Apprendre à planter les choux à la mode de chez nous

Apprendre à planter les choux à la mode de chez nous

Messagepar Tyulussë Norno (L'Ombre) » 04 Septembre 2016, 16:26

Archives de la Sith
Année 214 – Second Trimestre.
Brentaal IV (L ; 9)


Veuillez patienter durant le chargement des rapports de l’opération « Silence radio »…
..
.
Veuillez trouver ci-dessous le rapport rédigé par le Maître Inquisiteur chargé de l’opération, Yorik Karkko.


Sa Dame l’avait félicité pour son action sur Aargau. « Tu ne le réalises pas encore, mais en frappant ainsi au cœur la belle société de ce monde, tu as laissé un vide suffisant pour que nos parvenus puissent s’installer et enfin, année après année, parvenir à faire de ces vestiges d’une République vaincue, un poumon économique des nouveaux territoires Sith. Et… niah, niah, niah… ». C’est là que Tyulussë avait décroché. Frapper le cœur de la belle société ? Des cœurs, elle en avait frappé, mais de quelle société parlait-elle ? Des enfants, des épouses, une grand-mère même ! Pas de société là-dedans. Elle n’avait balafré rien d’autres. Aucune résistance, ils ne s’étaient pas attendus à ce qu’une telle chose se produise. Tous cloîtrés dans leur petit confort, bien heureux de ne pas avoir été saigné comme Coruscant ou Eradiu, ils comptaient leurs billions, toute nécessité de survie ayant été écartées par le palpable qu’ils brassaient.

Belle société ? Tyulussë lui riait au nez. Des vautours empâtés, enfarinés. Quelle gloire à ça ? Non. Juste de la chair calcinée. Ce n’était pas sa gloire que l’on taillait à grands coups de lame rouge, c’était du vivant. Heureusement que la sacch’ était là pour rendre les événements plus haletants.

« Apprenti Norno ? Le Maître Inquisiteur Karkko, s’étant entretenu avec votre Maître, a jugé que pour le bien de la toute-puissance Sith, il était nécessaire que vous vous rendiez à présent sur Brentaal IV afin de prendre part à la politique d’assimilation locale. »

Politique d’assimilation. C’est comme cela qu’ils avaient décidé de baptiser le massacre des élites. C’était une façon pour eux d’éviter la panique si jamais quelqu’un d’extérieur à ces opérations venaient à en entendre parler. Le gars entendait ça, et son petit confort lui murmurait : « assimilation ? C’est normal, il doit simplement s’agir d’éducation et d’harmonisation de l’administration. Et si tu allais simplement poser ton cul dans le canapé le plus proche ? Mmh… ? Le Grand Prix ne devrait pas tarder à commencer. » C’était comme ça la guerre pour le blaireau. L’asservissement à grandes échelles. Les batailles, les explosions, ça c’était bon pour les points névralgiques, là où il y avait de la tension. Ailleurs ? L’allégeance, elle passait comme une effroyable colique, et puis après, à force de bouffer des pilules du quotidien, on finissait par s’habituer. On s’habituait à toutes les situations, pourvu que le pire ne nous arrive pas. Et puis… Entre nous, c’est vrai que ce voisin n’avait jamais été tout à fait clair. Trop fortuné, trop différent, trop n’importe quoi pourvu que l’on ne soit pas le prochain.

« Très bien, Boy. Fais chauffer les moteurs, j’m’habille et j’arrive.

– Apprenti, puis-je vous suggérer de procéder à quelque…

– Ta gueule la machine ! J’t’ai dit de t’occuper des moteurs, alors vas-y putain !

– Mais… Mes capteurs indiquent que vous n’êtes pas en état de piloter et Dame…

– Je sais très bien ce que Ma Dame ordonne. C’est pour ça que tu vas m’obéir, fermer ta petite gueule bien huilée, et chauffer les moteurs, elle n’a pas besoin de savoir dans quel état je conduis, tant qu’j’arrive à l’heure et en vie. J’aurais fini de planer d’ici là.

– Très bien, Apprenti. »

Là-dessus, l’affreux machin mécanique quitta la cabine dans laquelle Tyulussë avait passé les dernières soixante-douze heures. Seule ? Pas tout à fait. Elle se souvenait vaguement de quelqu’un, mais qui ? Ce n’était pas important… à quoi bon s’attarder sur les amants si peu mémorables, hein ? Elle se mit à rire, se leva tant bien que mal et se dirigea vers la pièce d’hygiène, histoire d’effacer les traces.

Neuf plus tard, l’Apprenti était au garde-à-vous, au lieu convenu, la petite cour intérieure d’un bâtiment administratif quelconque. Elle n’était pas ici pour faire du tourisme et à vrai dire, de ce qu’elle en avait aperçu, la planète ne s’y prêtait que peu. La seule chose qui avait su attirer un peu son attention, c’était ces volcans. Elle voulait vivre une éruption. Sentir la puissance grondante dans les entrailles de la terre. Toutes les autres planètes qu’elle avait visitées jusque-là semblaient comme mortes à l’intérieur. Ici, les choses en allaient tout autrement. Le décor était forgé, affuté par la puissance qui tempêtait sous la croûte.

Oui, c’était ça son envie, alors que la sacch’ avait quitté ses veines : gravir un volcan. Pourtant, avant cela, il faudrait obéir. Obéir. Le joug se faisait chaque jour un peu plus lourd.

« Le Maître Inquisiteur Karkko arrive dans quelques minutes. Patientez ici, Apprenti. »

Le soldat avait craché ça à travers les filtres de son casque depuis vingt minutes déjà. Un Maître de l'Inquisition. Tyulussë n’avait jamais été ainsi placé sous les ordres d’une telle éminence. Même sa Dame, malgré toutes ses magouilles et ses fumisteries n’était pas encore parvenue à atteindre pareil échelon. Il allait falloir plier le genou davantage, que le front baise le sol au moins aussi sûrement que sa fierté se ferait baiser.


Afficher : spoiler
Petite précision sur le pourquoi du Datapad en introduction du message : C'est simplement pour dire qu'il existe des traces de ce qui a été fait sur la planète, traces qui expliquent que Tyulussë serait très inquiétée si elle venait à se faire prendre pour une raison ou pour une autre par les nouvelles autorités régnant sur les systèmes en question qui, en 214, avaient été soumis par les Légions Sith. Voilà :D
powered by TalesDroid
Aspects : Contrebandière faute de mieux Ancienne criminelle de guerre Fille du Soleil Ex-accro à la sacch' Pilote à grande gueule Instable capricieuse

Re: Apprendre à planter les choux à la mode de chez nous. [Darth Andhar est demandé à l'accueil]

Messagepar Darth Andhar (Zargavidité) » 13 Septembre 2016, 17:00

L'Empire des Sith était à son apogée. Les réussites successives de la Sith'ari l'avait placé au sommet de sa puissance, plus encore qu'elle n'en avait jamais eut durant sa vie précédente. Les combats continuaient dans la Bordure Extérieure et Médiane face aux suppôts de la nouvelle Alliance et de l'Empire méprisant mais une bonne partie de la galaxie avait pu être soumis par les Sith dont ses cœurs : le Noyau et les Colonies.

Pourtant, une grande partie des forces des légions devaient s'assurer de l'allégeance de leurs nouveaux sujets, de tout ceux qui avaient jurés allégeance aux Sith face à leur poussée ou qui avait tout simplement était balayé par la vague déferlante des forces de l'ancienne coalition dissidente. Des Sith de haut rang avaient été ainsi chargés de pacification à l'intérieur des nouveaux territoires Sith et parmi eux, l'Inquisiteur Yorik Karkko, un personnage mystérieux mais qui disposait d'une certaine influence au sein des Sith. Les rumeurs murmuraient même sa participation à la Bataille d'Ossus, presque un siècle auparavant.

Sa présence sur Brentaal IV n'avait rien d'anodin, il avait été chargé par le Conseil Noir de s'assurer de la loyauté de cette planète commerciale et stratégiquement capitale de par son positionnement à la croisée des voies commerciales Hydiennes et Perlemienne. De plus, la puissance économique de la planète pourrait rapporter gros aux caisses des légions Sith, sans cesse en besoin d'argent pour poursuivre leur guerre contre le reste de la galaxie. Pour se faire, le Sith était arrivé depuis quelques jours et avait établi son quartier général dans un des bâtiments de la famille Curovao, l'une des plus puissantes familles marchandes qui avaient sû saisir l'arrivée des Sith pour gagner en pouvoir et en influence. Depuis son arrivée, Karkko avait surtout réorganisé les forces de défense de la planète, il avait pioché dans la population locale pour former des milices partisanes afin de faire régner l'ordre alors que les unités des légions Sith pouvaient mater les rébellions qui sévissaient dans les plateaux volcaniques de la planète. Il avait été sollicité par une dame Sith afin de prendre en charge son apprenti dans le cadre de cette opération, bien qu'étant solitaire, l'Inquisiteur avait fini par accepter, après tout, rien de mieux que de voir des acolytes formés durant la guerre mourir d'hésitation face au Côté Obscur.

Il fallut près d'une heure d'attente à l'acolyte en question pour voir enfin apparaître l'homme qu'elle était venu voir. L'Inquisiteur était vêtu d'une armure Sith caractéristique de ceux de sa stature et était accompagnés par deux officiers des légions. L'Anzati s'était planté devant la jeune femme, l'examinant de haut en bas avant de prendre la parole :

« Acolyte... Norno ? Vous étiez en retard. »

En effet, la jeune femme était arrivée quelques minutes après l'heure prévue même si cela n'aurait sans doute pas changer l'heure de leur rencontre.

#800000 Yorik Karkko
Aspects : Vénérable Anzati à la tête des Sith Doit asseoir mon autorité Anzati Maîtrise l'art de la guerre et du combat A un compte à régler avec les Jedi Chef inspirant

Re: Apprendre à planter les choux à la mode de chez nous

Messagepar Tyulussë Norno (L'Ombre) » 23 Septembre 2016, 17:21

Arriver en retard ? Espèce de fils de putain variolée ! Elle était arrivée à l’heure, et sans râler ! Alors pourquoi il ouvrait sa grande gueule de moustachu ? Mais on était dans la Sith, et dans la Sith, fallait sans arrêt poser ses grosses cojones sous le nez de l’inférieur, quand bien même elles n’étaient pas bien jolies à voir. C’était là une fracture fondamentale entre elle et le Code Sith, une lézarde si profonde que, bien qu’elle n’en fût qu’à moitié consciente, celle-ci l’empêcherait sûrement de gravir les échelons de sa nation d’adoption.

Tyulussë n’avait aucun goût pour le pouvoir, aucun goût pour la distribution d’ordres à la con à des cons. Rien ne l’exaspérait plus que ce jeu où les egos des uns devaient se plier à l’amour-propre des autres uniquement parce que le jeu du hasard avait placé X au-dessus de Y à un instant T. Alors oui, pour faire chic, pour continuer à se caresser, on faisait rapidement semblant que la « puissance » de chacun y était pour quelque chose mais, en réalité, il fallait être un sacré trou du cul pour ne pas s’apercevoir de la supercherie. Les vieux expérimentés et bien installés écrasés les jeunes idiots et fraîchement arrivés jusqu’à ce que l’âge les rattrapent, permettant ainsi aux jeunes – devenus dans le même temps plus expérimentés et moins jeunes – mettent sa déculottée à papy en ayant tout autant galéré que lui. Résultat ? Tout le monde se haïssait par un accord tacite de connerie nationale et personne n’allait beaucoup plus loin que son prédécesseur, le supérieur gardant ses précieux savoirs pour lui, le jeune con devant se démerder à peu près tout seul.

Non, non, elle avait du mal à être en profond accord avec les croyances répandues par la Sith mais… Quoi d’autre ? Elle était dans la machine, elle ne pouvait risquer d’en sortir sans se faire littéralement écraser entre deux engrenages.

Et l’autre connard, là, qui la toisait. Incroyable fils de…

Plier le genou, baisser les yeux, puis, en soutenant le regard avec tout la docilité du monde incrusté sur la face, sur un ton courtois et soumis :

« Sachez bien que j’en suis fort désolée, grand inquisiteur. Je vais faire en sorte de n’être pas pour vous qu’une source de déception, sans quoi, ma Dame saura me punir en conséquence pour ma médiocrité après que vous l’ayez fait vous-mêmes si vous étiez amenés à le juger bon. »

Et ce langage de cul-serré qu’on l’obligeait à prendre devant les huiles. Alors que c’était juste des énormes phallocratoi ! Des rois du « moi je », des empereurs du « j’suis l’plus fort », des conquérants du « t’as vu mon cul, n’est-il pas superbe ? »… Tyulussë espérait de tout son cœur qu’elle aurait au moins l’occasion de s’amuser et croiser les doigts pour ne pas se retrouver à faire de la petite besogne administrative comme elle avait déjà eu l’occasion de se la taper sur Korriban quand sa Dame avait la flemme.
Aspects : Contrebandière faute de mieux Ancienne criminelle de guerre Fille du Soleil Ex-accro à la sacch' Pilote à grande gueule Instable capricieuse

Re: Apprendre à planter les choux à la mode de chez nous

Messagepar Darth Andhar (Zargavidité) » 11 Octobre 2016, 17:06

Yorik observa la jeune humanoide s'incliner plus bas que terre, s'agenouillant devant son supérieur, amusant. Il n'était de toute façon pas ici pour faire dans le social mais pour accomplir une mission qui lui avait été confié par le Conseil Noir, pacifier une misérable planète des colonies, il aurait largement préférer s'occuper de la traque des Bothans, voilà qui aurait été beaucoup plus divertissant. Il se contenta de répondre brièvement :

« Ta maîtresse est déjà une source de déception en soi, j'ose espérer que tu seras plus intéressante qu'elle. »

Il lui fit signe de se relever et tourna les talons, se dirigeant vers le bâtiment administratif, la femme et les deux hommes derrière lui. Ils rentrèrent rapidement dans le sublime bâtiment, fierté de la famille Curovao. Rentrant dans un turboascenseur, ils patientèrent alors qu'ils montaient vers les étages supérieurs, le Sith s'adressa alors à la jeune femme sans la regarder :

« Dit moi Acolyte, que sais-tu sur Brentaal ? »
Aspects : Vénérable Anzati à la tête des Sith Doit asseoir mon autorité Anzati Maîtrise l'art de la guerre et du combat A un compte à régler avec les Jedi Chef inspirant

Re: Apprendre à planter les choux à la mode de chez nous

Messagepar Tyulussë Norno (L'Ombre) » 22 Octobre 2016, 15:23

Et que ça joue de son gros braquemart sur la table comme s'il s'agissait d'un tambourin ! Porter les faisceaux avait ce putain d'pouvoir de rendre les Sith abominablement cons. Déjà qu'd'ordinaire, ils étaient plutôt bas d'plafond, sans arrêt à vouloir démontrer son alphattitude, là, Tyulussë sentait qu'elle avait choper l'putain d'pompon ! Se tenait devant elle le plus fièrement couillu de la région. Sa Dame était une blaireaute ? Soit, ça lui en tapait une sans toucher l'autre ; le discours aurait été le même si la Dame avait parlé d'un vassal. C'était comme ça, fallait pisser à la raie de toute le monde et ne jamais manquer d'urine ; la récompense ? On arrachait les burnes du supérieur avec les dents. C'était ça, la définition d'une foutue récompense chez les Sith. Après, on les enfilait comme deux grosses perles et on s'en faisait un joli talisman, histoire de s'rappeler à soi autant qu'aux autres, soi plus qu'aux autres souvent, pourquoi on avait si longtemps accepter de se faire tous les jours un peu chier sur le sommet du crâne. Bandes de branquignoles.

« Un monde du noyau, une énorme place du commerce en raison de sa position sur la Voie Perlemian. Mes connaissances sur ce monde sont limitées, je n'ai jamais eu l'occasion d'y officier, Maître Inquisiteur »

Un tel aveu allait faire mal. En même temps, fallait être au moins aussi con qu'un Sith pour exiger d'un individu qu'il ait compilé dans sa tête les milliards de système que comptaient la galaxie. Okay, okay, y en avaient pas mal qu'étaient pas habités, mais ça restait con d'exiger d'connaître tout ça. Encore plus aux yeux d'une élève rebelle pour qui l'informatique avait été inventé pour pallier aux limites mémorielles des vivants.
Aspects : Contrebandière faute de mieux Ancienne criminelle de guerre Fille du Soleil Ex-accro à la sacch' Pilote à grande gueule Instable capricieuse

Re: Apprendre à planter les choux à la mode de chez nous

Messagepar Darth Andhar (Zargavidité) » 03 Novembre 2016, 13:29

L'Inquisiteur ne répondit pas, au moins l'acolyte connaissait les détails généraux de ce monde, même si ce n'était pas le genre de chose qui intéressait le Sith ici. Quelques instants plus tard, l'ascenseur se stoppa et dans un bruit sonore caractéristique, annonça leur arrivée à l'étage voulu. Ils débarquèrent alors dans une salle de briefing aménagée dont une baie vitrée donnait une magnifique vue sur la capitale.

Il se posa à quelques mètres du centre de la salle, les bras croisés, suivi de l'acolyte alors qu'un officier humain s'approchait d'eux et lâchait un rapport à son supérieur :

« Monseigneur, comme prévu, la famille Curovao collabore pleinement avec nos forces d'occupation. Leurs informations et leur soutien ont permis des centaines d'arrestations d'opposants potentiels, l'Académie de Brentaal et ses grands penseurs ont été pacifiés. Nous soupçonnons également la maison Okeefe d'armer et de soutenir les rébellions locales contre notre autorité malgré leur position officielle à notre égard. La septième flotte arrivera dans trois jours pour faire le plein d'enrolés, nous avons reçu des quotas à remplir. »

L'Inquisiteur avait écouté attentivement les points évoqués par l'officier, voici donc les nouvelles du jour. Il balaya plusieurs rapports holo projetés, notamment à propos de l'enrôlement, il n'était pas ici pour faire du recrutement et ce n'était pas de son ressort. La pacification de l'académie était une bonne chose, après tout, les principaux opposants aux dictateurs étaient les intellectuels et il était parfois nécessaire de les mater dès le début pour éviter des complications futures. Le Sith se tourna alors vers son acolyte :

« Dit moi acolyte, que devrions nous faire à propos de cette maison marchande qui s'oppose à notre présence ? »


#804000 Officier Sith
Aspects : Vénérable Anzati à la tête des Sith Doit asseoir mon autorité Anzati Maîtrise l'art de la guerre et du combat A un compte à régler avec les Jedi Chef inspirant

Re: Apprendre à planter les choux à la mode de chez nous

Messagepar Tyulussë Norno (L'Ombre) » 13 Janvier 2017, 14:52

Une putain d’blague… Voilà qu’l’autre lui demandait comment faire son boulot. Il lui martelait avec sa queue sur le sommet du crâne jusqu’à ce qu’elle fléchisse le genou, et derrière il affirmait son incapacité à simplement donner les ordres auxquels il était censé avoir réfléchis. Une putain d’blague… Mais que voulez-vous ? Chez les Sith, tout était tout le temps une putain d’blague. On s’la joue rebelle, so dark, so powerful, et derrière, on s’résume à un concours de bites permanentes. Ils se pensaient libres au prétexte qu’ils pouvaient casser la gueule du premier venu si ça leur chantait et, au final, quand tu t’posais deux secondes pour regarder leurs petits culs s’agiter, tu comprenais qu’ils avaient juste intégrer les entraves, que leur grand théâtre, il l’avait intériorisé jusque dans les fondations. Soit, fallait fermer sa gueule et essuyer les plâtres.

Qu’est-ce qu’elle en avait à foutre de cette famille ? Franchement ? Elle pouvait lui péter la gueule, violer le père, faire pression sur les enfants, elle s’en branlait ! Mais pourquoi on l’obligeait à réfléchir dessus ? De toute façon, pour l’peu qu’elle connaissait l’histoire des ‘méchants de la galaxie’, ils finissaient toujours par s’entretuer au moindre pet de travers du dirigeant, alors pourquoi faire dans l’politique ? Autant aller à fond dans l’délire ; ne pas y réfléchir. Un soupir, malgré elle.

« Tout dépend de vos objectifs et de la situation. Nous avons identifié un noyau sérieux de la résistance, saigner ce cœur si tôt permettrait de tacler sévèrement les chevilles de la résistance locale mais, tôt ou tard, la gangrène reprendra, les fistules se propageront simplement dans un sens différent. Si nous pouvions simplement trouver le moyen de maîtriser la pourriture, de l’empêcher de dépasser les bornes que nous aurions fixé. Elle servirait de diversion, d’espoir fantoche, pendant que nous nous imposerons toujours plus. Ne pouvons-nous pas demander ‘gentiment’ au chef de famille de retourner sa veste ? Son frère ou sa femme serait peut-être plus à l’écoute de nos suggestions ? Faisons-les travailler comme taupe. Nous pourrions savoir où et quand la résistance frappera, en sorte que nous pourrions l’endiguer sans trop de difficulté. Mais je suis sûre qu’une idiote comme moi ne vous apprend rien et que la solution que vous avez d’ores et déjà trouvée restera la meilleure, Inquisiteur. »

Conclut-elle avec un sourire mi-respectueux mi-raisin.
Aspects : Contrebandière faute de mieux Ancienne criminelle de guerre Fille du Soleil Ex-accro à la sacch' Pilote à grande gueule Instable capricieuse

Revenir vers « Chroniques PJs »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité