auprès de nous ! Tu restes un peu ?
- Non, je vais repartir. Juste le temps de goûter à la cuisine de Klaad, dit-elle avec un sourire en coin.
- Ça je peux le comprendre, rit Rilgar. Dit-lui de mettre ton repas à mon compte. Il lui tendit une puce de données alors qu'ils se levaient tous deux. Tiens, cela te conduira à ton temple. J'espère que tu sais ce que tu fais.
- Désolée pour ça.
- Ne le sois pas, après tout c'est ton paiement pour ton magnifique travail sur Nar Shaddaa, sourit-il de nouveau.
- Je pense que nous nous reverrons Rilgar, dit-elle soudainement sous le coup d'une intuition.
- Je l'espère bien ! Je compte faire de toi ma seconde et tu n'y échapperas pas ! plaisanta-t-il.

Ou bien était-il mortellement sérieux ?
Elle allait passer le sas lorsque la voix de Rilgar lui parvint, douce mais inquiète.

- Fais attention à toi Asuka.

Elle allait lui répondre qu'elle n'avait besoin de personne pour cela, qu'elle s'en sortirait seule comme elle l'avait toujours fait. Au lieu de cela, elle répondit de la même voix douce :

- Toi aussi Rilgar.

Avant de disparaître.
Aspects : Sensitive indécise Plus personne ne mourra pour moi ! Humaine Ce que c'est un vaisseau, c'est rien d'autre que la liberté Contrebandière certes, mais avec la main sur le cœur Laissez-moi les soins !

Revenir vers « Chroniques PJs »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité